Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

François Villon

Ballade - Ballade


Ballade / Poémes d'François Villon





En reagal, en arcenic rochier,
En orpiment, en salpestre et chaulx vive,
En plomb boullant pour mieulx les esmorchier,
En suif et poix destrempez de lessive
Faicte d'estrons et de pissat de juifve,
En lavaille de jambes a meseaulx,
En racleure de piez et viels houseaulx,
En sang d'aspic et telz drogues venimeuses,
En fiel de loups, de regnars et blereaulx,
Soient frittes ces langues envieuses!



En cervelle de chat qui hayt peschier,
Noir, et si viel qu'il n'ait dent en gencive,
D'ung viel mastin, qui vault bien aussi chier,
Tout enragié, en sa bave et salive,
En
Vescume d'une mulle poussive
Detrenchiee menu a bons ciseaulx,
En eaue ou ratz plongent groings et museaulx,
Raines, crappaulx, telz bestes dangereuses,
Serpens, lesars, et telz nobles oyseaulx,
Soient frittes ces langues envieuses!



En sublimé, dangereux a touchier,
Et ou nombril d'une couleuvre vive,
En sang qu'on voit es palletes sechier
Sur ces barbiers, quant plaine lune arrive,
Dont l'ung est noir, l'autre plus vert que cive,
En chancre etfiz, et en ces ors cuveaulx



Ou nourrisses essangent leurs drappeau/x,
En petiz baings de filles amoureuses (Qui ne m'entent n'a suivy les bordeaulx),
Soient frittes ces langues envieuses!

Prince, passez tous ces frians morceaulx,
S'estamine, sacs n'avez, ou bluteaulx,
Parmy le fons d'unes brayes breneuses;
Mais, par avant, en estrons de pourceaulx
Soient frittes ces langues envieuses!



Item, a maistre
Andry
Courault,

«
Les
Contrediz
Franc
Gontier » mande ;

Quant du tirant séant en hault,

A cestuy la riens ne demande.

Le
Saige ne veult que contende

Contre puissant povre homme las,

Affin que ses filiez ne tende

Et que ne trébuche en ses las.

Gontier ne crains : il n'a nuls hommes

Et mieulx que moy n'est hérité;

Mais en ce débat cy nous sommes,

Car il loue sa povreté,

Estre povre yver et esté,

Et a félicité repute

Ce que tiens a maleureté.

Lequel a tort?
Or en dispute.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



François Villon
(1431 - 1463)
 
  François Villon - Portrait  
 
Portrait de François Villon