Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Edouard Glissant

La maison des sables - Poéme


Poéme / Poémes d'Edouard Glissant





1



Été, grâce fugace en ce rivage sont cachés.
Patientes voici que vous errez libres du temps
Amoureuses de vous à vous-mêmes laissées
Femmes, lichens perdus lorsque vous y passez.

En cet amour qui se dévêt d'aubes lassées
O rivage, sur qui les matins sont des crimes !
Sables, qui dévoliez vos plages vers des cimes.
Et milans, souvenirs d'hier au ciel jetés !



2



Pays, lorsqu'au soleil s'établissent les pluies,
Où les forges de l'eau brasent un arc-en-ciel
L'homme projette après l'orage, sur le
Sel
Son ombre taciturne et son espoir sans bruit.

Le silence avait fui l'ardente solitude
Palmes !
Le jour désert ramonait sur les fleurs ;
Toujours entre la peur et le désir, hésite
L'amour blessé qui jonchera le jour.

O nuit, pays de carnage d'opprobre,

De larves qui sans fin prédisent leur futur

Aux cieux où dort l'oiseau sempiternel.



3



Navires vous errez dans l'immobilité
Seules vous retenez l'eau fruste sur vos reins,
Lieu sur le rivage où le regard se fortifie.

Craignez-vous l'aube qui glanait les champs d'orage
Noyé las au linceul de la première voix,
De boire l'eau qui broute à l'aurore les plages
Et la terre trop tard en vous ensevelie ?

Mort beauté gloire éternité ! labours

Du semeur en l'espace étincelant, pour qui

Le
Sel vient à douleur et s'efface toujours.



4



Comme enfin la parole appelle votre absence
Vous êtes mer, telle une infante, telle encore
La femme, aux cases nocturnes lavant le sel.

Mer apparue, veillée de jardins enfouis

Votre visage déracine son oiseau,

Plus haut que nues dilapide le blé des mers.

Vergers, glaciers, argile impure qui fermente
Sous l'écume voyez ce jour où je vous vois
Visage devenu labour déshérité.

O l'océan si calme, et calme, ce sous-bois !
Le jour y fait sombrer la
Pâque son amante.
Le soleil y repose en douces cruautés.













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Edouard Glissant
(1928 - 2011)
 
  Edouard Glissant - Portrait  
 
Portrait de Edouard Glissant


Biographie / Œuvres

Mort le 3 février 2011 à l’âge de 82 ans, Edouard Glissant était bien plus qu’un grand écrivain, auteur notamment de La Lézarde (Prix Renaudot 1958), Le Sel noir, L’Intention politique, La Case du commandeur, Pays rêvé, pays réel, Tout-monde… Il était surtout l’inventeur et théoricien, à la pensée parfois assez complexe, d’au autre monde qu’il appelait le Tout-monde, nourri des écrits et des lutte