Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Claude Roy

Bestiaire de l'écureuil - Poéme


Poéme / Poémes d'Claude Roy





Tes doigts distraits, à force d'indolence, de se dénouer, d'effleurer tes cheveux, tes doigts légers, écheveau d'impatience, ont inventé un pelage et deux yeux.



Un écureuil se glisse auprès de moi,

très courtois et très roux comme un bois en automne,

sensible aux mots, aux regards, à la voix,

un écureuil, attentive personne.



Il me regarde et je regarde ailleurs. Comment répondre à son appel discret? La vie est là, et moi toujours ailleurs, pas plus que lui je ne sais le secret.



Être écureuil est un jeu difficile hors des forêts, très loin des noisetiers. Notre lit n'est pas arbre ni asile, être écureuil ici devient très malaisé.



Tes doigts distraits, à force d'innocence, ont effacé en peignant tes cheveux cet écureuil, ce timide non-sens qui vit ici — parce que je le veux.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Claude Roy
(1915 - ?)
 
  Claude Roy - Portrait  
 
Portrait de Claude Roy