Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Guillevic Sphère

De l'été - Poéme


Poéme / Poémes d'Guillevic Sphère





Aujourd'hui la lumière
Est celle qui convient

Au volume
Atteint par l'été.

L'été calcule

Son volume au plus juste.

Et sa lumière.

La sphère

Est pleinement sphère.

Il n'y a plus
De plafond.

L'été

S'est consacré.

C'est comme si l'été
S'aiguisait encore.

On craindrait même

Un incendie de la lumière.

Le volume de l'été
Va distendre l'azur.

L'été

Est aux frontières.

Il veut franchir.

Il risque
L'éclatement

Dans une autre lumière
Inapprochable.

Après, dit le soleil,
C'est pour après.

Occuper l'autre —

Être la substance de l'autre.

Qui fera le creux?

Finie,

La moisson.

Dans un volume
Qu'il sent devenir flou,

L'été s'inquiète.

Dans l'été, le danger

Vient de trouver
A s'enrôler.

Caresser,
Bien sûr.

Caresses

De l'un à l'autre.

Caresses de tous
Au volume.

Ses répliques.

Tant et plus.

Ils sont tous fiers :

L'azur, le volume,
L'été, le soleil,
L'espace, la sphère.

La terre
Se recueille,
Garde mémoire.

Un clocher qui traverse
Une épaisseur de siècles

Et qui regarde

Le résultat
Des additions.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Guillevic Sphère
(1907 - 1997)
 
  Guillevic Sphère - Portrait  
 
Portrait de Guillevic Sphère


La vie et l'Œuvre de guillevig

Guillevic est né à Carnac (Morbihan) le 5 août 1907.

Bibliographie

Guillevic était l'un des poètes majeurs de notre temps, avec une oeuvre dépouillée, cristalline et forte, traduite en plus de quarante langues dans 60 pays. Pour lui, la poésie permettait de maîtriser l'inquiétante étrangeté des choses. Sa langue dans de courts textes, était précise, dépouillée et travaillée au point qu'un critique avait qualifié sa poésie, d'aiguë et brillante comme un rocher bre