Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Emile Verhaeren

Les cordiers - Poéme


Poéme / Poémes d'Emile Verhaeren





Dans son village, au pied des digues, Qui l'entourent de leurs fatigues De lignes et de courbes vers la mer, Le blanc cordier visionnaire A reculons, sur le chemin. Combine, avec prudence, entre ses mains, Le jeu tournant de fils lointains Venant vers lui de l'infini.



Là-bas,

En ces heures de soir ardent et las,

Un ronflement de roue encor s'écoute.

Quelqu'un la meut qu'on ne voit pas ;

Mais parallèlement, sur des râteaux,

Qui jalonnent, à points égaux.

De l'un à l'autre bout la route.

Les chanvres clairs tendent leurs chaînes

Continuement, durant des jours et des semaines.



Avec ses pauvres doigts qui sont prestes encor. Ayant crainte parfois de casser le peu d'or Que mêle à son travail la glissante lumière, Au long des clos et des maisons. Le blanc cordier visionnaire, Du fond du soir tourbillonnaire, Attire à lui les horizons.



Les horizons ? ils sont là-bas : Regrets, fureurs, haines, combats. Pleurs de terreurs, sanglots de voix. Les horizons des autrefois, Sereins ou convulsés : Tels les gestes dans le passé.



Jadis — c'était la vie errante et somnambule, A travers les matins et les soirs fabuleux, Quand la droite de Dieu, vers les Chanaans bleus. Traçait la route en or, au fond des crépuscules.



Jadis — c'était la vie énorme, exaspérée. Sauvagement pendue aux crins des étalons. Soudaine, avec de grands éclairs à ses talons Et vers l'espace immense, immensément cabrée.



Jadis — c'était la vie ardente, évocatoire ; La Croix blanche de ciel, la Croix rouge d'enfer Marchaient, à la clarté des armures de fer, Chacune à travers sang, vers son ciel de victoire.



Jadis — c'était la vie écumante et livide. Vécue et morte, à coups de crime et de tocsin, Bataille entre eux, de prescripteurs et d'assassins, Avec, au-dessus d'eux, la mort folle et splendide.



Entre des champs de lins et d'osiers rouges,

Sur le chemin où rien ne bouge,

Au long des clos et des maisons.

Le blanc cordier visionnaire,

Du fond du soir tourbillonnaire,

Attire à lui les horizons.



Les horizons ? ils sont là-bas Travail, science, ardeurs, combats ; Les horizons ? ils sont passants Avec, en leurs miroirs de soirs. L'image en deuil des temps présents.



Voici — c'est un amas de feux qui se démènent Où des sages, ligués en un effort géant. Précipitent les Dieux pour changer le néant Vers où tendra l'élan de la science humaine.



Voici — c'est une chambre où la pensée avère Qu'on la mesure et qu'on la pèse, exactement, Que seul l'inane éther bombe le firmament Et que la mort s'éduque en des cornets de verre.



Voici — c'est une usine ; et la matière intense Et rouge y roule et vibre, en des caveaux, Où se forgent d'ahan les miracles nouveaux Qui absorbent la nuit, le temps et la distance.



Voici — c'est un palais de lasse architecture Ployé sous les cent ans dont il soutient le poids. Et d'où sortent, avec terreur, de larges voix Invoquant le tonnerre en vol vers l'aventure.



Sur la route muette et régulière,

Les yeux fixés vers la lumière

Qui frôle, en se couchant, les clos et les maisons.

Le blanc cordier visionnaire.

Du fond du soir tourbillonnaire,



Attire à lui les horizons.

Les horizons ? — ils sont là-bas :

Lueurs, éveils, espoirs, combats.

Les horizons qu'il voit se définir.

En espérances d'avenir.

Par au delà des plages,

Que dessinent les soirs, dans les nuages.



Là-haut — parmi les loins sereins et harmoniques, Un double escalier d'or suspend ses degrés bleus, Le rêve et le savoir le gravissent tous deux, Séparément partis vers un palier unique.



Là-haut — l'éclair s'éteint des chocs et des contraires. Le poing morne du doute entr'ouvre enfin ses doigts. L'œil regarde s'unir, dans l'essence, les lois Qui fragmentaient leurs feux en doctrines horaires.



Là-haut — l'esprit plus fin darde sa violence Plus loin que l'apparence et que la mort. Le cœur Se tranquillise et l'on dirait que la douceur Tient, en sa main, les clefs du colossal silence.



Là-haut — le Dieu qu'est toute âme humaine se crée S'épanouit, se livre et se retrouve en tous Ceux-là, qui sont tombés, parfois, à deux genoux, Devant l'humble tendresse et la douleur sacrée.



Et c'est la paix ardente et vive, avec ses urnes De régulier bonheur sur ces pays de soir, Où s'allument, ainsi que des charbons d'espoir, Dans la cendre de l'air, les grands astres nocturnes.



Dans son village, au pied des digues

Qui l'entourent de leurs fatigues

Sinueuses, vers les lointains tourbillonnaires,

Le blanc cordier visionnaire.

Au long des clos et des maisons.

Absorbe, en lui, les horizons.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Emile Verhaeren
(1855 - 1916)
 
  Emile Verhaeren - Portrait  
 
Portrait de Emile Verhaeren


Biographie / Œuvres

Emile Verhaeren est né à Saint-Amand le 21 mai 1855. Fils d’une famille commerçante aisée, il appartient à la classe bourgeoise de ce village sur l’Escaut. Au sein de la famille, la langue véhiculaire est le français, mais avec ses camarades de classe de l’école communale et les habitants de Saint-Amand, il recourt au dialecte local.

A onze ans, Verhaeren se voit envoyé au pensionn

Bibliographie


Chronologie