Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jean de Bosschère

Labyrinthes de sagesse - Poéme


Poéme / Poémes d'Jean de Bosschère





Tu ris parce que je suis ivre hier tu riais ainsi,

aujourd'hui, parce que j'émerge mal de la substance éternelle.



Tu hais le poète qui joue du tambour

avec le bout sourd de ses doigts ;

c'est son métier vieux et caduc comme
Dieu.

Puis, incompréhensiblement vide de logique,

tu méprises mon refus des politiques,

mes mornes blasphèmes aux écoliers vermiformes,

mes serments contre les mesures neigeuses,

les mères pleines d'œufs fécondés,

les férules poinçonnées aux
Facultés.



Louanges sur moi,

fleuve d'insignes laudatives ;

mieux que remonter la roche
Sisyphe,

j'ai donné des coups de barre pour revenir ici,

habiter avec eux, agiter des causes avec vous.

Quatre murailles de crétinisme me séparent des mondes,

ceux que mesurent les systèmes des philosophes.

Et enfin bref, il est connu que

j'ignore les mères et tous les prurits.

Et bref, l'on sait qu'il me manque vingt pour cent

de l'intelligence d'un général.



Dans mon ciel primitif où tout est angoisse,

une telle lumière brille

qu'elle n'est qu'un cristal sans formes,

torrent sans géographie, éruption d'océans d'eaux

où je ne suis pas coupable

de ne plus comprendre les ordres

ni les paroles, ni les gestes, ni les désirs.

Je vis gratuitement dans un paradis noir

sans signaux, sans murmures,

entouré des dites murailles d'acier

cataractes éternelles dans l'éclatement du tonnerre,

ange véritable sans ciel,

canaille illuminée,

chaste, brisé, idiot célestement pur,

étranger.



Vous, ô vous labyrinthes de sagesse,

qui savez les pernicieuses mathématiques,

donnez les lois perfides et les règles insanes,

possédez les mots et les signes qui expliquent.

Dites, ô vous, opiniâtres imbéciles, dites-moi

pourquoi cette jeune fille, droite comme une épine,

— elle a il me semble l'âge des écueils —

qui me déteste comme un poète crédule,

dans un soir grotesque où je mis la main désolée sur son épaule,

hurla un cri équivoque me serrant dans ses membres brûlants ;

pourquoi je suivis cette femme décharnée

jeune laide consternée, — un ruban de velours

attachait son cou pâle à ses épaules d'os bleu, —

et la haïssant pour le mode dont naissaient ses cheveux,

je lui fis don avec art d'un mauve bengali

au beau quai de la
Mégisserie ;

pourquoi, persévérant, j'ai caressé la tête blonde



d'un enfant visqueux qui vomissait du
Rostand ;

pourquoi, rien sinon mon couteau fut tenté

en contemplant l'exil de peau verte d'ombre

entre la chemise de nacre et le bas comme une dorade

de cette gigantesquement pauvre élégante ;

pourquoi, depuis vingt ans épave,

Notre-Dame de
Paris est un étau

qui me serre le cœur dans le temps,

me broie de douleur insondable ;

pourquoi ma pipe laconique qui s'éteint

me jette dans le désespoir de la mort ;

pourquoi le piano
Citroen sur la tour
Eiffel

me pousse avec les mains du suicide vers le fleuve ;

pourquoi la douleur siphon rigoureux

me vide comme un
Pétrouchka

mais qui ne ressuscitera plus.



Vous, sages qui connaisse/ les phénomènes ?











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean de Bosschère
(1878 - 1953)
 
  Jean de Bosschère - Portrait  
 
Portrait de Jean de Bosschère


Biographie

Au début de 1915, Boschère quitte la Belgique occupée pour Londres, où il lie son sort à celui des Imagistes anglo-américains : The Closed Door (1917) et Job le Pauvre (1922), parus à Londres, obéissent aux préceptes de la nouvelle école, mais disent surtout la découverte de la révolte comme progrès spirituel. Après avoir voyagé en Italie, Boschère s'installe à Paris, où paraît, en 1927, Marthe et

Chronologie jean de boschere

1878 — Naissance à Uccle, près de Bruxelles, de Jean de Boschère.
1884-1894 — La famille s'installe à Lierre dans la Campinc, époque de laquelle Boschère tirera l'un de ses grands romans : Marthe et l'Enragé.
1894 — Installation à Anvers et entrée à l'Académie des beaux-arts, en 1898.
1900-1905 — Premiers voyages à Paris.
1905-1909 — Publication d'une série d'ouvrages s

Boschere vu par...

« C'est la vie soufrée de la conscience qui remonte au jour avec ses lumignons et ses étoiles, ses tanières, son firmament, avec la vivacité d'un pur désir, avec son appel à une mort constante avoisinant la membrane de la résurrection. Jean de Boschère m'a fait. Je veux dire qu'il m'a montré combien lui et moi nous nous ressemblions et nous étions proches, et cette preuve au moment où je suis m'es

Bibliographie des oeuvres poÉtiques

Béâle-Gryne, L'Occident, 1909. Traduction en russe par M. Vezélov-sky, éditions Lazare Stoliar, Moscou, 1914.
The Closed Door, édition bilingue avec traduction anglaise par F.S. Flint, préface de May Sinclair, John I.ane. I.ondres, 1917.