Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Guillaume des Autelz

Du merveilleux affet de son amour - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Guillaume des Autelz





De moy elle a, et d'elle j'ay la vie,

La vie moy ? mais, las, j'ay la mort d'elle,
Qui toutesfois auray vengeance telle
Que par sa mort ma mort sera suyvie :

L'on diroit bien qu'elle a brûlante envie
De m'estre douce, autant qu'elle est rebelle,
Car si je ris, elle rit (l'infidèle)
Et mon pleurer à pleurer la convie :

Mais tant en vain ce qui me suyt, je suys,
Que hors d'espoir de l'aprocher je suis,
Ja tout seiche, et de sang, et de pleur :

Que reste plus sinon qu'un dieu propice
Pour couronner son prêtre au sacrifice,
D'un homme mort face une vive fleur ?










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Guillaume des Autelz
(1529 - 1581)
 
  Guillaume des Autelz - Portrait  
 
Portrait de Guillaume des Autelz