Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Emile Verhaeren

Le ramasseur d'épaves - Poéme


Poéme / Poémes d'Emile Verhaeren





L'ombre qui sous la lune
Tombait, longue et pâle, des dunes,
Longeait la grève et dentelait la mer.



De loin en loin, apparaissaient des phares
Qui se mouvaient, jaunes et verts,
Avec des gestes sur la mer.



Le vieux chercheur d'épaves rares
Fouille le sable, avec des yeux d'avare,
Et va ; — son ombre
Autour de son pas lent fait de l'ombre plus sombre.



Ses pieds sont lourds et ses épaules lasses ;
Flots d'ailes blanches qui se déplacent,
Les mouettes fuient dans la nuit ;
Il les regarde, et puis s'éloigne et puis s'entête.



A revenir, et puis s'en va et puis s'arrête :

Sa petite pipe de bois

Darde soudain d'entre ses doigts

Un éclat rouge.

Un garde-côte, du haut des dunes
Qui dominent les bouges,



Parfois l'interpelle de loin,

Mais le chercheur d'épaves et de fortune

Ne répond point.

Il marche et marche, avec son vieux bâton de hêtre,



Par les chemins qui font le tour de la mer ;
Il marche et marche encore — et tout son être
Est imbibé d'orage et de grands vents amers.



Il va lassé, mais il va seul,
Rude et têtu passant du soir,
Il va toujours, toujours, toujours, avec l'espoir,
Depuis combien d'années
Gardé, que les vagues des destinées
Quand même, un jour, en leur linceul
D'écume et de fureur, étaleront,
Devant les deux yeux fous qui incendient sa tête.
L'or voyageur que les cent mains de la tempête
Jettent à l'inconnu qui marche aux horizons.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Emile Verhaeren
(1855 - 1916)
 
  Emile Verhaeren - Portrait  
 
Portrait de Emile Verhaeren


Biographie / Œuvres

Emile Verhaeren est né à Saint-Amand le 21 mai 1855. Fils d’une famille commerçante aisée, il appartient à la classe bourgeoise de ce village sur l’Escaut. Au sein de la famille, la langue véhiculaire est le français, mais avec ses camarades de classe de l’école communale et les habitants de Saint-Amand, il recourt au dialecte local.

A onze ans, Verhaeren se voit envoyé au pensionn

Bibliographie


Chronologie