Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

François Villon

Ballade de la grosse margot - Ballade


Ballade / Poémes d'François Villon





Se j'ayme et sers la belle de bon hait,
M'en devez vous tenir a vil ne sot?
Elle a en soy des biens afin souhait.
Pour son amour sains bouclier et passot;
Quant viennent gens, je cours et happe ung pot,
Au vin m en fuis, sans démener grant bruit;
Je leur tens eaue, frommage, pain et fruit.
S'Hz paient bien, je leur dis : «
Bene stat ;
Retournez cy, quant vous serez en ruit,
En ce bordeau ou tenons nostre estât! »



Mais adoncques il y a grant deshait,

Quant sans argent s'en vient couchier
Margot;

Veoir ne la puis, mon cuer a mort la hait.

Sa robe prens, demy saint et surcot,

Si luy jure qu'il tendra pour l'escot.

Par les costés se prent, c'est
Antecrist.



Crie, et jure, par la mort
Jhesucrist,
Que non sera.
Lors f 'empongne ung esclat;
Dessus son nez luy en fais ung escript,
En ce bordeau ou tenons nostre estât.



Puis paix se fait, et me lasche ung gros pet
Plus enflée qu'ung vlimeux escarbot.
Riant, m'assiet son poing sur mon sommet,
Gogo me dit, et mefiert le jambot.
Tous deux yvres, dormons comme ung sabot.
Et, au resveil, quant le ventre luy bruit,
Monte sur moy, que ne gaste son fruit.
Soubz elles geins, plus qu'un aiz me fait plat;
De paillarder tout elle me destruit,
En ce bordeau ou tenons nostre estât.



Vente, gresle, gelle, j'ay mon pain cuit.

le suis paillart, la paillarde me duit.

Lequel vault mieulx?
Chascun bien s'entresuit.



L'ung vault l'autre; c'est a mau chat mau rat.
Ordure amons, ordure nous assuit;
Nous deffuyons onneur, il nous défait,
En ce bordeau ou tenons nostre estât.



Item, a
Marion l'Ydolle

Et la grant
Jehanne de
Bretaigne

Donne tenir publique escolle

Ou l'escollier le maistre enseigne.

Lieu n'est ou ce marchié se tiengne,

Si non a la grisle de
Mehun ;

De quoy je dis : «
Fy de l'enseigne,

Puis que l'ouvraige est si commun ! »



Item, et a
Noël
Jolis,
Autre chose je ne luy donne
Fors plain poing d'osiers frez cueillis
En mon jardin; je l'abandonne.
Chastoy est une belle aulmosne,
Ame n'en doit estre marry :
Unze vings coups luy en ordonne
Par les mains de maistre
Henry.



Item, ne sçay qu'a l'Ostel
Dieu
Donner, n'a povres hospitaulx;
Bourdes n'ont icy temps ne lieu,
Car povres gens ont assez maulx.
Chascun leur envoyé leurs os.
Les
Mendians ont eu mon oye ;
Au fort, ilz en auront les os :
A menue gent menue monnoye:



Item, je donne a mon barbier,

Qui se nomme
Colin
Galerne,

Près voisin d'Angelot l'erbier,

Ung gros giasson (prins ou? en
Marne),

Affin qu'a son ayse s'yverne.

De l'estomac le tiengne près;

Se l'yver ainsi se gouverne,

Il n'aura chault l'esté d'après.



Item, riens aux
Enfans
Trouvez;
Mais les perdus faut que consolle.
Si doivent estre retrouvez,
Par droit, sur
Marion l'Ydolle.
Une leçon de mon escolle
Leur liray, qui ne dure guiere.
Teste n'ayent dure ne folle;
Escoutent! car c'est la dernière.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



François Villon
(1431 - 1463)
 
  François Villon - Portrait  
 
Portrait de François Villon