Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jean Claude Renard

Dits i - Poéme


Poéme / Poémes d'Jean Claude Renard





1

Sache d'abord

que les premières figues, dans les premiers figuiers d'avril,

ne font reproche d'aucune faule

au feu gelé.

Car la fable n'est pas éteinte dans la salle des morts.

2

Souviens-toi que la neige a des résines vertes.

Elles t'éearteront de la caverne aux loups, du pré de la sorcière où l'autre absence épie le sang.

3

Qu'à belle lune.

sous ta tête,

la «blanche demeure de la mer»

place une pomme et du laurier.

Les songes t'avertiront mieux

4

Lundi,

près d'un rosier, coupe tes ongles avec des ciseaux neufs.

Ils se changeront en miroirs.

5

Mardi,

marchant pieds nus sur des feuilles de sauge vers les menhirs du
Nord, tu trouveras la fête.

Car seul,

entre eaux et sables,

«Où es-tu?
Que dis-tu?»

peut aviver la braise qui dure dans les mains.

6

Traverse, mercredi,

le tronc fendu d'un chêne.

Juste au-delà, l'enfance attend.

7

Jeudi, porte à la sibylle du lait,

— puis sois pour elle l'alouette, le pain de noix, le lit du dieu, le lézard qui lue les serpents.

Dès l'aube, alors, ton corps sera ce tison d'« encre noire et rouge»

qui, sur les vitres, trace la prophétie.

8

Plante une orange au bout d'une branche
I et, vendredi, n'enterre rien.

Trois assiettes de blé suffiront,

si tu dors.

à retenir la nuit

de t'ensalamandrcr.

9

I
En samedi, cueille les herbes favorables.

I
Et, sitôt bu, ne choisis pas — mais, sans lenteur ni hâte, dérive avec l'énigme vers le jeune rire des îles.

10

Venu dimanche,

cherche ressource dans l'éclaircie qui hante parfois les avens,
I — s'y cache pour y transparaître.

Plus rien

n'est proche ni lointain

Puis brusquement, dans la rivière.

certitude et doute effaces, l'évidence luit comme une truite.

11

Le vent d'or,

en tournant,

multiplie les antennes des insectes sacrés.

Quand tu verras mûrir la menthe dans la vallée des hirondelles, creuse jusqu'aux racines «l'aigu et l'infini secret de commencer...».

12

Une fois les œufs peints des signes du silence, toute foudre les couvera.

Apprends ainsi que. par merveilles, le mystère vide le vide.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean Claude Renard
(1922 - 2002)
 
  Jean Claude Renard  - Portrait  
 
Portrait de Jean Claude Renard


Bibliographie

Jean-Claude Renard (1922 - 2002) est un poète et écrivain prolifique français né à Toulon. Son œuvre, empreinte de mystères et de spiritualité, lui valut le Grand Prix de poésie de l'Académie française en 1988 et le Prix Goncourt de la poésie en 1991. Il fut l’un des collaborateurs des Éditions du Seuil et des Éditions Casterman. Il est également l’auteur de plusieurs essais. Il entra dans le mond

Biographie