Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jean Claude Renard

1940-1941 préludes - Poéme


Poéme / Poémes d'Jean Claude Renard





(...)

.....................Est-ce quand tout s'éteint

.....................sous la douleur des pierres

Qu'une parole ouverte à travers le destin .....................réveille les rivières ?

.....................Le dieu vient de la nuit

Et sa merveille forme une jeune verdure

Dans l'angoisse où commence et se perd l'infini.

La foudre n'élit pas......................................

.....................Mais là, sur les rocs blancs,

Payant quelle souillure innocente ou coupable

.....................par songes de serpents,

.....................l'Ombre glace les eaux,

Envenime les nids qui renferment la fable

Et semble préparer d'autres meurtres d'oiseaux.



Un pur délire rôde,....................................

.....................s'approche de la mort

.....................avec des arbres rouges

.....................terribles de beauté.

L'exil lie à l'abîme et l'abîme transmue

Le sang du sacrilège....................................

A quels pas deviner sous ce qui les déguise
Si je vais au néant ou si je vais à l'être ?

La mer abolit tout : sauf le règne, l'énigme
Des grands sables futurs..............................

Mon corps invente-t-il ou trouve-t-il en lui
L'absolu qui l'obsède ?................................,

Quelqu'un, dans la ténèbre, a d'étranges lueurs
Mais des lueurs d'hiver................................

Et chaque femme est nue.............................

L'or consume ses fêtes.................................

Et l'odeur des prairies se retire des granges.

Dois-je continuer d'espérer une absence

Plus froide que le vide..................................

Et dont pourtant le gel me fascine et me brûle

Comme une braise obscure...........................,

Qui peut seule apaiser l'effroi de ne pas être ?



Le silence m'enseigne à ne plus m'avancer
Que par incertitude et multiples détours
Vers le fuyant enjeu dont je me croyais maître.

Mais tant de fois, déjà, j'ai profané les sources
Qu'avant de retourner dans la maison déserte
Saurais-je extraire encor de ce que j'ai reçu
Le don de me donner et comprendre, rompu,
Qu'aucun matin sacré ne périt de sa perte ?

Un aigle, dans l'espace où le vent prophétise,

.....................désigne l'autre puits.

La nuit seule médite infiniment la nuit.

Autant que je désire......................................

Je crains de voir en moi sourdre l'éternité.

.....................Le doute est liberté.

Mais il n'étouffe pas l'antique prescience
Que gardent mes pays d'un pays inconnu
Dont ce qui fonde l'herbe et fait la transparence
Est d'être inconnaissable................................

Le corps, dans le tombeau, change-t-il d'histoire

.....................ou, dissous par l'argile,

Dissout-il avec soi le soleil illusoire .....................qui luisait sur les îles ?

Un vertige saisit le vertige lui-même.

Peut-être prenons-nous notre amère impuissance

.....................à sortir du dilemme

Pour un dieu n'existant que privé d'existence...



On dirait cependant que derrière le deuil
Une lampe, parfois, s'allume et nous conduit

.....................au bord d'un autre seuil.

.....................Mais la terre où mûrit

.....................sans sombres sacrifices

La fraîcheur bienfaisante et sainte des forêts
N'a pas encore en nous détruit les maléfices
Dont l'enfance à venir écarte ses secrets.

.....................ô proie ivre du piège

.....................qui la condamne à vivre

Toujours plus assoiffée ! 0 preuve dans la neige
Du mystère présent par sa profonde fuite !

.....................Même les dieux de givre

N'empêchent pas la chair attachée à leurs rites

Mais par eux divisée,......................................

.....................d'unir en s'incantant

.....................sa mort et sa naissance

Pour tenter à la fois de dépasser le temps .....................et d'en goûter l'essence.

Je ne marche vers moi qu'en marchant vers le feu.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean Claude Renard
(1922 - 2002)
 
  Jean Claude Renard  - Portrait  
 
Portrait de Jean Claude Renard


Bibliographie

Jean-Claude Renard (1922 - 2002) est un poète et écrivain prolifique français né à Toulon. Son œuvre, empreinte de mystères et de spiritualité, lui valut le Grand Prix de poésie de l'Académie française en 1988 et le Prix Goncourt de la poésie en 1991. Il fut l’un des collaborateurs des Éditions du Seuil et des Éditions Casterman. Il est également l’auteur de plusieurs essais. Il entra dans le mond

Biographie