Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Chessex

à ce bruit seul (éloge) - Poéme


Poéme / Poémes d'Jacques Chessex





De la
Corne d'Or,
Cingria!
Sultan onirique au soleil!

Et dans le gouvernement de la
Sublime
Porte:

Ce ruissellement sur ta syntaxe

Miroir baroque à l'idéale tresse de mots secs

Cadeau de prince aux
Lettres fatiguées

Quand tu parcours les routes de
Lothaire

Avec tes airs d'été jaune dans le vieil hiver

Et la gracieuse liberté d'un défroqué de cour en cour

Ta voix ne grince le remords ni n'achoppe

aux cuistreries
Comme il est de si littéraire usage
Toi tu vas dans l'élémentaire inspiré
Tu ressembles à la châtaigne et au fromage de chèvre

sur l'assiette rincée à l'eau du torrent
Loin des graisses fades et des gâteries

de petite bouche
Ta part est de narrer et de célébrer dans la note brave
Soigneux pourtant d'y placer l'ornement

de rares baies
Adjectifs accolés ou tournures fraîches

d'un seul souffle

comme des neumes
Ou ces associations musclées de verbes

ces brusques haltes
Ces redéparts en côte sous les orties de la haie
Ainsi va le maître d'allure allègrement dosée

Cingria, chez toi la lune de l'angoisse
Brille peu au vent râpeux des hautes phrases
Ni leur passion volontaire ne s'inquiète

d'aucune tristesse
Chez toi la pluie arrive en étrangère
Et il n'y a pas de neige
Sauf dans les images soyeuses

Jamais la
Guerre actuelle ou la
Révolution

dans ton poème
Mais ton verbe au présent filtre un mystérieux miel
Nouveau toujours à ta faim

De figures ennoblies par ton
Histoire péremptoire
Et de musiques abbatiales devant
Dieu

Qu'est-ce que l'actuel, les heurts de l'heure
Dans la cellule de
Saint-Gall ou le sommeil de la

couleuvre ?
Et s'il m'arrive un moment d'oublier ta voix
Je la retrouve au fond de l'instant qui ne passe pas

s'il tombe en foudre À ton nom,
Corne d'Or et sable
Cingria parlant devant la nuit
Comme chante un pâtre sans âge sous le hêtre À ce bruit seul tout le discours revient et luit











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Chessex
(1934 - 2009)
 
  Jacques Chessex - Portrait  
 
Portrait de Jacques Chessex


Biographie

Jacques Chessex fait ses études à Fribourg, puis à Lausanne où il entreprend des études de lettres et rédige un mémoire sur Francis Ponge. Il s'oriente ensuite vers l'enseignement du français, mais écrit dès son plus jeune âge de la poésie. Il publie en 1954 un premier recueil Le jour proche, bientôt suivi de trois autres volumes Chant de printemps, Une Voix dans la nuit, Batailles dans l'air.