Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jean Claude Renard

Incantations des enfances - Poéme


Poéme / Poémes d'Jean Claude Renard





Dans quels pays sont mons les enfants que j'aimais,

les enfants en allés dans la nuit de la mer,

quels pays de varechs les ont-ils recouverts,

où sont-ils, où sont-ils les enfants aux corps frais ?



Les sorciers m'ont redit quels étaient leurs secrets, quelle était la lumière épaisse de leur chair, ils m'ont dit des secrets qu'on a chargés d'enfer, les grands secrets perdus qu'ils avaient inventés.



Où sont les doux enfants qui savaient des voyages, les enfants envoûtés dont j'ai gardé l'odeur et qui laissent en moi des paradis sauvages ?



Ils sont morts dans la mer, ils sont partis ailleurs,

ils se sont endormis comme des princes blancs,

ils dorment dans la nuit qui ressemble à mon sang...



II



Ils ne reviendront plus pour consoler mon mal les enfants fabuleux qui pleurent dans la tour, qui pleurent les pays où je n'ai plus d'amour, ils sont les princes morts de mon pays natal.

Ils sont les princes noirs, ils sont les princes tristes qui m'ont exorcisé des nouvelles légendes, ils sont les mal-aimés, ils sont ceux qui m'attendent et qui hantent mon cœur comme des alchimistes.

Les enfants m'ont tenté, les enfants m'ont tué, ils m'ont enseveli dans l'ennui de ma chair pour que d'autres démons troublent ma cruauté.

Ils sont mon maléfice, ils ont sondé la mer, ils sont partis sans moi dans des pays ardents, dans les pays profonds où j'étais innocent...



III



Où les retrouverais-je, où sont les princes blancs, les princes des pays de feuilles et de pluies que moi, que nul d'ici, que nul d'ailleurs n'oublie, les princes anciens dont l'amour est poignant ?

Je ne sais plus le nom qu'ils avaient pris pour moi, femme verte, sang roux et corps ensorcelé, et les mots dont mon cœur est encor désolé, tous les mots émouvants qui meurent dans le froid.

Qui me rendra le
Philtre et me dira le
Mot, le mot pour réveiller les princes endormis, qui me dira le mot de mes derniers pays ?

J'ai versé sur le feu le sang des grands oiseaux, j'ai cherché les pays pareils à ma mémoire et j'ai brûlé mon sang avec des plantes noires :

— j'ai brûlé mon amour jusqu'au matin glacé...










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean Claude Renard
(1922 - 2002)
 
  Jean Claude Renard  - Portrait  
 
Portrait de Jean Claude Renard


Bibliographie

Jean-Claude Renard (1922 - 2002) est un poète et écrivain prolifique français né à Toulon. Son œuvre, empreinte de mystères et de spiritualité, lui valut le Grand Prix de poésie de l'Académie française en 1988 et le Prix Goncourt de la poésie en 1991. Il fut l’un des collaborateurs des Éditions du Seuil et des Éditions Casterman. Il est également l’auteur de plusieurs essais. Il entra dans le mond

Biographie