Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Gérard de Nerval

A hélène de mecklembourg - Poéme


Poéme / Poémes d'Gérard de Nerval





Le vieux palais attend la princesse saxonne
Qui des derniers
Capets veut sauver les enfants ;
Charlemagne, attentif à ses pas triomphants,
Crie à
Napoléon que
Charles-Quint pardonne.



Mais deux rois à la grille attendent en personne,
Quel est le souvenir qui les tient si tremblants,
Que l'aïeul aux yeux morts s'en retourne à pas lents,
Dédaignant de frapper ces pêcheurs de couronne?



O
Médicis ! les temps seraient-ils accomplis?

Tes trois fils sont rentrés dans ta robe aux grands plis,

Mais il en reste un seul qui s'attache à ta mante.



C'est un aiglon tout faible, oublié par hasard,

Il rapporte la foudre à son père
Csesar...

Et c'est lui qui dans l'air amassait la tourmente.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Gérard de Nerval
(1808 - 1855)
 
  Gérard de Nerval - Portrait  
 
Portrait de Gérard de Nerval


Biographie / chronologie

1808.

Œuvre

Si l'on excepte divers ouvrages dramaturgiques (Lara, 1833!; Léo Burckhart, 1839), l'œuvre de Nerval est essentiellement romanesque et poétique.