Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jean de Bosschère

Et puis enfin... - Poéme


Poéme / Poémes d'Jean de Bosschère





Et puis, enfin un midi et à jeun,

La pensée se fend et s'ouvre ;

Tu sais, tu es foudroyé par un seul rayon de vérité, —

Tu n'as pas eu de doutes,

Jamais tu n'avais eu de soupçons, —

Tu sais avec la décision du suicide

Que tu es comme ceux que l'on nomme fous.



Ce n'est pas des vices malheureux,

Ni des vieux crimes, que l'homme sage lisait

Dans ton visage d'oiseau sans plumes.

On ne comprend plus,

La lucidité du vertige rejette dans l'île,

Au milieu des flots macabres et semblables,

Et l'on est avec tant d'ardeur



Ailleurs,

Que les hommes

Sont des araignées, des mouches sans ailes

Et des squelettes, et des vers roses à ventre gros.

La main que l'on prenait et serrait,

N'était pas une main comme la nôtre,

Et avec l'ami on n'était pas deux hommes,

Pourquoi nul d'entre eux n'a-t-il jamais crié :

«
Fuyez, c'est fou de demeurer là,

«
C'est un fou, il doit bien connaître qu'il est fou ! »



Mais non, tu ne le savais pas,

Tu croyais ce nuage autour de toi créé par ton zèle à connaître.

Je dis tu, parce que tu me vois là,

L'an dernier ou hier,

Devant que cette fente horrible ne fût ouverte devant moi.

J'étais donc mille lieues au-delà,

Pas avec eux, et mais avec ma peine immense

D'aimer que j'aime ;

Mais on pouvait m'aimer

Toi, moi-même, non, je ne pouvais pas m'aimer.



Dans ma tête petite,

Il y a une lumière éblouissante,

Isolée...

Aujourd'hui tu sais !

Et tu assistes à tes actes, tu ne les fais pas toi-même.

Tu es à côté du monde. —

Un jour tu seras découvert. —

Tu es un voleur d'amour,

Une chose horrible que l'on croit un homme.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean de Bosschère
(1878 - 1953)
 
  Jean de Bosschère - Portrait  
 
Portrait de Jean de Bosschère


Biographie

Au début de 1915, Boschère quitte la Belgique occupée pour Londres, où il lie son sort à celui des Imagistes anglo-américains : The Closed Door (1917) et Job le Pauvre (1922), parus à Londres, obéissent aux préceptes de la nouvelle école, mais disent surtout la découverte de la révolte comme progrès spirituel. Après avoir voyagé en Italie, Boschère s'installe à Paris, où paraît, en 1927, Marthe et

Chronologie jean de boschere

1878 — Naissance à Uccle, près de Bruxelles, de Jean de Boschère.
1884-1894 — La famille s'installe à Lierre dans la Campinc, époque de laquelle Boschère tirera l'un de ses grands romans : Marthe et l'Enragé.
1894 — Installation à Anvers et entrée à l'Académie des beaux-arts, en 1898.
1900-1905 — Premiers voyages à Paris.
1905-1909 — Publication d'une série d'ouvrages s

Boschere vu par...

« C'est la vie soufrée de la conscience qui remonte au jour avec ses lumignons et ses étoiles, ses tanières, son firmament, avec la vivacité d'un pur désir, avec son appel à une mort constante avoisinant la membrane de la résurrection. Jean de Boschère m'a fait. Je veux dire qu'il m'a montré combien lui et moi nous nous ressemblions et nous étions proches, et cette preuve au moment où je suis m'es

Bibliographie des oeuvres poÉtiques

Béâle-Gryne, L'Occident, 1909. Traduction en russe par M. Vezélov-sky, éditions Lazare Stoliar, Moscou, 1914.
The Closed Door, édition bilingue avec traduction anglaise par F.S. Flint, préface de May Sinclair, John I.ane. I.ondres, 1917.