Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Chessex

Yorick - Élégie


Élégie / Poémes d'Jacques Chessex





Yorick encore une fois l'automne est descendu dans

ta fosse
Sous la couronne de peupliers, de corneilles

aboyantes
Yorick encore un automne un vent de pluie
Un vent de néant a balayé ta fosse où ton crâne

affleure de saison en saison
Toujours visible au néant du dehors au désert d'en

haut
Yorick
Dans l'air pourri où rêve ton vieil élève



Yorick encore une fois l'automne a jeté ses baies

dans ta fosse
Et les oiseaux migrateurs en s'envolanl regardaient

cette couronne rouge
S'égrener parmi les os des morts
Mais les morts d'en haut sont plus morts que toi

Yorick
Avec leurs vraies perles, leurs dents brillantes
Ils passent devant ta fosse s'apitoyant et riant et

voient ton crâne
Tandis que dans l'air désert se tait et rêve ton élève



Oui l'automne méditatif a jauni l'herbe de ta tombe
Encore une fois
Yorick puis ta fosse ouverte puis

ton crâne au-devant de la neige enfantine
Avec ses flocons purs qui tintent dans le vieil air

comme les grelots de la mémoire
L'automne des pèlerins et des songes
La couronne du regret s'égrenant de
Noël en
Noël
Avec les dents des morts
Yorick, les gestes de

l'amour
L'enfant bercé, le père tué, sans fin le pas
De ton élève rêvant et se taisant au lumineux désert











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Chessex
(1934 - 2009)
 
  Jacques Chessex - Portrait  
 
Portrait de Jacques Chessex


Biographie

Jacques Chessex fait ses études à Fribourg, puis à Lausanne où il entreprend des études de lettres et rédige un mémoire sur Francis Ponge. Il s'oriente ensuite vers l'enseignement du français, mais écrit dès son plus jeune âge de la poésie. Il publie en 1954 un premier recueil Le jour proche, bientôt suivi de trois autres volumes Chant de printemps, Une Voix dans la nuit, Batailles dans l'air.