Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Chessex

Tu voulais m'apprendre le rêve - Élégie


Élégie / Poémes d'Jacques Chessex





Yorick un jour tu portais des grelots à ton chapeau
Maintenant tu dors au fond de ta fosse
Et je secoue ces clochettes dans mon âme
Yorick tu jouais au bouffon et tu enseignais le fils

du roi
Maintenant je suis plus fou que toi

et je n'enseigne quiconque
Yorick tu es mort tu reposes
Sous les cyprès des mésanges
Ah je suis plus mort que toi et je ne repose pas
Je n'ai même pas la paix du songe
J'erre dans mon gilet poli à la surface des morts-vivants
Mort-vivant moi-même et enviant tes ossements
Yorick tes grelots sonnent dans mon âme

avec tes inusables drôleries

Quel chant me porte?

Quels mots recomposent le chant?

Etrange compagnon tu étais, maître aimé

Questionneur sans questions

Tu voulais m'apprendre le rêve

et la seule interrogation du rien
Tu ne pesais rien sur aucune balance sérieuse
Riant sans rire comme le vent dans l'yeuse
Comme le temps efface les noms des tombes

Yorick tu es parti et tu es revenu

Personne ne te voit et je porte ton crâne amusant

dans ma main
Personne ne t'éeoute et j'écoute ta voix distrayante

dans ma voix
Ah j'ai perdu et j'ai retrouvé l'éveil

et la maison murée de silence
L'éternel sable et la dalle où l'on ne sort pas













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Chessex
(1934 - 2009)
 
  Jacques Chessex - Portrait  
 
Portrait de Jacques Chessex


Biographie

Jacques Chessex fait ses études à Fribourg, puis à Lausanne où il entreprend des études de lettres et rédige un mémoire sur Francis Ponge. Il s'oriente ensuite vers l'enseignement du français, mais écrit dès son plus jeune âge de la poésie. Il publie en 1954 un premier recueil Le jour proche, bientôt suivi de trois autres volumes Chant de printemps, Une Voix dans la nuit, Batailles dans l'air.