Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Emile Verhaeren

Londres - Poéme


Poéme / Poémes d'Emile Verhaeren





Et ce
Londres de fonte et de bronze, mon âme,
Où des plaques de fer claquent sous des hangars.

Où des voiles s'en vont, sans
Notre-Dame
Pour étoile, s'en vont, là-bas, vers les hasards.



Gares de suie et de fumée, où du gaz pleure

Ses spleens d'argent lointain vers des chemins d'éclair,

Où des bêtes d'ennui bâillent à l'heure
Dolente immensément, qui tinte à
Westminster.



Et ces quais infinis de lanternes fatales,

Parques dont les fuseaux plongent aux profondeurs,

Et ces marins noyés, sous des pétales
De fleurs de boue où la flamme met des lueurs.



Et ces châles et ces gestes de femmes soûles,
Et ces alcools en lettres d'or jusques au toit.
Et tout à coup la mort parmi ces foules,
O mon âme du soir, ce
Londres noir qui traîne en toi !











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Emile Verhaeren
(1855 - 1916)
 
  Emile Verhaeren - Portrait  
 
Portrait de Emile Verhaeren


Biographie / Œuvres

Emile Verhaeren est né à Saint-Amand le 21 mai 1855. Fils d’une famille commerçante aisée, il appartient à la classe bourgeoise de ce village sur l’Escaut. Au sein de la famille, la langue véhiculaire est le français, mais avec ses camarades de classe de l’école communale et les habitants de Saint-Amand, il recourt au dialecte local.

A onze ans, Verhaeren se voit envoyé au pensionn

Bibliographie


Chronologie