Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Isaac Habert

Sonnet xxxi - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Isaac Habert





O vous sommets pointus, et vous forests rameuses,
Rochers precipiteux, vous ruisseaux ondoyants,
Vous humides vallons, bocages verdoyants,
Vous cotaux empemprez, vous grottes caverneuses :



O vous prez émaillez, vous plaines spacieuses,
Vous torrens ravageux, vous déserts effrayants,
Vous silvains trépignants, vous fleuves tournoyants
Vous oiseaux dont j'entens des chansons gratieuses.



Puis que mon mal renaist tousjours plus rigoureux
Et qu'il me faut seicher un brandon amoureux,
Sommets, forests, rochers, ruisseaux, vallons, boccages :



Coteaux, grottes, et prez, pleines, torrens, déserts,
Silvains, fleurves, oiseaux aux haleines des airs
Pleignez mon deuil, mon mal, mes amoureux orages.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Isaac Habert
(1560 - 1625)
Portrait de Isaac Habert