Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Chessex

Sound and fury - Élégie


Élégie / Poémes d'Jacques Chessex





Vous, sound and fury

Je ne vous ai que trop écoutés

Mille fois j'aurais mieux fait

De capter en moi les bruits de l'âme

Ou la musique de
Dieu

Song and pity, j'aurais dû vivre!
Chant et pitié

harmonie et charité
Et piété, et attention aux faux mouvements de la ferveur

et de la compassion
Voilà ce que j'aurais dû entendre en moi
Saisir et déchiffrer au lieu
De tant de détours du chant de
Dieu

Fureur du corps trompes de l'esprit

Sound and fury

Ah
Faulkner avait raison de confier à l'idiot

de son histoire pour rien
Le soin de vous écouter au fond de ses os



Faulkner avait raison dans son
Sud jaune

De capter au fond des âmes le tambour opaque

Moi je trouve mauvaise joie aux lames de la
Parque

Je me prends à rire à la mort monotone

O bruit si vénérable du malheur ô fury

À remâcher ton brouet vilain jeu

Au lieu de la contemplation de
Dieu



Sound and fury piège et maille

Vous m'attirez comme l'aimant tient la limaille

Ah
Sainte
Face

Pourquoi ce rat dans les rets grondeurs

Au lieu du
Cerf définitif dans la clairière?



Bonds risibles et contorsions

Quel avenir me donnez-vous

Plutôt qu'un bois au printemps

Le vent sur le gazon brillant

Ou le sol nourri de ma carcasse

Je ne crains pas, le joli temps passe

Tout l'air et la parole avec le chant

Mais quoi chanter?
Sound and fury

Je chante l'homme et ses armes sans merci













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Chessex
(1934 - 2009)
 
  Jacques Chessex - Portrait  
 
Portrait de Jacques Chessex


Biographie

Jacques Chessex fait ses études à Fribourg, puis à Lausanne où il entreprend des études de lettres et rédige un mémoire sur Francis Ponge. Il s'oriente ensuite vers l'enseignement du français, mais écrit dès son plus jeune âge de la poésie. Il publie en 1954 un premier recueil Le jour proche, bientôt suivi de trois autres volumes Chant de printemps, Une Voix dans la nuit, Batailles dans l'air.