Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Isaac Habert

Sonnet xxxii - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Isaac Habert





Quand le clair
Apollon tire son char des eaux
Bridant ses grands coursiers sur le rivage
More,
Le simulacre alors du noir fils de l'Aurore
Dans le temple
Thebain rend des sons tout nouveaux.



Mais sitost que la nuict espand ses noirs nuaux
Par le vague de l'air,
Memmon * alors desplore
Et se pleint de ne voir le
Soleil qu'il adore,
Comme estant le seul
Roy des plus

luisants flambeaux.



Ainsi quand j'apperçoy les estoilles brillantes

Qui luisent sur ton front, belles, claires, ardantes,
Envoyer devers moy leurs rayons bien-heureux,



Je chante leur beauté, lors mon ame est joyeuse,
Mais privé de leurs rais et clarté lumineuse,
Las ! je deviens muet, aveugle, et froidureux.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Isaac Habert
(1560 - 1625)
Portrait de Isaac Habert