Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Henri Michaux

La lettre dit encore... - Poéme


Poéme / Poémes d'Henri Michaux




...je vous écris de la
Cité du
Temps interrompu.
La catastrophe lente ne s'achève pas.
Notre vie s'écoule, notre vie s'amenuise et nous attendons encore « le moment qui repasse le mur ».

Le vieux différend unit le frère au frère.
Dans l'enceinte du froid tout le monde enfermé.
Ceux qui possédaient possèdent sans plus posséder.
Chacun est pauvre en soi, n'occupant même pas son lit.
Souci l'occupe.

Le désordre est partout.
Les oreilles sont pour l'unification de l'Univers, mais les bras sont pour tomber dessus et la léthargie pour laisser faire.

Le fer ne pèse plus.
Il se rencontre dans la haute atmosphère, solide, rapide, fait au mal.
Mais la pensée pèse.
Elle n'a jamais tant pesé.

Il a menti le proverbe «
Personne n'est blessé deux fois de la même flèche ».
Comment?
Pas deux fois.
Deux mille fois deux fois et elle blesse encore, toute aiguë.
Sous la pensée jamais éteinte, le front brûle.
Le baume de l'oubli n'a pu être préparé...

Ceux qui parlent enflent leurs voix, mais ils enflent aussi la vérité.
La meute s'est lancée en région étendue.
Une meute ne demande qu'à courir, mais qui demande à être traqué?
La meute avec grands aboiements s'est répandue...

Je vous écris des pays de l'atroce, je vous écris de la
Capitale à la foule endormie.
On vit en indifférence dans l'horreur.
On appelle la fin et vient celle du nivellement...
Les formes nobles ne se montrent plus.
On voit les cous tendus pour se baisser.
La paix a honte...

Sachez-le aussi :
Nous n'avons plus nos mots.
Ils ont reculé en nous-mêmes.
En vérité, elle vit, elle erre parmi nous
LA
FACE
A
LA
BOUCHE
PERDUE.

Parfois, dans un grand bruit, nos maisons à étages de poussière à la rue se déversent.
Les fonctionnaires à la course à la mort restent innombrables.

Je m'arrête de vous écrire.
Non, n'envoyez pas un préparateur des fêtes.
Non, il n'est pas temps encore.



Nous sommes restés assis sur la margelle du puits abandonné.
Tout avait couleur de ferraille et de poutre enfumée et couleur de fatigue profonde.

Des triangles d'oiseaux rigides parcouraient le ciel à grand bruit.

Désespoir comme la pluie, et jusques à quand tombera-t-elle?

Petit vieux vaniteux, voulant régner, laissant tuer, battu content, tenait une poupée.

Le temps s'écoulait, réponse évasive, les années en lanière, entre les doigts des traîtres.

Nous nous sommes regardés en silence.

Nous nous sommes regardés avec le sérieux précoce des enfants d'aveugle.



Tout tombe, dit le
Maître de
Ho.
Tout tombe, déjà tu erres dans les ruines de demain.

L'Homme qui te parle est
Sphinx.
L'homme que tu fus, le père que tu as eu était sphinx.
Eh bien, qu'as-tu compris au
Sphinx qui te fut soumis?

Celui qui ne dissout pas celui qui vient à lui, un
Sphinx s'y forme et c'est de
Sphinx que l'on meurt.

Tout durcit, dit le
Maître de
Ho, tout durcit et revient à la tête.
Le geste inachevé, la défaillance du cœur, la remarque qui frappe l'oreille.

Le sourire, le visage pur, que avide tu regardes, c'est lui, c'est lui-même, incompris, qui te fera ta plaie, et qui, le temps venu, de durs rochers sans fin t'encombrera.

Tout dépose.
Tout fait pierre, dit le
Maître de
Ho.
De la lèvre à la pierre, du rayon à la ruine.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Henri Michaux
(1899 - 1984)
 
  Henri Michaux - Portrait  
 
Portrait de Henri Michaux


Bibliographie

En 1922, lors de son séjour à l'hôpital consécutif à ces problèmes cardiaques, il découvre Lautréamont, dont l'oeuvre lui donne la liberté et l'étincelle créative pour écrire ses propres poèmes. « Cas de folie circulaire », fut son premier poème publié en 1922 dans la revue littéraire Le Disque Vert, dirigée par Franz Hellens. Celui-ci, fervent amateur de Michaux, ira jusqu'à le nommer co-directeu

Œuvres d'henri michaux

Henri Michaux (Namur, 24 mai 1899 - Paris, 19 octobre 1984) est un écrivain, poète et peintre d'origine belge d'expression française naturalisé français en 1955. Son œuvre est souvent rattachée au courant surréaliste, même s'il n'a pas fait partie du mouvement.

Biographie

Né le 24 mai 1899 à Namur, Henri Michaux arrive en 1924 à Paris où il côtoie les peintres surréalistes et se lie d'amitié avec Jules Supervielle et le peintre Zao Wou KI. Après avoir longuement voyagé de 1927 à 1937 en Asie et en Amérique du Sud, il se retire dans le Midi durant la guerre. Il est mort à Paris le 19 octobre 1984. Si la mescaline est en grande partie à l'origine de son œuvre pictura