Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Guillevic Sphère

élégies - Élégie


Élégie / Poémes d'Guillevic Sphère





Il y aura toujours une lumière

Pareille à aucune,

Où ce pourrait être l'endroit.

Il y aura toujours
A ne pas s'arrêter.

Toujours

A ne pas savoir pourquoi.

II y aura toujours

A rencontrer la bonne lumière,

Celle

Où n'avoir plus rien à perdre.

Prenait du sable dans ses mains,
Ne savait pas
A qui l'offrir.

Oui, cela se passait
Au soleil couchant.

Oui, c'était au bord
De l'océan.

Qu'est-ce

Que ça change?

Ni ciel, ni nuages,
Ni pierres, ni feuilles,
Même le vent,

Ne savent rien de ton histoire
Quand tu interroges.

N'en finissent pas pourtant,
N'en finissent pas
De la supporter.

J'ai dû être statue,

Avant d'être cet homme

Qui rabâche du noir et n'aime pas bouger.

J'ai dû rester longtemps de pierre dégrossie
Qui se savait à peine exposée aux regards
Et qui continuait son équation de pierre.

Dans ma pierre livré
A plus vrillant que l'air,

Et voulant accepter
De me vivre à l'étroit.

Ta mort

N'est que le bout du compte,

Un coup de gomme
Pas arrivé.

Et cependant,

C'est avec elle, c'est en elle

Que tu bois ce verre et regardes
L'arbre qui meurt plus lentement.

Pas de feu

Sur la lande et personne

Dans la nuit.

Ce rire autour de toi.

La maison, ni la femme
N'étaient là, mais l'espace.


Plus tard, plus tard,
Tu parviendrais à l'habiter.

C'était au bord des nuages.

Vers le bas des nuages,
Dans leurs dessous,

Très bas,

Près de la terre.

Il devait y avoir quelque part
Du temps qui souffrait,

Des mares de temps
Inemployées.

Si tu n'étais pas une chose
Comme sont les choses,

Embringuée,
Envrillée comme elles,

Entourbillonnée, emportant
Du tourbillon,

Si tu n'étais pas, toi aussi, nourrie
Par les galaxies, par les incendies,


Alors,
Nous deux,
Pourquoi?

Quand

Viendra la fin du brouillard

Sur le poids qu'ont les choses
L'une sur l'autre?

Et l'équilibre sera clair
Entre le blanc et le cru,
Entre le soleil et le couteau,
Entre la mer et mon genou,

Entre ton rêve et moi,
Tourné vers toi.

Quand est-ce qu'à volonté

Je m'allongerai dans ton sommeil?

Que l'arc-en-ciel viendra Équilibrer ma main?

Que nous irons sans plus bouger
Là où nous retiendra le mouvement,

Au centre
Interminablement présent,

De la rupture
Et de l'équilibre?













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Guillevic Sphère
(1907 - 1997)
 
  Guillevic Sphère - Portrait  
 
Portrait de Guillevic Sphère


La vie et l'Œuvre de guillevig

Guillevic est né à Carnac (Morbihan) le 5 août 1907.

Bibliographie

Guillevic était l'un des poètes majeurs de notre temps, avec une oeuvre dépouillée, cristalline et forte, traduite en plus de quarante langues dans 60 pays. Pour lui, la poésie permettait de maîtriser l'inquiétante étrangeté des choses. Sa langue dans de courts textes, était précise, dépouillée et travaillée au point qu'un critique avait qualifié sa poésie, d'aiguë et brillante comme un rocher bre