Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Honoré d'Urfé

Stances d'hylas - Poéme


Poéme / Poémes d'Honoré d'Urfé





Je le confesse bien,
Phyllis est assez belle
Pour brûler qui le veut ;

Mais que, pour tout cela, je ne sois que pour elle,
Certes il ne se peut.



Lorsqu'elle me surprit, mon humeur en fut cause,

Et non pas sa beauté ;
Ores qu'elle me perd, ce n'est pour autre chose

Que pour ma volonté.



J'honore sa vertu, j'estime son mérite

Et tout ce qu'elle fait ;
Mais veut-elle savoir d'où vient que je la quitte ?
C'est parce qu'il me plaît.



Chacun doit préférer, au moins s'il est bien sage,

Son propre bien à tous ;
Je vous aime, il est vrai, je m'aime davantage :

Si faites-vous bien, vous.



Bergers, si dans vos cœurs ne régnait la feintise,

Vous en diriez autant ;
Mais j'aime beaucoup mieux conserver ma franchise

Et me dire inconstant.



Qu'elle n'accuse donc sa beauté d'impuissance,

Ni moi d'être léger ;
Je change, il est certain ; mais c'est grande prudence

De savoir bien changer.



Pour être sage aussi, qu'elle en fasse de même,

Egale en soit la loi.
Que s'il faut par destin, que la pauvrette m'aime,

Qu'elle m'aime sans moi !












Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Honoré d'Urfé
(1567 - 1625)
 
  Honoré d'Urfé - Portrait  
 
Portrait de Honoré d'Urfé


Second livre des délices de la poésie françoise