Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Chessex

Dit le proverbe - Élégie


Élégie / Poémes d'Jacques Chessex





Yorick j'aurais pu naître plus tôt aux vraies images
De l'amour, tu le sais, à la connaissance des choses
Comme on connaît le pain à l'odeur de son

vieillissement
Le fruit à son sucre

Je disais
Golgotha

Je disais plaie sucrée

Le temps ruinait la structure

Entre le langage et ces ombres

Le regret déjà se nouait en moi

et je ne le savais pas
Le vide s'enfouissait dans la plaie

et je ne le savais pas «Pour gagner un renard, dit le proverbe

un homme doit se lever à l'aube »
Yorick je ne gagnais ni aube ni renard
Je tenais les yeux sur des traces basses

et je ne le savais pas

Fêtes du
Temps!

Colliers de mélancolie!

Je rêvais sur des ventres purs comme des glaciers

Sur des temples qui étincellent

dans l'air des sapins et des anges



Une source égrenait son collier de neige au cou des

muses
La fougère noire venait dans leur ventre
Terreau des maîtres Œil de l'être
Ou l'œil du
Songe ô
Dieu
Si la faille saigne glorieusement
Voix d'huile noire à chanter le poème de l'Instant

Yorick j'aurais pu naître plus tôt à la mort À la louange et à la mort des phénomènes
Comme on connaît les figures utiles à leur lumière
Le pouvoir des saints à leur retenue dans le miracle

«Imite le
Christ mais ne l'égale pas», dit le proverbe
Je n'imitais que les ombres,
Yorick

ces mauvais maîtres
Je parlais à tort et à travers de la mort
J'évitais son mystère

Je ne voulais pas du mystère de la mort,
Yorick
J'étais sourd à son chant plein de rayons

«Il n'est plus sourd que celui qui ne veut entendre»

dit le proverbe
Aveugle et sourd !
Plaie sucrée!

Yorick j'aurais pu naître plus tôt au seul
Regard
Sa clairvoyance était en moi et je ne le savais pas



Le miel était dans mes os
Comme l'oiseau chante à la fin de la nuit et je ne le savais pas

Yorick en ce temps-là je ne savais pas ces choses
Je ne les voulais pas
Le miel coulait dans la plaie avec le vide
Le temps était retourné dans l'Envers
La source était plus noire que l'huile des saintes

dans leurs jambes de statues
Le glacier fulgurait au fond du
Songe
Avec le
Visage inusable qui appelait













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Chessex
(1934 - 2009)
 
  Jacques Chessex - Portrait  
 
Portrait de Jacques Chessex


Biographie

Jacques Chessex fait ses études à Fribourg, puis à Lausanne où il entreprend des études de lettres et rédige un mémoire sur Francis Ponge. Il s'oriente ensuite vers l'enseignement du français, mais écrit dès son plus jeune âge de la poésie. Il publie en 1954 un premier recueil Le jour proche, bientôt suivi de trois autres volumes Chant de printemps, Une Voix dans la nuit, Batailles dans l'air.