Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Chessex

J'ai toujours aimé milady vermine - Élégie


Élégie / Poémes d'Jacques Chessex





J'ai toujours aimé
Milady
Vermine
Cet amour n'a pas retenti sur ma mine
Je l'ai révérée, je l'ai bien servie
J'ai célébré cette dame dans mes actes

et dans mes vers
Toujours aimant la confusion des mots
Qui associait le chant et la tombe
Vers et vers

endroit et envers
Chair des mots, viande des morts
Langue vivante et langue morte 0
Milady et sa cohorte

J'ai toujours beaucoup aimé
Milady
Vermine
Plongeant dans ses tombeaux comme dans une mine
Je l'ai regardée, bien utilisée
Choyant ses vers dans mes vers
Pour leur justesse et leur effroi
Sans me lasser de ses palais froids



On ne trouve pas plus louangeux hôte
Amené à toi sous quelle escorte Ô
Milady et sa cohorte

Oui j'ai toujours aimé
Milady
Vermine

Et cette alliance si étrange qui illumine

Les vers et le vers

I-a forme et le sens non pervers

Secrètement accordés dans le poème

C'est aussi cette idée que j'aime

Qu'il y a, et qu'il n'y a pas d'image qui tienne

dans la mort
Si l'air du mot et les vers de l'ombre
Font cette lumineuse rencontre
L'os dans la terre après la scène
Et le souffle à la cime de l'être
Comme le vent passe sur les morts
Et descend à la faille basse
Pour les laver de toute alarme
Je n'ai pas de plus pur commerce

avec vos charmes 0
Milady
Vermine, ma chère dame











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Chessex
(1934 - 2009)
 
  Jacques Chessex - Portrait  
 
Portrait de Jacques Chessex


Biographie

Jacques Chessex fait ses études à Fribourg, puis à Lausanne où il entreprend des études de lettres et rédige un mémoire sur Francis Ponge. Il s'oriente ensuite vers l'enseignement du français, mais écrit dès son plus jeune âge de la poésie. Il publie en 1954 un premier recueil Le jour proche, bientôt suivi de trois autres volumes Chant de printemps, Une Voix dans la nuit, Batailles dans l'air.