Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Gérard de Nerval

Lénore - Ballade


Ballade / Poémes d'Gérard de Nerval





Ballade allemande



Le point du jour brillait à peine que
Lénore
Saute du lit : «
Guillaume, es-tu fidèle encore,
Dit-elle, ou n'es-tu plus? »
C'était un officier
Jeune et beau, qui devait l'épouser; mais, la veille
Du mariage, hélas! le tambour le réveille
De grand matin ; il s'arme et part sur son coursier.

Depuis, pas de nouvelle, et cependant la guerre,
Aux deux partis fatale, avait cessé naguère.
Les soldats revenaient, avec joie accueillis : t
Mon mari! mon amant! mon fils!...
Dieu vous

renvoie ! »
Tout cela s'embrassait, sautait, mourait de joie...
Lénore seule, en vain, parcourait le pays.



«
L'avez-vous vu?... —
Non. —
Non. »
Chacun a sa

famille.
Ses affaires...
Chacun passe.
La pauvre fille
Pleure, pleure, et sa mère accourt, lui prend la main : «
Qu'as-tu.
Lénore? —
Il est mort, et je dois le suivre;
Nous nous sommes promis de ne pas nous survivre...


Patience! sans doute il reviendra demain.
Quelque chose l'aura retardé.
Viens, ma fille,
Il est nuit. »
Elle rentre, elle se déshabille,

Et dort, ou croit dormir...
Mais, tout à coup, voilà
Qu'un galop de cheval au loin se fait entendre,
Puis éclate plus près...
Enfin, une voix tendre : «
Lénore! mon amour... ouvre-moi... je suis là! »

Elle n'est pas levée encore que
Guillaume
Est près d'elle. «
Ah! c'est toi! d'où viens-tu?




D'un royaume
Où je dois retourner cette nuit; me suis-tu?


Oh! jusqu'à la mort! —
Bien. —
Est-ce loin?


A cent lieues.


Partons. —
La lune luit... les montagnes sont

bleues...
A cheval!... d'ici là, le chemin est battu... »

Ils partent.
Sous les pas agiles
Du coursier les cailloux brûlaient.
Et les monts, les forêts, les villes,
A droite, à gauche, s'envolaient.

«
Le glas tinte, le corbeau crie,
Le lit nuptial nous attend...
Presse-toi contre moi, mon épouse chérie! —
Guillaume, ton lit est-il si grand?


Non, mais nous y tiendrons...
Six planches, deux

planchettes.
Voilà tout... pas de luxe.
Oh! l'amour n'en veut pas. »



Ils passaient, ils passaient, et les ombres muettes
Venaient se ranger sur leurs pas.

«
Hourra ! hourra ! je vous invite
A ma noce...
Les morts vont vite...
Ma belle amie, en as-tu peur?


Ne parle pas des morts... cela porte malheur... »

Hop! hop! hop!...
Sous les pas agiles
Du coursier les cailloux brûlaient,
Et les monts, les forêts, les villes,
A droite, à gauche, s'envolaient.

«
Mais d'où partent ces chants funèbres,

Où vont ces gens en longs manteaux?
Hourra ! que faites-vous là-bas sous les ténèbres,

Avec vos chants et vos flambeaux? —
Nous conduisons un mort. —
Et moi, ma fiancée
Mais votre mort pourra bien.attendre à demain;
Suivez-moi tous, la nuit n'est pas très avancée...

Vous célébrerez mon hymen.

»
Hourra ! hourra ! je vous invite
A ma noce...
Les morts vont vite...
Ma belle amie, en as-tu peur?


Ne parle pas des morts... cela porte malheur... »

Hop! hop! hop!...
Sous les pas agiles
Du coursier les cailloux brûlaient,
Et les monts, les forêts, les villes,
A droite, à gauche, s'envolaient.

«
Tiens! vois-tu ces ombres sans tête

Se presser autour d'un tréteau,
Là, du supplice encor tout l'attirail s'apprête...

Pour exécuter un bourreau.
Hourra! dépêchez-vous!... hourra! troupe féroce,
Faites aussi cortège autour de mon cheval!



Vous seriez déplacés au banquet de ma noce,
Mais vous pourrez danser au bal.

»
Hourra! mais j'aperçois le gîte
Sombro, où nous sommes attendus...
Les morls au but arrivent vite;
Hourra! vous y voici rendus! »

Contre une grille en fer le cavalier arrive,
Y passe sans l'ouvrir... et d'un élan soudain,

Transporte
Lénore craintive

Au milieu d'un triste jardin.
Celait un cimetière. «
Est-ce lu ta demeure?


Oui,
Lénore; mais voici l'heure,

Voici l'heure de notre hymen;
Desrendons de cheval...
Femme, prenez ma main! »

Ah!
Seigneur
Dieu! plus de prestige...

Le cheval, vomissant des feux,

S'abîme! et de l'homme (ô prodige!)

Un vent souffle les noirs cheveux

Et la chair qui s'envole en poudre...

Puis, à la lueur de la foudre,

Découvre un squelette hideux!

«
Hourra! qu'on commence la fête!
Hourra! »
Tout s'agite, tout sort,
Et, pour la ronde qui s'apprête,
Chaque tombeau vomit un mort.



«
Tout est fini! par
Notre-Dame!
Reprend la même voix, chaque chose à son tour :
Après la gloire vient l'amour!
Maintenant, j'embrasse ma femme.




Jamais! »
Elle s'agite... et tout s'évanouit! «
Jamais! dit son amant, est-ce bien vrai, cruelle? (Il était près du lit.) —
Ah!
Guillaume, dit-elle,
Quel rêve j'ai fait cette nuit! »











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Gérard de Nerval
(1808 - 1855)
 
  Gérard de Nerval - Portrait  
 
Portrait de Gérard de Nerval


Biographie / chronologie

1808.

Œuvre

Si l'on excepte divers ouvrages dramaturgiques (Lara, 1833!; Léo Burckhart, 1839), l'œuvre de Nerval est essentiellement romanesque et poétique.