Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Réda

La promenade du pensionnaire - Poéme


Poéme / Poémes d'Jacques Réda





Où commence en hiver l'or brisé de la forêt spirituelle,
De plusieurs l'angélique visage et les jambes sous le

manteau,
Brusquement avec le profil du jour entre les arbres,
S'élevaient et longtemps brûlaient d'un feu presque divin.
Mais la seule évidence de glace autour était offerte À la convoitise sans but du séparé.


D'habitude,
On jouait au foot à distance égale du ciel et des prairies,
Et j'aimais le ballon lourd de glaise comme un soleil,
Je l'embrassais fort contre ma joue et ma poitrine,
Tandis que le provocateur
Amour se dérobait en bleu

sombre
Et fuyait sous la cadence inexorable du latin.
Bien.
Je m'abandonnais aussi comme en sanglotant, dois-

je le dire,
Juste avant l'angélus dans la puanteur des latrines.

Eux pourtant levaient ces fronts d'anges qui fulguraient
Jusque dans les couloirs d'ombre du collège, et ses degrés À six heures gravis d'un seul élan par l'astre oblique.



Mais sous l'or brisé paraissaient d'autres évidences,

Le présent d'une rose de gel entre mes doigts,

L'ouverture de tous sentiers pour l'approche inconnue, et l'élan

Vers la gloire de tous rameaux sans jugement ni commerce.

Et je m'élevais à mon tour avec la vapeur de mon souffle, toujours

Séparé par le sombre étonnement d'être ;

Et je traînais la jambe et brisais la visière de ma casquette ; -

Et les arbres émerveillés scintillaient sans une ombre dans la lumière.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Réda
(1929 - ?)
 
  Jacques Réda - Portrait  
 
Portrait de Jacques Réda


Biographie / Œuvres

Jacques Réda est né à Lunéville en 1929. Après des études inachevées de droit, il monte à Paris en 1953. Il y sera membre du comité de lecture des éditions Gallimard, avant de devenir rédacteur en chef de la Nouvelle Revue Française de 1987 à 1995. Grand Prix de poésie de l'Académie française en 1997, il sera également récompensé de la bourse Goncourt de la poésie en 1999.