Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jean Claude Renard

Peu de navigateurs - Poéme


Poéme / Poémes d'Jean Claude Renard





Peu de navigateurs peuvent hisser aux mâts les pavillons violets qui naissent de leurs corps.
Les mâts coupés en deux et cuits par les climats sont à demi en mer et à demi aux ports!



L'arbre qu'attend la brise est embarqué par ruse pour nourrir de sa mort la marche du navire.
Mais son double sous terre entrouvre ses écluses et lui fournit encore un arbre qui respire.



O ponts plantés de fleurs, planches plantées de coqs, les pieds frais des marins courent moins vos forêts que leur corps magnétique amarré dans les focs ne cherche à ressaisir ses voyages secrets !



Matelots qui mouvez vos cœurs et vos épaules dans l'iode, le tabac, ou la fable féroce, l'autre arbre, de vos corps, pilote vers les pôles une moitié qui rame, une moitié qui drosse.



Vous nagez doucement après d'autres sommeils dont vous ont enchanté les terriers transparents,



ne sortant qu'à demi vos mains de leurs réveils pour caresser poissons, poulpes et cormorans.



Vaisseaux, quand vous croisez, beaux nègres sur la hune, vous portez les drapeaux du sang de l'équipage.
Le sang lâche parfois des oiseaux vers la lune et parfois sous les eaux sa douleur se propage.



Mon amour avec vous tend ses maillots brûlés entre les corridors de feuilles et de feu pour capturer en rêve au hasard des goulets un amour endormi dans les pays du dieu.



Laissez, têtes salées, sexes purs et sonores dans les haubans monter et mûrir vos verdures!
La lune vous console et la mer vous honore, oreilles éclatées, corps que l'Eau transfigure !



Vous souviendrez un jour d'où vous êtes partis en traversant l'odeur de vos bateaux rades, vous saurez ressouder comme branche à ses fruits vos os originels et vos os évadés!



Ô linges imprimes par la sueur profonde composez-vous d'amour, de sang et de mémoire!
Ouvrez-vous sur la vague avec la nuit du monde pour que vergues blessées ne forment plus qu'un arbre !



Pavillons, pierres d'or, vous fumez d'une chair dont l'espoir fabuleux vous teint de ses couleurs et trempez dans la neige, et consumez dans l'air de grands soleils charmés par les
Ensorceleurs !



Voguez, voguez, rois blancs, dans les vermeilles moelles

où circule la vie qui pousse vers les criques.

Vos corps ressuscites se lèvent dans les voiles

et font couler sur vous leurs chaleurs magnifiques!











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean Claude Renard
(1922 - 2002)
 
  Jean Claude Renard  - Portrait  
 
Portrait de Jean Claude Renard


Bibliographie

Jean-Claude Renard (1922 - 2002) est un poète et écrivain prolifique français né à Toulon. Son œuvre, empreinte de mystères et de spiritualité, lui valut le Grand Prix de poésie de l'Académie française en 1988 et le Prix Goncourt de la poésie en 1991. Il fut l’un des collaborateurs des Éditions du Seuil et des Éditions Casterman. Il est également l’auteur de plusieurs essais. Il entra dans le mond

Biographie