Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Honoré d'Urfé

Sonnet d'alcippe - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Honoré d'Urfé





Sur la constance de son amitié



Amarillis toute pleine de grâce
Allait ces bords de ces fleurs dépouillant,
Mais sous la main qui les allait cueillant,
D'autres soudain renaissaient en leur place.



Ces beaux cheveux où l'Amour s'entrelasse,
Amour allait d'un doux air éveillant,
Et s'il en voit quelqu'un s'éparpillant,
Tout curieux soudain il le ramasse.



Telle
Lignon * pour la voir s'arrêta
Et pour miroir ses eaux lui présenta,
Et puis lui dit :
Une si belle image



À ton départ mon onde éloignera;
Mais de ton cœur jamais ne partira
Le trait fatal, nymphe,

de ton visage.



(Première partie, livre
II)










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Honoré d'Urfé
(1567 - 1625)
 
  Honoré d'Urfé - Portrait  
 
Portrait de Honoré d'Urfé


Second livre des délices de la poésie françoise