Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

François Villon

Ballade pour prier nostre dame - Ballade


Ballade / Poémes d'François Villon





Dame des cieulx, régente terrienne,

Emperiere des infernaux palus,

Recevez moy, vostre humble chrestienne,

Que comprinse soye entre vos es lus,

Ce non obstant qu'oricques rien ne valus.

Les biens de vous,
Ma
Dame et
Ma
Maistresse,

Sont trop plus grans que ne suis pécheresse,

Sans lesquelz biens ame ne peut merir

N avoir les cieulx, je n'en suis jangleresse.

En ceste foy je vueil vivre et mourir.



A vostre
Filz dictes que je suis sienne;
De luy soyent mes péchiez absolus;
Pardonne moy comme a l'Egipcienne,
Ou comme il feist au clerc
Theophilus,
Lequel par vous fut quitte et absolus,
Combien qu'il eust au deable fait promesse.
Préservez moi de faire jamais ce,
Vierge portant, sans rompure encourir,
Le sacrement qu'on célèbre a la messe.
En ceste foy je vueil vivre et mourir.



Femme je suis povrette et ancienne,
Qui riens ne sçay; oncques lettres ne lus.
Au moustier voy dont suis paroissienne
Paradis paint, ou sont harpes et lus,
Et ung enfer ou dampnez sont boullus :
L'ung me fait paour,
Vautre joye et liesse, ha joye avoir me fay, haulte

Déesse,
A qui pécheurs doivent tous recourir,
Comblez defoy, sans fainte ne paresse.
En ceste foyje vueil vivre et mourir.



Vous portastes, digne
Vierge, princesse, lesus régnant qui n'a ne fin ne cesse.
Le
Tout
Puissant, prenant nostre foiblesse,
Laissa les cieulx et nous vint secourir,
Offrit a mort sa très chiere jeunesse;
Nostre
Seigneur tel est, tel le confesse.
En ceste foyje vueil vivre et mourir.



Item, m'amour, ma chiere rose,
Ne luy laisse ne cuer ne foye;
Elle ameroit mieulx autre chose,
Combien qu'elle ait assez monnoye.
Quoy? une grant bource de soye,
Plaine d'escus, parfonde et large;
Mais pendu soit il, que je soye,
Qui luy lairra escu ne targe.



Car elle en a, sans moy, assez.
Mais de cela il ne m'en chault;
Mes plus grans dueilz en sont passez,
Plus n'en ay le croppion chault.
Si m'en desmetz aux hoirs
Michault,
Qui fut nommé le
Bon
Fouterre ;
Priez pour luy, faictes ung sault :
A
Saint
Satur gist, soubz
Sancerre.



Ce non obstant, pour m'acquitter
Envers
Amours, plus qu'envers elle,
Car onques n'y peuz acquester
D'espoir une seule estincelle (Je ne sçay s'a tous si rebelle
A esté, ce m'est grand esmoy;
Mais, par sainte
Marie la belle !
Je n'y voy que rire pour moy),



Ceste ballade luy envoyé
Qui se termine tout par
R.
Qui luy portera?
Que je voye.
Ce sera
Pernet de la
Barre,
Pourveu, s'il rencontre en son erre
Ma damoiselle au nez tortu,
Il luy dira, sans plus enquerre : «
Orde paillarde, dont viens-tu? »












Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



François Villon
(1431 - 1463)
 
  François Villon - Portrait  
 
Portrait de François Villon