Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Chessex

En ce temps-là - Élégie


Élégie / Poémes d'Jacques Chessex





En ce temps-là

Quand la mélancolie venait en moi

Avec l'odeur terreuse de la pluie

Où j'avais mis mon âme intrépide à l'abri

de toute distraction

Quand la pluie avait lavé toute pensée inutile
Même la mélancolie
Et la tristesse était devenue aussi rare
Que le chant du tétras-lyre 0 chant dont me souvenir avec ses tristes notes
Comme une toux de vieillard dans l'air mouillé du

sombre printemps

Quand il n'y avait plus de curiosité en moi

que celle de
Dieu
Aucune autre voix dans ma tête

que la voix des anges de
Dieu
Aucun appel dans mon cœur charnel
Que celui du
Seigneur rayonnant

entre les vieux fous de l'hospice

Quand le vent chargé du souvenir des corolles
Toujours l'odeur de la pluie
Si douce que celle des cuisses de la muse dans la nuit ombreuse

La lune vagabonde aux cimes des monts

Les seins de la muse dans la source du glacier

Alors je te louais,
Yorick, de m'avoir fait sage

Et respectueux de mon devoir de poète

Je t'aimais de m'avoir donné la ruine en partage

Et le chant voluptueux de ces décombres

Pour faire mieux mon travail parmi ces ombres

À ton exemple associant le rire et son contraire

Au fil des heures mêlant mes règnes

Le goût plus fort de la journée et le miel des morts













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Chessex
(1934 - 2009)
 
  Jacques Chessex - Portrait  
 
Portrait de Jacques Chessex


Biographie

Jacques Chessex fait ses études à Fribourg, puis à Lausanne où il entreprend des études de lettres et rédige un mémoire sur Francis Ponge. Il s'oriente ensuite vers l'enseignement du français, mais écrit dès son plus jeune âge de la poésie. Il publie en 1954 un premier recueil Le jour proche, bientôt suivi de trois autres volumes Chant de printemps, Une Voix dans la nuit, Batailles dans l'air.