Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Guillevic Sphère

Jean follain - Poéme


Poéme / Poémes d'Guillevic Sphère






Alors —

A lui seul ce mot
Disait la conjonction.

Donc :
Examiner.

Et, si possible, ensuite,
S'insinuer au mieux.

Par la superficie,
S'insinuer dans le réseau.

La fille savait

Ou ne savait pas que son corps

Était de la nature
Du tissu des pétales.

Toi tu le savais
Tellement

Que c'était difficile
De ne pas le crier.



Un œil
Toujours

Comme tapi dans un angle

Au plus ombreux du plus lointain.

C'était
Abel.

*

Toutes les histoires Étaient la tienne.

Tellement toi-même
Tu étais un œil

Que tes yeux Étaient fatigués.

Ce monde

Est irrassasiable

En difficultés.

*

Difficile à comprendre

Est à quoi tend

Le mouvement, sinon

A l'arrêt définitif,
Avec

De temps en temps la grâce
De quelque halte partagée.



C'était
Abel

Qui du fond

De sa noire demeure

Ne comprenait pas
Qu'il y eût ces corps,
Cette chair

A dépenser.

Et ce n'est pas

Qu'il demandait vengeance,

Mais il suppliait
Une explication.



Pas de ce monde,
La neige.

A peine regardable
Son reflet

Au bas d'une joue.

La joie parfois
De s'approcher

Du silence qui a la teneur
D'un corps de jeune fille.



Qui connaîtrait
Tout le réseau

Ne pourrait jouir
Autant que nous

De l'avoir parfois
Entredeviné.

Tu distinguais mal
Horizontal et vertical.

Plutôt vertical Était le mystère.



Le sang des corps
Est la sève du temps.

Se voir

Jusqu'à la fin
Vivre sa fin.

C'était voulu,
C'était rêvé.

Juste le temps

De ne pas s'y faire.



Tu savais



Que la conjonction
Pouvait t'échapper,

Être tout à fait
En dehors de toi,

En dehors même

De ce réseau que tu scrutais.

Tu savais

Qu'il y a un rire
Qui fait mal
A l'œil d'Abel.

C'était cela

Que tu craignais le plus.



Le temps, lui, savait
Que contre lui
Tu avais des ruses.

Il a dû s'en remettre
A l'accident.

*

L'accident
Détruit le réseau,

Détruit l'instant

Qui est du temps qui s'aime.



Croire,

Ne pas croire

Qu'avec le temps qui passe,
Avec le temps qui stagne
Ou qui paraît stagner,

Une entente
Est possible.

*

Croire,

Ne pas croire

Qu'on pourra faire du réseau
Un habitat gérable.

Maintenant le réseau

Est comme s'il n'était pas.

Abel
Est seul.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Guillevic Sphère
(1907 - 1997)
 
  Guillevic Sphère - Portrait  
 
Portrait de Guillevic Sphère


La vie et l'Œuvre de guillevig

Guillevic est né à Carnac (Morbihan) le 5 août 1907.

Bibliographie

Guillevic était l'un des poètes majeurs de notre temps, avec une oeuvre dépouillée, cristalline et forte, traduite en plus de quarante langues dans 60 pays. Pour lui, la poésie permettait de maîtriser l'inquiétante étrangeté des choses. Sa langue dans de courts textes, était précise, dépouillée et travaillée au point qu'un critique avait qualifié sa poésie, d'aiguë et brillante comme un rocher bre