Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Emile Verhaeren

Poesie - Poéme


Poéme / Poémes d'Emile Verhaeren





Non, mon âme jamais de toi ne s'est lassée !

Au temps de juin, jadis, tu me disais : *
Si je savais, ami, si je savais

Que ma présence, un jour, dût te peser,
Avec mon pauvre cœur et ma triste pensée

Vers n'importe où, je partirais. »
Et doucement ton front montait vers mon baiser.



Et tu disais encor : «
On se déprend de tout et la vie est si pleine !
Et qu'importe qu'elle soit d'or

La chaîne
Qui lie au même anneau d'un port
Nos deux barques humaines ! »
Et doucement tes pleurs me laissaient voir t

Et tu disais,
Et tu disais encore : «
Quittons-nous, quittons-nous, avant les jours mauvais.
Notre existence fut trop haute



Pour se traîner banalement de faute en faute. »

Et tu fuyais et tu fuyais
Et mes deux mains éperdument te retenaient.

Non, mon âme jamais de toi ne s'est lassée.



Lorsque tu fermeras mes yeux à la lumière,
Baise-les longuement, car ils t'auront donné
Tout ce qui peut tenir d'amour passionné
Dans le dernier regard de leur ferveur dernière.

Sous l'immobile éclat du funèbre flambeau,
Penche vers leur adieu ton triste et beau visage
Pour que s'imprime et dure en eux la seule image
Qu'ils garderont dans le tombeau.



Et que je sente, avant que le cercueil se cloue,
Sur le lit pur et blanc se rejoindre nos mains
Et que près de mon front sur les pâles coussins,
Une suprême fois se repose ta joue.

Et qu'après je m'en aille au loin avec mon cœur
Qui te conservera une flamme si forte
Que même à travers la terre compacte et morte
Les autres morts en sentiront l'ardeur !











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Emile Verhaeren
(1855 - 1916)
 
  Emile Verhaeren - Portrait  
 
Portrait de Emile Verhaeren


Biographie / Œuvres

Emile Verhaeren est né à Saint-Amand le 21 mai 1855. Fils d’une famille commerçante aisée, il appartient à la classe bourgeoise de ce village sur l’Escaut. Au sein de la famille, la langue véhiculaire est le français, mais avec ses camarades de classe de l’école communale et les habitants de Saint-Amand, il recourt au dialecte local.

A onze ans, Verhaeren se voit envoyé au pensionn

Bibliographie


Chronologie