Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Gérard de Nerval

épÎtre seconde - Poéme


Poéme / Poémes d'Gérard de Nerval





O toi, cher
Duponchel, que ton mauvais génie,

A doué comme moi d'une sotte manie

Et qui sais, à la rime asservissant tes mots,

Emprisonner un sens dans des mètres égaux,

Admirateur zélé du pur et beau classique;

Fuis surtout, fuis toujours le style
Romantique,

Ah! fuis, il en est temps ces vers éblouissants;

Où tout est pour l'éclat où rien n'est pour le sens,

En vain de maint lecteur la bizarre manie,

Accueille de ces vers l'étrangère harmonie.

Le faux goût passera, les bardes à leur tour

Verront tomber leur gloire aux premiers feux du jour,

Et suivis de l'oubli qui sur leurs vers retombe.

Des héros de
Morven partageront la tombe.

Quelques-uns, il est vrai, surent loin des humains,

Dans l'ombre des brouillards se tracer des chemins,

Lamartine,
Biron, et leurs rimes obscures,

Iront sans trébucher jusqu'aux races futures

Eux seuls sont immortels, puisqu'ils sont créateurs.

Anathème, anathème, à leurs imitateurs,

C'est en vain qu'on voudra marcher dans leur carrière

Apollon sur leurs pas a fermé la barrière!



Pourquoi vouloir d'ailleurs, suivre un genre étranger,
Trop de
Français déjà loin de les protéger
Dédaignent des
Français les arts et l'industrie,
Sachons mieux soutenir les droits de la patrie;



Que le talent au moins reste national.
Laissons dans leurs marais les héros de
Fingal,
Ressusciter encor leurs vieux titres de gloire:
Mais n'allons pas sur nous leur donner la victoire,
Français, soyons
Français, soyons indépendants,
Et sachons conserver le sceptre des talents,



En vain depuis longtemps on prône l'Angleterre,
Quel auteur pourra-t-elle égaler à
Voltaire?
Qui pourrait à
Rousseau préférer
Richardson,
Shakspear au grand
Racine, à
Corneille
Tompson,
A
Jean
Rousseau,
Dryden, et
Milton à
Delille;
Le parallèle entre eux serait trop difficile;
El toi, savant
Neuton, homme inspiré d'en haut
Nous t'opposons encor d'AIembert, et
Clairaut;
Nos auteurs, nos héros, leur mémoire immortelle,
Voilà les fondements d'une gloire éternelle;
Voilà ce qu'outremer on veut en vain chercher;
Et voilà ce que rien ne peut nous arracher!

Je ne te défends pas ces sublimes images,
Ces vers grands et fougueux qui font les bons

ouvrages,
Mais use sobrement de ces vers de ces mots;
Qui ne font de l'effet qu'aux oreilles des sota.
Ou, si toujours épris du
Style romantique
Tu veux, faible pigmé, renverser le classique,
Va donc braver ces dieux si longtemps admirés
Des talents, du bon goût, arbitres révérés;
Va!
Tu verras bientôt,
Titan trop indocile
Expirer les efforts de ta rage inutile.
Tu voudras obscurcir ces astres radieux,
Et l'éclat de leur gloire aveuglera tes yeux.

Ah! plutôt sur les pas des maîtres du
Parnasse
Tâche de conquérir une honorable place,
Va cueillir des lauriers puisqu'ils te sont offerts,
Laisse là les
Anglais et suis le dieu des vers;

Que les bardes du
Nord s'engloutissent dans l'ombre,
Ou portent loin de nous leur style pâle et sombre
Armés d'un verre plein, assis sur un tonneau
Défions sans péril ces tristes buveurs d'eau.
Tous les
Français sont gais et la joye est française



Si tous les partisans de la manie
Anglaise;










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Gérard de Nerval
(1808 - 1855)
 
  Gérard de Nerval - Portrait  
 
Portrait de Gérard de Nerval


Biographie / chronologie

1808.

Œuvre

Si l'on excepte divers ouvrages dramaturgiques (Lara, 1833!; Léo Burckhart, 1839), l'œuvre de Nerval est essentiellement romanesque et poétique.