Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Isaac Habert

Sonnet xv - songe - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Isaac Habert





Sur la sombre minuit qu'une liqueur miellée
Avait cillé mes yeux d'un paresseux sommeil,
Un songe me fit voir en funeste appareil
La mort d'un pâle deuil piteusement voilée;



Ce songe me dura tant que l'aube emperléc
D'un éclat d'orient ramenât le soleil
Et que devers les deux à mon triste réveil
Je fis cette prière humblement désolée :



Vous,
Dieux, qui commandez à ce grand univers,
Aux cieux, à l'air, à l'onde, à la terre, aux
Enfers,
Las ! s'il est ordonné que la
Parque à cette heure



Vienne trancher ma vie, ô saintes
Déités,
Faites en ma faveur qu'adorant les beautés
De ma belle maîtresse, entre ses bras je meure.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Isaac Habert
(1560 - 1625)
Portrait de Isaac Habert