Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Emile Verhaeren

Les forces tumultueuses - Poéme


Poéme / Poémes d'Emile Verhaeren





Vénus,

La joie est morte au jardin de ton corps

Et les grands lys des bras et les glaïeuls des lèvres

Et les grappes de gloire et d'or,

Sur l'espalier mouvant que fut ton corps,

Sont morts.



Les cormorans des temps d'octobre ont laissé choir
Plume à plume, leur deuil, au jardin de tes charmes ;

Mélancoliques, les soirs

Ont laissé choir

Leur deuil, sur tes flambeaux et sur tes armes.

Hélas !
Tant d'échos morts et mortes tant de voix !
Au loin, là-bas, sur l'horizon de cendre rouge,
Un
Christ élève au ciel ses bras en croix :
Miserere par les grands soirs et les grands bois !

Vénus,

Sois doucement l'ensevelie,

Dans la douceur et la mélancolie



Et dans la mort du jardin clair ;

Mais que dans l'air

Persiste à s'exalter l'odeur immense de ta chair.



Tes yeux étaient dardés, comme des feux d'ardeur,

Vers les étoiles éternelles ;

Et les flammes de tes prunelles

Définissaient l'éternité, par leur splendeur.



Tes mains douces, comme du miel vermeil,
Cueillaient, divinement, sur les branches de l'heure,
Les fruits de la jeunesse à son éveil ;
Ta chevelure était un buisson de soleil ;



Ton torse, avec ses feux de clartés rondes,
Semblait un firmament d'astres puissants et lourds ;
Et quand tes bras serraient, contre ton cœur, l'Amour,
Le rythme de tes seins rythmait l'amour du monde.



Sur l'or des mers, tu te dressais, tel un flambeau.
Tu te donnais à tous comme la terre,
Avec ses fleurs, ses lacs, ses monts, ses renouveaux
Et ses tombeaux.



Mais aujourd'hui que sont venus

D'autres désirs de l'Inconnu,

Sois doucement,
Vénus, la triste et la perdue,

Au jardin mort, parmi les bois et les parfums,

Avec, sur ton sommeil, la douceur suspendue

D'une fleur, par l'automne et l'ouragan, tordue.



Tes mains douces, comme du miel vermeil,
Cueillaient, divinement, sur les branches de l'heure,
Les fruits de la jeunesse à son éveil ;
Ta chevelure était un buisson de soleil ;



Ton torse, avec ses feux de clartés rondes,
Semblait un firmament d'astres puissants et lourds ;
Et quand tes bras serraient, contre ton cœur, l'Amour,
Le rythme de tes seins rythmait l'amour du monde.



Sur l'or des mers, tu te dressais, tel un flambeau.
Tu te donnais à tous comme la terre,
Avec ses fleurs, ses lacs, ses monts, ses renouveaux
Et ses tombeaux.



Mais aujourd'hui que sont venus

D'autres désirs de l'Inconnu,

Sois doucement,
Vénus, la triste et la perdue,

Au jardin mort, parmi les bois et les parfums,

Avec, sur ton sommeil, la douceur suspendue

D'une fleur, par l'automne et l'ouragan, tordue.













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Emile Verhaeren
(1855 - 1916)
 
  Emile Verhaeren - Portrait  
 
Portrait de Emile Verhaeren


Biographie / Œuvres

Emile Verhaeren est né à Saint-Amand le 21 mai 1855. Fils d’une famille commerçante aisée, il appartient à la classe bourgeoise de ce village sur l’Escaut. Au sein de la famille, la langue véhiculaire est le français, mais avec ses camarades de classe de l’école communale et les habitants de Saint-Amand, il recourt au dialecte local.

A onze ans, Verhaeren se voit envoyé au pensionn

Bibliographie


Chronologie