Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Chessex

à la métamorphose - Poéme


Poéme / Poémes d'Jacques Chessex





Ô secrète
Chose à voir

Au moment qu'il veut le poème

Se détruit dans ta splendeur rose

Déjà s'ouvre la bouche de bête

Et je regarde une autre bouche

Une enveloppe ou cette rose

La corolle et ses plissures

Ou vraie bouche dans ses commissures

Lèvres bien ouvertes et closes

Toujours sur une autre chose



Comment te regarder si tu déjoues toute ruse

O fleur devenant méduse

Te lovant te repliant dans ta forme

et les images de ta forme !
Les autres bêtes qui parlent en toi
Tu les imites dans ton bestiaire
Par le poids par l'odeur par l'humide

pourtant si j'ose
Une image ou son approximation rhétorique À peu près juste pour ne déplaire
Aussitôt tu te dérobes

rapide à fuir vers autre chose 0 bête rose
Quel secret te rend si forte

à m'entretenir de toi



Comme dans l'entretien des muses

On veut savoir d'où vient la voix!

Crois-tu jamais que je m'amuse

À tuer mon œil en scrutant

Tu te tais quand les muses parlent

Avec toi quel air a mon chant ?

Mauvaise muse! Ô leçon de métamorphose

À le fuir vers autre chose



Ainsi songeant je vais déçu
Par les vais et par les prairies
De l'Image en sa métairie
Pour ce je ne cherche plus
De réponse et les muses rient

au tour joué par cette rose
Profonde à ma muse enfuie
Toi rose ou poulpe ou toi méduse
Si ma voix ou mon regard use
L'image à la fin qui n'impose
Chemin vers ta mort et la
Chose













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Chessex
(1934 - 2009)
 
  Jacques Chessex - Portrait  
 
Portrait de Jacques Chessex


Biographie

Jacques Chessex fait ses études à Fribourg, puis à Lausanne où il entreprend des études de lettres et rédige un mémoire sur Francis Ponge. Il s'oriente ensuite vers l'enseignement du français, mais écrit dès son plus jeune âge de la poésie. Il publie en 1954 un premier recueil Le jour proche, bientôt suivi de trois autres volumes Chant de printemps, Une Voix dans la nuit, Batailles dans l'air.