Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Emile Verhaeren

Si morne - Poéme


Poéme / Poémes d'Emile Verhaeren





Se replier toujours sur soi-même, si morne !

Comme un drap lourd, qu'aucun dessin de fleur n'adorne.



Se replier, s'appesantir et se tasser

Et se toujours, en angles noirs et mats, casser.



Si morne ! et se toujours interdire l'envie
De tailler en drapeaux l'étoffe de sa vie.



Tapir entre les plis ses mauvaises fureurs
Et ses rancœurs et ses douleurs et ses erreurs.



Ni les frissons soyeux, ni les moires fondantes
Mais les pointes en soi des épingles ardentes.



Oh ! le paquet qu'on pousse ou qu'on jette à l'écart.
Si morne et lourd, sur un rayon, dans un bazar.



Déjà sentir la bouche acre des moisissures
Gluer, et les taches s'étendre en leurs morsures



Pourrir, immensément emmailloté d'ennui ; Être l'ennui qui se replie en de la nuit.



Tandis que lentement, dans les laines ourdies.
De part en part, mordent les vers des maladies.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Emile Verhaeren
(1855 - 1916)
 
  Emile Verhaeren - Portrait  
 
Portrait de Emile Verhaeren


Biographie / Œuvres

Emile Verhaeren est né à Saint-Amand le 21 mai 1855. Fils d’une famille commerçante aisée, il appartient à la classe bourgeoise de ce village sur l’Escaut. Au sein de la famille, la langue véhiculaire est le français, mais avec ses camarades de classe de l’école communale et les habitants de Saint-Amand, il recourt au dialecte local.

A onze ans, Verhaeren se voit envoyé au pensionn

Bibliographie


Chronologie