Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Edouard Glissant

Falaise secrète - Poéme


Poéme / Poémes d'Edouard Glissant





Pensa-t-il aux livres enfouis

Dans ces pays sans spectacles

Où les femmes n'ont plus de mains ?

A ces fulgurances de roches

Que l'on voit aux rivages nus

Guettant quelles vagues encore ?

La mer l'avait envahi

D'un bord à l'autre de son amour.



Le mal que fait l'oiseau blessé
Au nuage qui l'achève,
Mais aussi la glace blanche

De tant de fièvres défrichées,
La plage qui troue la plage.
Il vous fait
Dame de ce lieu
Ombelle nue que le vent porte,
Mue de brasiers beauté la nôtre.

Puis, si belle, la mer l'emporte.



Je vous vois déserte peuplée
Mais toujours étendue de mers
Parce que vous êtes opale

L'hiver avait cette épaisseur

Des mains qui germent dans l'obscur

L'été, pays tôt foudroyé.

Entre ses mains il le maintient
Comme une étrange chevelure
Et c'est pitié que d'y coucher.



Là, sur l'argile des pierres

Le souvenir a déposé

Comme un naufrage roux d'œillets,

Comme d'amours un ossuaire.

Mais où les champs qui se déprennent ?
Où vont les champs quand l'hiver point ?
Tant de mers nous ont traversés.



En moi vous êtes montagne
Pays ô visage impur
D'un pur visage fracassé.
L'orage bâtit ces murailles
La mer que tu hantes brûle
Je ne vois d'oiseaux qu'apeurés.
Croyez-vous que l'orage mente ?
Ces murailles nous ont traqués.



Tel y a mûri ses aubaines
La rivière était froide et pure
Amour d'été est feu d'enfant.

Etoile, c'est la fontaine

Où tu meurs au jour avenant !

Foi d'arbre ne meurt ni ne dure.



Lors étiez-vous labour déchu
De ravages de chevaux fous Étiez-vous plaine qui mesure
A la montagne la pâture
Dont elle fait, hurlants, ses loups ?

Laissez le mal aux naufragés
Vent de sable est vent de torture,
Notre joie naquit tout après.



Labour, ô pays, pur visage
D'un visage impur et blessé.
Le vent dans l'oiseau fait liesse
L'orage vous a délaissée
Ici commence la cassure.

Et cueillez à l'orgue l'orage
En vous il mue et n'a de cesse
Que ne soit plus nuit ce murmure.













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Edouard Glissant
(1928 - 2011)
 
  Edouard Glissant - Portrait  
 
Portrait de Edouard Glissant


Biographie / Œuvres

Mort le 3 février 2011 à l’âge de 82 ans, Edouard Glissant était bien plus qu’un grand écrivain, auteur notamment de La Lézarde (Prix Renaudot 1958), Le Sel noir, L’Intention politique, La Case du commandeur, Pays rêvé, pays réel, Tout-monde… Il était surtout l’inventeur et théoricien, à la pensée parfois assez complexe, d’au autre monde qu’il appelait le Tout-monde, nourri des écrits et des lutte