Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Emile Verhaeren

Les nombres - Poéme


Poéme / Poémes d'Emile Verhaeren





Je suis l'halluciné de la forêt des
Nombres,
Le front fendu, d'avoir buté,
Obstinément, contre leur fixité.



Arbres roides dans le sol clair ;
Les ramures en floraisons d'éclair ;
Les fûts comme un faisceau de lances ;
Et des rocs quadrangulaires dans l'air :
Blocs de peur et de silence.



Là-haut, le million épars des diamants

Et les regards, aux firmaments,

Myriadaires des étoiles ;

Et des voiles après des voiles,

Autour de l'Isis d'or qui rêve aux firmaments.

Je suis l'halluciné de la forêt des
Nombres.



Ils me fixent, avec les yeux de leurs problèmes ;
Ils sont, pour éternellement rester : les mêmes.
Primordiaux et définis,
Ils tiennent le monde entre leurs infinis ;
Ils expliquent le fond et l'essence des choses,
Puisqu'à travers les temps, planent leurs causes.

Je suis l'halluciné de la forêt des
Nombres.



Mes yeux ouverts ? — dites leurs prodiges !
Mes yeux fermés ? — dites leurs vertiges !
Voici leur danse rotatoire
Cercle après cercle, en ma mémoire,
Je suis l'immensément perdu,
Le front vrillé, le cœur tordu,
Les bras battants, les bras hagards
Dans les hasards des cauchemars.



Je suis l'halluciné de la forêt des
Nombres.

Textes de quelles lois infiniment lointaines ?
Restes de quels géométriques univers ?
Havres, d'où sont partis, par des routes certaines,
Ceux qui pourtant se sont cassés aux rocs des mers.
Regards abstraits, lobes vides ou sans paupières.
Clous dans du fer, lames en pointe entre des pierres.



Je suis l'halluciné de la forêt des
Nombres !

Mon cerveau triste, au bord des livres.
S'est épuisé, de tout son sang,
Dans leur trou d'ombre éblouissant ;
Devant mes yeux, les textes ivres
S'entremêlent, serpents tordus ;
Mes poings sont las d'être tendus,
Par au travers de mes nuits sombres,
Avec, au bout, le poids des nombres.
Avec, toujours, la lassitude
De leurs barres de certitude.

Je suis l'halluciné de la forêt des
Nombres.



Dites, jusques à quand le net supplice
De redouter leur maléfice.
Haineusement, dardé vers ma folie ?



Immatériels ou réels, que sais-jc ?
Ils me sont froids comme la neige
Et leur fatalité me lie,
En une atroce anomalie.



Dites ! jusques à quand, là-haut.

Le million épars des diamants

Et les regards aux firmaments,

Myriadaires, des étoiles.

Et ces voiles après ces voiles,

Autour de l'Isis d'or qui rêve aux firmaments ?











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Emile Verhaeren
(1855 - 1916)
 
  Emile Verhaeren - Portrait  
 
Portrait de Emile Verhaeren


Biographie / Œuvres

Emile Verhaeren est né à Saint-Amand le 21 mai 1855. Fils d’une famille commerçante aisée, il appartient à la classe bourgeoise de ce village sur l’Escaut. Au sein de la famille, la langue véhiculaire est le français, mais avec ses camarades de classe de l’école communale et les habitants de Saint-Amand, il recourt au dialecte local.

A onze ans, Verhaeren se voit envoyé au pensionn

Bibliographie


Chronologie