Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Edouard Glissant

Chanson 2 - Chanson


Chanson / Poémes d'Edouard Glissant





Aux portes de la ville où sont les oiseleurs,
J'ai vu des oisillons refuser de mourir
En demandant pardon —

A l'air,

A leur progéniture de l'avenir,
Au feuillage, à leur chant
Qui aurait bien voulu mourir.

J'ai vu des oisillons préférer au sommeil
Le soleil inexorable.

Aux portes de la ville où sont les oiseleurs,
Où sont les oisillons.



C'eût été bien trop simple qu'il parût,
Le grand garçon timide ignoré du destin
Que pas un mur n'arrête.

Et qu'il fût là soudain au milieu de la salle,

Où dans un grand bol blanc sur la table de chêne,

Du lait poursuit sa halte.

C'eût été bien trop simple qu'il entrât,
Gêné un peu de tant savoir et de pouvoir,

Et qu'il posât, comme un silence,
Un doigt puis l'autre sur nos plaies.



C'est la distance à l'intérieur
Qui perd mesure,

Jusqu'à l'immense.

Il n'est plus qu'une sphère

Sans confins ni lieux,

Où le noir oscille

Comme un corps de monstre.

Et très loin, perdu
Dans la masse énorme,

Un œil qui regarde
Et qui brille à peine :

Le noyau de braise.



Mais le métal aussi
Tremble de longue attente
Vers les canaux du sang.

Et c'est la nuit de bon sommeil
Qui devient rare.



Oui, le jour et la rue et des milliers de gens
Qui vont et viennent
Puisqu'il fait clair.

Puisque l'horloge leur marque l'heure
D'un jour sans plus d'attaches.

Qui vont et viennent comme s'ils menaient
Parmi les astres.



Comme la ville couvait son calme
Et la nuit étant bonne à boire,
Il eut besoin de s'en aller

Vers les îles mauvaises de peur —

Apporter à leurs meules
Le grain du continent
Qui leur permît de moudre.



Peut-être après tout sur une falaise un jour
Qu'encore l'océan sera plus que de l'eau,
La bête qui parle et qui maudit.

Dans la prairie déserte

Où le bois n'est qu'un arbre

Et qui se tait trop fort.

Dans une étable lente et chaude à la bougie,
Frôlé par le vent qui ferme les portes.

Ou bien à la table,

Et me surprenant aux gestes du père —

La honte soudaine d'éprouver sur moi
Le toucher de l'ange.













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Edouard Glissant
(1928 - 2011)
 
  Edouard Glissant - Portrait  
 
Portrait de Edouard Glissant


Biographie / Œuvres

Mort le 3 février 2011 à l’âge de 82 ans, Edouard Glissant était bien plus qu’un grand écrivain, auteur notamment de La Lézarde (Prix Renaudot 1958), Le Sel noir, L’Intention politique, La Case du commandeur, Pays rêvé, pays réel, Tout-monde… Il était surtout l’inventeur et théoricien, à la pensée parfois assez complexe, d’au autre monde qu’il appelait le Tout-monde, nourri des écrits et des lutte