Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Chessex

Le lierre tait ses raisons - Élégie


Élégie / Poémes d'Jacques Chessex





O lierre

il me semble parfois que tu portes
Toutes les âmes de ceux que j'ai aimés
Dans tes feuilles luisantes et noires
Mais noires, tes feuilles?
Ou vertes avec l'âme
Des morts qui ne veulent pas mourir

ni mentir sur une autre vie
Et en toi lierre elles attendent
De prendre vraiment leur vol
Patientes dans ta main qui brille
Au seuil de la nuit sans envie

Le lierre tait ses raisons dans l'ombre

Ni ne parle en pleine lumière

A moi de comprendre un traître mot de son silence

Comme avec les vieux morts ou les animaux de pierre

Au cimetière

ou ce tremblement du vent
La nuit dans les feuilles noires
Toujours le désir, les os dispersés
Le regret des formes sans mémoire











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Chessex
(1934 - 2009)
 
  Jacques Chessex - Portrait  
 
Portrait de Jacques Chessex


Biographie

Jacques Chessex fait ses études à Fribourg, puis à Lausanne où il entreprend des études de lettres et rédige un mémoire sur Francis Ponge. Il s'oriente ensuite vers l'enseignement du français, mais écrit dès son plus jeune âge de la poésie. Il publie en 1954 un premier recueil Le jour proche, bientôt suivi de trois autres volumes Chant de printemps, Une Voix dans la nuit, Batailles dans l'air.