Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Gérard de Nerval

Le cinq mai - Poéme


Poéme / Poémes d'Gérard de Nerval





e soleil s'est caché sous de sombres nuages,
Un vent précurseur des orages
Glisse dans l'horreur des forêts,
Du peuplier et du tremble,
On voit s'agiter les sommets,
La crainte et l'effroi rassemble
Les timides oiselets;
Dans sa terreur inquiète
Le loup cherchant une retraite
Laisse en paix les jeunes agneaux
El dans sa crainte soudaine
Le vautour vole dans la plaine
Parmi les tendres tourtereaux.
De ces antiques châteaux
Le vent ébranle le portique,
El dans le clocher antique
Vient agiter le beffroi;
Tout se tait, et dans, la nature
Un sombre et triste murmure
Remplit tous les cirurs d'effroi,
Sur le ciprès qui dans les cieux s'élance
L'oiseau des nuits qui se balance
Des sons lugubres de sa voix



Fait au loin retentir les bois
La foudre gronde dans l'abyme
Quelle est la nouvelle victime
Qui descend au sombre séjour,
Quel est le mortel déplorable
Dont la
Parque inévitable
Vient de terminer les jours?

N'est-ce pas ce
Crésus dont l'indigne opulence

Refusant une obole au pauvre malheureux

Dans ses palais fastueux

Cachait son altière insolence,

Mais il faut enfin tout laisser,

Quand le cruel destin le presse.

Et tous ses biens et toute sa richesse

Ne pourront pas l'en dispenser.

N'est-ce pas toi que dès l'enfance

Poursuivit toujours le malheur

Tu ne connus jamais l'aisance

Jamais tu n'as vu le bonheur

Sourire à ton indigence

Tu ne connus que la douleur.

Mais non le riche existe encore,

Le pauvre placé dès l'aurore

Auprès de l'orgueilleux palais

Tend encor sa main importune

A tous ceux que la fortune

A comblé de ses bienfaits.



Tels que ces feux qui dans l'orage

Glissant sur l'azur des flots

Vont ranimer le courage,

Des timides matelots.

Quelques lauriers sanglants s'inclinent sur sa tète

Son front altier brave encor la tempête,

Sur sa palme flétrie on lit en frémissant,

Ces mots : «
Austerlitz,
Mont
Saint-Jean;

Un seul revers contre trente ans de gloire. »







O mon pays, j'ose prendre la lire,

Que les vers qu'Apollon m'inspire

Trouvent place dans tous les cœurs,

Je veux pleurer tes défenseurs,

Mille transports agitent ma grande âme

Patrie,
Honneur, vous êtes mes seuls dieux

Je sens une sublime flamme.

Qui me dit de venger mon pays malheureux.



De la mort de nos preux votre mort est l'image
Les siècles vous ont admirés,
Mais on mettra dans la balance,
De vingt-mille
Français la glorieuse mort,
Et la postérité chantera leur vaillance,
Et maudira les coups du sort.













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Gérard de Nerval
(1808 - 1855)
 
  Gérard de Nerval - Portrait  
 
Portrait de Gérard de Nerval


Biographie / chronologie

1808.

Œuvre

Si l'on excepte divers ouvrages dramaturgiques (Lara, 1833!; Léo Burckhart, 1839), l'œuvre de Nerval est essentiellement romanesque et poétique.