Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Claude Roy

La journée au soleil - Poéme


Poéme / Poémes d'Claude Roy





La mer dès le matin avait tant à nous dire

Je n'écoutais que toi Elle avait beau fourrer son museau dans mes mains

rabâcher son histoire sauter à notre cou, nous mordre, nous lécher

pour elle j'étais sourd



Je n'écoutais que toi ton souffle ton odeur

ta façon d'être là ton corps qui se baignait dans l'écume du lit

tes seins de magnolia Je plongeais replongeais dans ta tiédeur salée

et je perdais haleine



La mer et le soleil à n'en jamais finir avaient beau chuchoter faufiler leurs chansons à travers la persienne je n'écoutais que toi

Avant de s'endormir les amants au long cours le soleil en allé



dans le noir en parlant font de leur alentour un jardin plein d'allées

Ils y marchent longtemps ayant doucement dit

au cœur opérateur de rejouer pour eux le film au ralenti

de leur ancien bonheur



Pellicule rayée et qui se décolore

jadis s'est transmué à l'envers du présent si parlant et sonore

en cinéma muet



Mais les amants voguant au fil de la nuit lente bras dessus bras dessous

aiment ce cinéma que la mémoire invente et le soleil dissout

J'étais plus que la mer entêté à te mordre toi plus nue dans mes bras

que la mer et le ciel et le vent et la mer toi qui n'étais que toi.













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Claude Roy
(1915 - ?)
 
  Claude Roy - Portrait  
 
Portrait de Claude Roy