Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Isaac Habert

Sonnet xvii - à elle-même - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Isaac Habert





À la merci des vents, des flots, et de l'orage,
Je vogue sur la mer de peine et de douleur,
J'ai pour pilote amour, pour fanal le malheur,
Pour compagnon les pleurs, les regrets et la rage.



Les vents des espoirs vains m'éloignent du rivage,
L'Amour me vend aux vents et sous belle couleur
De me prêter son aide, il s'aide de la leur
Pour me rompre mon mât, ma voile et mon cordage.



Hélas ! puisque tu vois que ce pilote, au
Heu
De me guider, m'abîme, et qu'il n'a foi de
Dieu,
De pilote, ni d'homme, exauce ma requête.



Diane, venge-moi, lance-lui de tes yeux
Un trait aigu, meurtrier, cruel et furieux,
Lors surmonterons-nous
Amour et la tempête.









Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Isaac Habert
(1560 - 1625)
Portrait de Isaac Habert