Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Christine de Pisan

L'épistre au dieu d'amours (mai 1399) - Poéme


Poéme / Poémes d'Christine de Pisan





Cupido, roy par la grace de lui,

Dieu des amans, sanz aide de nullui

Regnant en l'air du ciel trés reluisant,

Filz de
Venus la deesse poissant,

Sire d'amours et de tous ses obgiez,

A tous nos vrais loiaulx servans subgiez,

SALUT,
AMOUR,
FAMILIARITÉ,

Savoir faisons en generalité

Qu'a nostre
Court sont venues complaintes

Par devant nous et moult piteuses plaintes

De par toutes dames et damoiselles,

Gentilz femmes, bourgoises et pucelles,

Et de toutes femmes generaument,

Nostre secours requerans humblement,

Ou, se ce non, du tout desheritées

De leur honneur seront et ahontées.

Si se plaingnent les dessusdittes dames

Des grans extors, des blasmes, des diffames,

Des traïsons, des oultrages trés griefs,

Des faussetez et de mains autres griefs,

Que chascun jour des desloiaulx reçoivent,

Qui les blasment, diffament et deçoivent.

Sur tous païs se complaignent de
France,

Qui jadis fu leur escu et deffense,

Qui contre tous de tort les deffendoit,

Com il est droit, et si com faire doit

Noble païs ou gentillece regne.

Mais a present elles sont en ce regne,

Ou jadis tant estoient honnourées,

Plus qu'autre part des faulz deshonnourées,

Et meismement, dont plus griefment se deulent,

Des nobles gens qui plus garder les seulent.

Car a present sont pluseurs chevaliers

Et escuiers mains duis et coustumiers

D'elles traÿr par beaulx blandissemens.

Si se faignent estre loyaulx amans

Et se cueuvrent de diverse faintise;

Si vont disant que griefment les atise

L'amour d'elles, qui leur cuer tient en serre,

Dont l'un se plaint, a l'autre le cuer serre,

L'autre pleure par semblant et souspire,

Et l'autre faint que trop griefment empire,

Par trop amer tout soit descoulouré

Et presque mort et tout alangoré,

Et jurent fort et promettent et mentent

Estre loiaulx, secrez, et puis s'en vantent.

D'aler souvent et de venir se peinent,

Par ces moustiers ça et la se pormenent

En regardant, s'apuient sus aultelz

Par faulx semblans, moult en y a de telz;

Parmi rues leurs chevaulx esperonnent

Gays et mignos a cliquetes qui sonnent;

Moult font semblant d'en estre embesoignez:

Mules, chevaulz ne sont pas espargniez.

Diligens sont de bailler leurs requestes;

Moult enquierent ou sont nopces et festes,

La vont pluseurs jolis, mignoz et cointes,

Si font semblant de sentir de noz pointes

Si qu'a peine les peuvent endurer.

Aultres mettent grant peine a procurer

Par messages ou par quelque acointance

A mettre a fin ce que leur faulz cuer pense.

Par telz maintiens en plus de mille guises

Les faulz amans se cueuvrent de faintises,

C'est assavoir les desloiaulz qui héent

Foy, loiaulté, et a decevoir béent;

Car les loyaulz ne sont pas en ce compte,

Et ceulz doit on amer et tenir compte,

Car decevoir en nul cas ne vouldroient:

Je leur deffens; pour ce consens qu'ilz aient

De noz doulz biens savoureux bonne part,

Car a mes gens largement en depart;

Et ceulz tienent mes vrais commandemens,

Justes, loiaulz, et bons enseignemens;

Si leur deffens villenie et meffait,

Et leur commans poursuivre honneur de fait,

Estre loiaulz, secrez et voir disans,

Larges, courtois, et fuïr mesdisans,

Humbles et doulz, jolis et assesmés,

Fermes et frans, poursuivre a estre amez,

Armes suïr a ceulx qu'il apartient

Loz acquerir.
Qui en ce point se tient,

Sache pour vray que ne lui fauldray mie

A lui donner dame belle et amie;

Car, quant ainsi je suis d'aucun servi,

Guerdon lui rens comme il a desservi.

Mais se bien vient a ces faulz d'aventure

N'est pas droit bien, combien que je l'endure,

Car en tous cas le bien est moult petit

Quant il est pris sanz desir n'appetit.

Et que vauldroit a homs descouragié

Grans viandes, ypocras ou saugié

Puis que saveur nulle ou pou y aroit?

Mais a cellui qui desirant seroit

De pain faittis ou d'une miche blanche,

S'ataindre y puet,
Dieu scet com il la tranche

Joyeusement et de grant cuer s'en paist!

Ainsi de toute riens desirée est.

Ainsi, se trop ne sont aperceües,

Sont maintes fois les dames deceües,

Car simples sont, n'y pensent se bien non,

Dont il avient souvent, veullent ou non,

Qu'amer leur fault ceulz qui si les deçoivent,

Traïes sont ains qu'elles l'aperçoivent.

Mais quant ainsi sont fort envolopées,

Les desloiaulz qui les ont attrapées,

Or escoutez comment ilz s'en chevissent:

Ne leur souffist ce qu'ainsi les trahissent,

Ains ont compaings de leur male aliance;

Si n'y remaint ne fait ne couvenance

Qui ne soit dit l'un a l'autre, et, trop plus

Qu'ilz n'ont de bien, se vantent que reclus

Sont devenus en la chambre leurs dames

Dont sont amez, puis jurent corps et ames

Comment du fait il leur est avenu

Et que couché braz a braz y ont nu.

Les compaignons ce dient es tavernes,

Et les nobles font leurs pars et leurs sernes

En ces grans cours de noz seigneurs les ducs,

Ou chieux le roy, ou ailleurs espandus,

Et la tienent de telz plais leurs escoles,

Pluseurs y a qui deussent leurs paroles

En bons contes drecier sanz bourderie

A raconter pris de chevalerie;

Mais aux grans feux a ces soirs, ou sus couches,

La rigolent l'un l'autre, et par reproches

S'entredient: «Je sçay bien de tes fais,

Telle est t'amie et tu le jolis fais

Pour sienne amour, mais pluseurs y ont part,

Tu es receu quant un autre s'en part!»

La diffament les envieux la belle

Sanz achoison ne nul mal savoir d'elle

Et lors cellui qui en est rigolé

Monstre semblant qu'il en soit adoulé;

Mais moult lui plaist de ce qu'on l'en rigole

Et de son bec mainte parole vole

Qui blasme vault, combien qu'il s'en excuse;

En excusant celle nomme et accuse,

Et fait semblant de celer et couvrir

Ce qu'il lui plaist a dire et descouvrir.

D'aultres y a qui le rigol commencent

Ad celle fin que les autres s'avancent

D'eulx rigoler et d'eulx ramentevoir

Ce qu'ilz veulent a tous faire assavoir;

Si s'en rient et, tout en accusant,

Se vont du fait laschement excusant.

Si en y a qui se sont mis en peine

Qu'on les amast, mais perdu ont leur peine;

Si sont honteux dont ilz sont reffusé;

Ne veulent pas qu'on croie que musé

Ayent en vain, pour ce de ce se vantent

Qu'oncques n'avint, et, se en ce lieu hantent,

Pour aucun cas ou par quelque accointance,

De tout l'ostel conteront l'ordenance

Pour enseignes de confermer leurs bourdes.

La sont dites maintes paroles lourdes;

Et qui dire ne les veult mie apertes

Les monstre au doigt par paroles couvertes;

La sont femmes moult laidement nommées

Souventes fois et sanz cause blasmées,

Et meismement d'aucunes grans maistresses,

Tant ayent ilz blondes ou brunes treces.

Dieux, quelz parleurs!
Dieux, quelles assemblées

Ou les honneurs des dames sont emblées!

Et quel proffit vient d'ainssi diffamer

A ceulz meismes qui se deussent armer

Pour les garder et leur honneur deffendre?

Car tout homme doit avoir le cuer tendre

Envers femme qui a tout homme est mere

Et ne lui est ne diverse n'amere,

Ainçois souefve, doulce et amiable,

A son besoing piteuse et secourable,

Qui tant lui a fait et fait de services,

Et de qui tant les oeuvres sont propices

A corps d'omme souefvement nourrir;

A son naistre, au vivre et au morir,

Lui sont femmes aidans et secourables,

Et piteuses, doulces et serviables.

Si est celui maucognoiscent et rude

Qui en mesdit, et plein d'ingratitude.

Encor dis je que trop se desnature

Homme qui dit diffame, ne laidure,

Ne reproche de femme en la blasment,

Ne une, ne deux, ne tout generaulment.

Et supposé qu'il en y ait de nyces

Ou remplies de pluseurs divers vices,

Sanz foy n'amour ne nulle loiaulté,

Fieres, males, plaines de cruaulté,

Ou pou constans, legieres, variables,

Cautelleuses, fausses et decevables,

Doit on pour tant toutes mettre en fremaille

Et tesmoignier qu'il n'est nulle qui vaille?

Quant le hault
Dieu fist et forma les angelz,

Les cherubins, seraphins et archangelz,

N'en y ot il de mauvais en leurs fais?

Doit on pour tant angelz nommer mauvais?

Mais qui male femme scet, si s'en gart

Sanz diffamer ne le tiers ne le quart

Ne trestoutes en general blasmer

Et tous leurs meurs femenins diffamer;

Car moult en fu, est et sera de celles

Qui a louer sont com bonnes et belles

Et ou vertus et graces sont trouvées,

Sens et valeur en bonté esprouvées.

Et de blasmer celles qui le moins valent

Ceulz qui ce font, encor dis je qu'ilz falent,

S'ils les nomment, disant qui elles sont,

Ou demeurent, quoy ne quelz leurs fais sont.

Car le pecheur on ne doit diffamer,

Ce nous dist
Dieux, n'en publique blasmer.

Les vices bien puet on et les pechiez

Trés fort blasmer, sanz ceulz qui entechiez

En sont nommer, ne diffamer nullui,

Ce tesmoigne l'escript ou je le lui.

De telz parleurs en y a a grans sommes,

Dont grant honte est tel vice en gentilz hommes:

Je di a ceulz qui en sont entechié

Non mie a ceulz qui n'y ont nul pechié,

Car maint y a des nobles si vaillans

Que mieulx perdre vouldroient leurs vaillans

Que de telz fais restez ne reprouvez

Fussent pour riens, n'en telz cas pris prouvez;

Mais les mauvais, dont je fais mencion,

Qui n'ont bon fait ne bonne entencion,

Ne prenent pas au bon
Hutin exemple

De
Vermeilles, ou bonté ot si ample

Qu'oncques nulz homs n'y sceut que reprochier,

Ne nul mesdit en diffamant n'ot chier;

Souvrainement porta honneur aux femmes,

Ne peust ouïr d'elles blasme ou diffames;

Chevalier fu preux, sage et bien amé,

Pour ce fu il et sera renommé.

Le bon
Othe de
Grançon le vaillant,

Qui pour armes tant s'alla traveillant,

Courtois, gentil, preux, bel et gracieux

Fu en son temps,
Dieux en ait l'ame es cieulx!

Car chevalier fu moult bien entechié.

Qui mal lui fist je tiens qu'il fist pechié,

Non obstant ce que lui nuisi
Fortune,

Mais de grever aux bons elle est commune.

Car en touz cas je tiens qu'il fu loiaulz,

D'armes plus preux que
Thalemon
Ayaux.

Onc ne lui plot personne diffamer,

Les dames voult servir, prisier, amer.

D'aultres pluseurs furent bons et vaillans,

Estre doivent exemple aux deffaillans;

Encor en est maint, il est bien mestiers,

Qui des vaillans suivent les bons sentiers;

Honneur les duit, vaillance les y meine,

A acquerir pris et loz mettent peine,

De nobles meurs bien entechiez se perent,

Par leurs beaulz fais leurs vaillances apperent

En ce royaume, ailleurs et oultremer.

Mais je me tais de cy leurs noms nommer

Qu'on ne deïst que ce feust flaterie,

Ou qu'il peüst tourner a vanterie.

Et telz doivent gentilz hommes par droit

Estre, autrement gentillece y fauldroit.

Si se plaingnent les dessusdittes dames

De pluseurs clers qui sus leur mettent blasmes,

Dittiez en font, rimes, proses et vers,

En diffamant leurs meurs par moz divers;

Si les baillent en matiere aux premiers

A leurs nouveaulx et jeunes escolliers,

En maniere d'exemple et de dottrine,

Pour retenir en age tel dottrine.

En vers dient,
Adam,
David,
Sanson,

Et
Salemon et autres a foison

Furent deceuz par femme main et tart;

Et qui sera donc li homs qui s'en gart?

Li autres dit que moult sont decevables,

Cautilleuses, faulses et pou valables.

Autres dient que trop sont mençongieres,

Variables, inconstans et legieres.

D'autres pluseurs grans vices les accusent

Et blasment moult, sanz que riens les excusent.

Et ainsi font clers et soir et matin,

Puis en françois, leurs vers, puis en latin,

Et se fondent dessus ne sçay quelz livres

Qui plus dient de mençonges qu'uns yvres.

Ovide en dit, en un livre qu'il fist,

Assez de maulz, dont je tiens qu'il meffist,

Qu'il appella le
Remede d'amours,

Ou leur met sus moult de villaines mours,

Ordes, laides, pleines de villenie.

Que telz vices aient je le luy nye,

Au deffendre de bataille je gage

Contre tous ceulz qui giter voldront gage;

Voire, j'entens des femmes honnorables,

En mes contes ne metz les non valables.

Si ont les clers apris trés leur enfance

Cellui livret en premiere science

De gramaire, et aux autres l'aprenent

A celle fin qu'a femme amer n'emprenent.

Mais de ce sont folz et perdent leur peine,

Ne l'empeschier si n'est fors chose vaine.

Car, entre moy et ma dame
Nature,

Ne souffrerons, tant com le monde dure,

Que cheries et amées ne soient

Maugré touz ceulz qui blasmer les vouldroient,

Et qu'a pluseurs meismes qui plus les blasment

N'ostent les cuers, et ravissent et emblent.

Sanz nul frauder ne faire extorsion,

Mais tout par nous et nostre imprecion,

Ja n'en seront hommes si accointiez

Par soubtilz clers, ne pour touz leurs dittiez,

Non obstant ce que mains livres en parlent

Et les blasment qui assez pou y valent.

Et s'aucun dit qu'on doit les livres croire

Qui furent fais d'ommes de grant memoire

Et de grant sens, qui mentir ne daignerent,

Qui des femmes les malices proverent,

Je leurs respons que ceulz qui ce escriprent

En leurs livres, je trouve qu'ilz ne quistrent

En leurs vies fors femmes decepvoir;

N'en pouoient yceulz assez avoir,

Et tous les jours vouloient des nouvelles,

Sanz loiaulté tenir, nez aux plus belles.

Qu'en ot
David et
Salemon le roy?

Dieu s'en courça et puni leur desroy.

D'autres pluseurs, et meismement
Ovide

Qui tant en voult, puis diffamer les cuide;

Et tous les clers, qui tant en ont parlé,

Plus qu'autre gens en furent affolé,

Non pas d'une seule mais d'un millier.

Et, se tel gent orent dame ou moillier

Qui ne feïst du tout a leur vouloir

Ou qui meïst peine a les decevoir,

Quel merveille?
Car il n'est nulle doubte

Que, quant uns homs en tel vilté se boute,

il ne va pas querant les vaillans dames

Ne les bonnes prisiées preudes femmes,

Ne les cognoist, ne il n'en a que faire:

Fors ceulz ne veult qui sont de son affaire;

De filletes se pare et de pietaille.

Est il digne d'avoir chose qui vaille

Un vilotier qui toutes met en conte

Et puis cuide trop bien couvrir sa honte.

Quant plus n'en puet et qu'il est ja vieulz homs,

D'elles blasmer par ses soubtilz raisons?

Mais qui blasmast seulement les données

Aux grans vices et les abandonnées,

Et conseillast a elles non suivir

Comme ilz ont fait, bien s'en pourroit suivir

Et ce seroit chose moult raisonnable,

Enseignement digne, juste et louable,

Sanz diffamer toutes generaument.

Et a parler quant au decevement,

Je ne sçay pas penser ne concevoir

Comment femme peust homme decevoir:

Ne le va pas ne cerchier ne querir,

Ne sus son lieu prier ne requerir,

Ne pense a lui, ne ne lui en souvient,

Quant decepvoir l'omme et tempter la vient.

Tempter comment?-Voire par tel maniere

Qu'il n'est peine qui ne lui soit legiere

A endurer et faissel a porter.

A aultre riens ne se veult deporter

Fors a pener a elles decevoir,

Pour y mettre cuer et corps et avoir.

Et par long temps dure la trioleine,

Souventes fois avient, et celle peine,

Non obstant ce que moult souvent y faillent,

A leurs esmes ja soit ce qu'ils travaillent.

Et de ceulz parle
Ovide en son traittié

De l'Art d'amours; car pour la grant pitié

Qu'il ot de ceulz compila il un livre,

Ou leur escript et enseigne a delivre

Comment pourront les femmes decevoir

Par faintises et leur amour avoir;

Si l'appella livre de l'Art d'amours;

Mais n'enseigne condicions ne mours

De bien amer, mais ainçois le contraire.

Car homs qui veult selon ce livre faire

N'amera ja, combien qu'il soit amez,

Et pour ce est li livres mal nommez,

Car c'est livre d'Art de grant decevance,

Tel nom li don, et de fausse apparence.

Et comment donc quant fresles et legieres,

Et tournables, nyces et pou entieres

Sont les femmes, si com aucuns clers dient,

Quel besoing donc est il a ceulz qui prient

De tant pour ce pourchacier de cautelles?

Et pour quoy tost ne s'i accordent elles

Sanz qu'il faille art n'engin a elles prendre?

Car pour chastel pris ne fault guerre emprendre.

Et meismement pouëte si soubtil

Comme
Ovide, qui puis fu en exil,

Et
Jehan de
Meun ou
Romant de la
Rose,

Quel long procès! quel difficile chose!

Et sciences et cleres et obscures

Y met il la et de grans aventures!

Et que de gent soupploiez et rovez

Et de peines et de baraz trouvez

Pour decepvoir sanz plus une pucelle,

S'en est la fin, par fraude et par cautelle!

A foible lieu faut il donc grant assault?

Comment peut on de près faire grant saut?

Je ne sçay pas ce veoir ne comprendre

Que grant peine faille a foible lieu prendre,

Ne art n'engin, ne grant soubtiveté.

Dont convient il tout de neccessité,

Puis qu'art convient, grant engin et grant peine,

A decevoir femme noble ou villaine,

Qu'elz ne soient mie si variables,

Comme aucun dit, n'en leur fait si muables.

Et s'on me dit li livre en sont tuit plein,

C'est le respons a maint dont je me plain.

Je leur respons que les livres ne firent

Pas les femmes, ne les choses n'i mirent

Que l'en y list contre elles et leurs meurs;

Si devisent a l'aise de leurs cuers

Ceulz qui plaident leur cause sanz partie,

Sanz rabatre content, et grant partie

Prenent pour eulx, car de legier offendent

Les batailleux ceulz qui ne se deffendent.

Mais se femmes eussent les livres fait

Je sçay de vray qu'autrement fust du fait,

Car bien scevent qu'a tort sont encoulpées,

Si ne sont pas a droit les pars coupées,

Car les plus fors prenent la plus grant part,

Et le meilleur pour soy qui pieces part.

Encor dient li felon mesdisant,

Qui les femmes vont ainsi desprisant,

Que toutes sont fausses seront et furent

N'oncques encor nulles loiaulté n'urent,

Et qu'amoureux telles, qui qu'elles soient,

Toutes treuvent quant les femmes essoient;

A toutes fins leur est le tort donné,

Qui qu'ait meffait, sur elles est tourné;

Mais c'est maudit; et on voit le rebours;

Car, quant ad ce qui afflert a amours,

Trop de femmes y ont esté loiales

Sont et seront, non obstant intervales

Ou faussetéz, baraz ou tricheries,

Qu'on leur ait fait et maintes manteries.

Que fut jadis
Medée au faulz
Jason?

Trés loialle, et lui fist la toison

D'or conquerir par son engin soubtil,

Dont il acquist loz plus qu'autres cent mil.

Par elle fu renommé dessus tous,

Si lui promist que loial ami doulz

Seroit tout sien, mais sa foy lui menti

Et la laissa pour autre et s'en parti.

Que fu
Dido, roÿne de
Cartage?

De grant amour et de loial corage,

Vers
Eneas qui, exillé de
Troye,

Aloit par mer las, despris et sanz joye,

Presque pery lui et ses chevaliers.

Recueilli fu, dont lui estoit mestiers

De la belle, qu'il faussement deçut;

Car a trés grant honneur elle receut

Lui et ses gens et trop de bien lui fist;

Mais puis après vers elle tant meffist,

Non obstant ce qu'il lui eust foy promise

Et donnée s'amour, voire, en faintise,

Si s'en parti, ne puis ne retorna,

Et autre part la sienne amour torna;

Dont a la fin celle, pour s'amistié,

Morut de dueil, dont ce fu grant pitié.

Penelope la feme
Ulixès,

Qui raconter vouldroit tout le procès

De la dame, trop trouveroit a dire

De sa bonté ou il n'ot que redire:

Trés belle fu requise et bien amée,

Noble, sage, vaillant et renommée.

D'aultres pluseurs, et tant que c'est sanz nombre,

Furent et sont et seront en ce nombre;

Mais je me tais adès d'en plus compter,

Car long procès seroit a raconter.

Si ne sont pas femmes si desloiales

Comme aucun dit, ains sont pluseurs loiales;

Mais il avient, et c'est de commun cours,

Qu'on les deçoipt et traïst en amours,

Et quant ainsi se treuvent deceües

Les aucunes des plus aperceües

S'en retraient; de ce font grant savoir.

Doivent elles donc de ce blasme avoir?

Est ce doncques se
Dieux vous doint santé

Mal ne folour, barat ne fausseté?

Nanil certes, ains est grans sens ainçois;

Mais je cognois de voir et aperçois

Que se amans tenissent verité,

Foy, loyaulté, sanz contrarieté

Vers leurs dames, et feissent leur devoir,

Comme amant doit faire par droit devoir,

Je croy que pou ou nulle fausseroit,

Et que toute femme loial seroit.

Au moins le plus: rigle n'est qui ne faille,

De toute riens n'est pas tout bien sanz faille;

Mais par ce que pluseurs faussent et mentent,

Et en maint lieux par desloiaulté hantent,

Leur fausse l'en, et c'est tout par leur couppe

Se on leur fait de tout autel pain souppe.

Et aucuns sont qui jadis en mes las

Furent tenus, mais il sont d'amer las

Ou par vieillece ou deffaulte de cuer,

Si ne veulent plus amer a nul fuer,

Et convenant m'ont de tous poins nyé,

Moy et mon fait guerpy et renié,

Comme mauvais serviteurs et rebelles.

Et telle gent racontent telz nouvelles

Communement, et se plaignent, et blasment

Moy et mon fait, et les femmes diffament

Pour ce que plus ne s'en pevent aidier

Ou que leurs cuers veulent de moy vuidier.

Si les cuident faire aux autres desplaire

Par les blasmer, mais ce ne pevent faire.

Si hé tel gent trop plus qu'autre riens, certes,

Et les paye souvent de leurs dessertes;

Car, en despit de leurs males paroles,

Eulx assoter d'aucunes femmes foles,

De pou d'onneur, males, maurenommées,

Je fais yceulz: de tel gent sont amées.

Si ne remaint en eulz plume a plumer,

Bien les scevent a leur droit reclamer.

La sont surpris et bien envelopé

Ceulz qui le mieulx cuident estre eschappé.

Comme il affiert sont tel gent avoyé;

Si leur est bien tel meschief emploié.

Et encor pis, car ceulz qui plus souvent

Vont les femmes par grant soing decevant

Et qui le plus se peinent et travaillent,

N'il ne leur chault qu'il leur coste ou qu'il baillent,

Ne quel peine ilz doient endurer

Pour a grant soing leur voloir procurer,

Tant qu'ilz tant font par malices prouvées,

Par faulz semblans, par choses controuvées,

Qu'ilz attraient pluseurs a leurs cordelles

Par leurs engins et par fausses cautelles;

Et puis après s'en moquent et s'en vantent,

Et vont disant que femmes se consentent

Legierement, com legieres et frailles,

Et qu'on ne doit avoir fiance en elles.

C'est mal jugié et trop male sentence

De trestoutes pour tant mettre en la dance.

Mais s'aucunes attraient en tel guise,

Quel merveille!
Ne fu pas par faintise,

Par faulz consaulz, par traïson bastie,

Par parlemens, engins et foy mentie,

La grant cité de
Troye jadis prise,

Qui tant fu fort, et toute en feu esprise?

Et tous les jours par engins et desrois

Ne traïst on et royaumes et roys?

Trop deçoivent les beaulz blandissemens,

Tous en sont pleins et livres et romans;

Si n'est pas donc chose a trop merveillier

Quant, pour mentir, pener et traveillier,

On peut vaincre une chose simplete,

Une ignorant petite femmellete.

Et fust ores malicieuse et sage

Si n'est ce pas en ce grant vasselage

A homme agu, de grant malice plein,

Qui peine y met comme il en est tout plein.

Et ainsi sont les femmes diffamées

De pluseurs gens et a grant tort blasmées

Et de bouche et en pluseurs escrips,

Ou qu'il soit voir ou non, tel est li crys.

Mais, qui qu'en ait mesdit ou mal escript,

Je ne truis pas en livre n'en escript

Qui de
Jhesus parle ou de sa vie

Ou de sa mort pourchacée d'envie,

Et mesmement des
Apostres les fais

Qui pour la foy porterent maint dur fais,

N'euvangile qui nul mal en tesmoigne,

Mais maint grant bien, mainte haulte besoigne,

Grant prudence, grant sens et grant constance,

Perfaitte amour, en foy grant arrestance,

Grant charité, fervente volenté,

Ferme et entier corage entalenté

De
Dieu servir, et grant semblant en firent,

Car mort ne vif oncques ne le guerpirent.

Fors des femmes fu de tous delaissié

Le doulz
Jhesus, navré, mort et blecié.

Toute la foy remaint en une femme.

Si est trop folz qui d'elles dit diffamme,

Ne fust ores que pour la reverence

De la haulte
Roÿne, en remembrance

De sa bonté, qui tant fu noble et digne,

Que du filz
Dieu porter elle fu digne!

Grant honneur fist a femme
Dieu le pere

Qui faire en voult son espouse et sa mere,

Temple de
Dieu a la
Trinité jointe.

Bien estre doit femme joyeuse et cointe

Qui autelle, comme
Celle, fourme a;

Car oncques
Dieux nulle rien ne fourma

De digneté semblable, n'aussi bonne,

Fors seulement de
Jhesus la personne.

Si est trop folz qui de riens les ramposne

Quant femme est assise en si hault trone

Coste son filz, a la destre du
Pere,

C'est grant honneur a femmenine mere.

Si ne trouvons qu'oncques les desprisast

Le bon
Jhesus, mais amast et prisast.

Dieu la forma a sa digne semblance

Et lui donna savoir et cognoiscence

Pour soy sauver, et don d'entendement.

Si lui donna fourme moult noblement,

Et fut faitte de moult noble matiere,

Car ne fu pas du lymon de la terre

Mais seulement de la coste de l'omme,

Lequel corps ja estoit, c'en est la somme,

Le plus noble des choses terriennes.

Et les vrayes hystoires anciennes

De la
Bible, qui ne puet mençonge estre,

Nous racontent qu'en
Paradis terrestre

Fu formée femme premierement

Non pas l'omme; mais du decevement,

Dont on blasme dame
Eve nostre mere,

Dont s'ensuivi de
Dieu sentence amere,

Je di pour vray qu'oncq
Adam ne deçut

Et simplement de l'anemi conçut

La parole qu'il lui donna a croire,

Si la cuida estre loial et voire,

En celle foy de lui dire s'avance;

Si ne fu donc fraude ne decepvance,

Car simplece, sanz malice celée,

Ne doit estre decepvance appellée.

Nul ne deçoit sanz cuidier decepvoir,

Ou aultrement decepvance n'est voir.

Quelz grans maulz donc en pevent estre diz?

Par desservir n'ont elles paradis?

De quelz crismes les peut on accuser?

Et s'aucuns folz a leur amour muser

Veulent, par quoy a eulz mal en conviegne,

N'en pevent mais; qui est sage s'en tiegne:

Qui est deceu et cuidoit decepvoir

Nulz fors lui seul n'en doit le blasme avoir.

Et se sur ce je vouloie tout dire

Double aroie d'encorir d'aucuns l'ire;

Car moult souvent pour dire verité

Mautalent vient et contrarieté.

Pour ce n'en vueil faire comparoisons,

Haineuses sont maintes foiz telz raisons.

Si me souffist de louer sanz blasmer;

Car on peut bien quelque riens bon clamer

Sanz autre riens nommer mauvais ou pire,

Car son bon droit aucune fois empire

Cellui qui blasme autrui pour s'aloser;

Si se vault mieulz du dire reposer.

Pour ce m'en tais, si en soit chascun juge

Et justement selon verité juge;

Si trouvera, se vient a droit jugier,

Que le plus grant mal puet pou dommagier:

N'occient gent, ne blescent, ne mahagnent,

Ne traïsons ne pourchacent n'empregnent,

Feu ne boutent, ne desheritent gent,

N'empoisonnent, n'emblent or ne argent,

Ne deçoivent d'avoir ne d'eritage

N'en faulz contras et ne portent domage

Aux royaumes, aux duchiez, n'aux empires;

Mal ne s'ensuit gaires, meismes des pires.

Communement une ne fait pas rigle.

Et qui vouldra par hystoire ou par bible

Me rampronner, pour moy donner exemple

D'une ou de deux ou de pluseurs ensemble

Qui ont esté reprouvées et males,

Encore en soit celles mais enormales;

Car je parle selon le commun cours

Et moult pou sont qui usent de telz tours;

Et s'on me veult dire que mie enclines

Condicions ne taches femmenines

Ne soit ad ce, n'a user de batailles,

N'a gens tuer, ne a faire fouailles

Pour bouter feu, ne a telz choses faire,

Pour ce nul preu, louenge ne salaire

Ne leur en puet ne doit apertenir

D'elles souffrir de telz cas ne tenir,

Mais, sauve soit la grace des diseurs,

Je consens bien qu'elles n'ont pas les cuers

Enclins ad ce, ne a cruaulté faire;

Car nature de femme est debonnaire,

Moult piteuse, paourouse et doubtable,

Humble, doulce, coye et moult charitable,

Amiable, devote, en payx honteuse,

Et guerre craint, simple et religieuse,

Et en courroux tost apaise son yre,

Ne puet veoir cruaulté ne martire,

Et telles sont par nature sanz doubte

Condicions de femme, somme toute.

Et celle qui ne les a d'aventure

Contre le droit toute se desnature;

Car cruaulté fait en femme a reprendre

Ne l'en n'y doit fors toute doulceur prendre.

Et puis qu'elz n'ont meurs ne condicions

A faire fais de sang n'occisions,

N'a autres granz pechiez laiz et orribles,

Dont sont elles innocens et paisibles

Voire des grans et ennormes pechiez,

Car chascun est d'aucun vice tachiez,

Si ne seront doncques pas encoulpées

Des grans meffais ou ne sont attrapées;

Si n'en aront, n'en peine ne en coulpe

Punicion puis qu'elles n'y ont coulpe,

Dont dire puis, ce n'est pas heresie,

Que moult leur fist le hault
Dieu courtoisie

D'elles fourmer sanz les condicions

Qui mettent gent a griefs perdicions;

Car des desirs s'en ensuivent les fais

Dont maint portent sur leurs armes griefz fais.

Si vault trop mieulz qu'on n'ait pas le desir

Dont l'acomplir fait souvent mort gesir.

Qui soustenir vouldroit seroit herite

Que qui tempté n'est n'a point de merite

De non pechier et de soy abstenir.

Telles raisons ne font a soustenir,

Car nous veons par les sains le contraire:

Saint
Nycolas n'eust sceü pechié faire,

Onc ne pecha n'oncques n'en fu tempté,

N'aultres pluseurs n'en orent volenté;

Je di pechier quant est mortelement,

Pechier porrent ilz venielement;

Si sont tous ceulz appellez preesleus,

Predestinez et de
Dieu esleüs.

Par ces raisons conclus et vueil prover

Que grandement femmes a approver

Font et louer, et leurs condicions

Recommander, qui inclinacions

N'ont aux vices qui humaine nature

Vont domagiant et grevant creature.

Par ces preuves justes et veritables

Je conclus que tous hommes raisonables

Doivent femmes prisier, cherir, amer,

Et ne doivent avoir cuer de blasmer

Elles de qui tout homme est descendu;

Ne leur soit pas mal pour le bien rendu,

Car c'est la riens ou monde par droiture

Que homme aime mieulz et de droitte nature.

Si est moult lait et grant honte a blasmer

La riens qui soit que l'en doit plus amer

Et qui plus fait a tout homme de joye.

Homs naturel sanz femmes ne s'esjoye:

C'est sa mere, c'est sa suer, c'est s'amie,

Et pou avient qu'a homs soit anemie;

C'est son droit par qui a lui est semblable,

La riens qui plus lui puet estre agreable,

Ne on n'y puet pris ne los conquester

A les blasmer, mais grant blasme acquester;

N'il n'est blasme si lait ne si nuisant

Comme tenus estre pour mesdisant,

Voire encor plus especialement

De diffamer femmes communement:

C'est un vice diffamable et villain,

Je le deffens a homme quant je l'aim;

Si s'en gard donc trestout noble corage,

Car bien n'en puet venir, mais grant domage,

Honte, despit et toute villennie;

Qui tel vice a n'est pas de ma maisnie.

Or ay conclus en tous cas mes raisons

Bien et a droit, n'en desplaise a nulz homs,

Car se bonté et valeur a en femme

Honte n'est pas a homme ne diffame,

Car il est né et fait d'aultel merrien;

Se mauvaise est il ne puet valoir rien,

Car nul bon fruit de mal arbre ne vient,

Telle qu'elle est ressembler lui convient,

Et se bonne est il en doit valoir mieulz,

Car aux meres bien ressemblent les fieulz.

Et se j'ay dit d'elles bien et louenge,

Comme il est vray, ne l'ay fait par losange

N'a celle fin que plus orgueil en aient,

Mais tout a fin que toudis elles soyent

Curieuses de mieulz en mieulz valoir,

Sanz les vices que l'en ne doit avoir;

Car qui plus a grant vertu et bonté

En doit estre moins d'orgueil surmonté,

Car les vertus si enchacent les vices.

Et, s'il est des femmes aucunes nyces,

Cest'
Epistre leur puist estre dottrine:

Le bien prengnent pour loiale dottrine,

Le mal laissent; les bonnes vueillent en ce

Prendre vouloir d'avoir perseverence:

Si aront preu, grant honneur, joye et los

Et
Paradis a la fin, dire l'os.

Pour ce conclus en diffinicion

Que des mauvais soit fait punicion

Qui les blasment, diffament et accusent

Et qui de faulz desloiaulz semblans usent

Pour decepvoir elles; si soient tuit

De nostre
Court chacié, bani, destruit,

Et entrediz et escommenié,

Et tous noz biens si leur soient nyé,

C'est bien raison qu'on les escomenie.

ET
COMMANDONS de fait a no maisnie

Generaument et a noz officiers,

A noz sergens et a touz noz maciers,

A noz prevoz et maires et baillis,

Et vicaires, que tous ceulz maubaillis

Et villennez soient trés laidement,

Injuriez, punis honteusement,

Pris et liez, et justice en soit faitte,

Sanz plus souffrir nulle injure si faitte,

Ne plus ne soit souffert telle laidure.

Nous le voulons ainsi et c'est droitture,

Accompli soit sanz faire aucun delais.

DONNÉ en l'air, en nostre grant palais,

Le jour de
May la solempnée feste

Ou les amans nous font mainte requeste,

L'An de grace
Mil trois cens quatre vins

Et dis et neuf, present dieux et divins.

PAR
LE
DIEU
D'AMOURS poissant

A la relacion de cent

Dieux et plus de grant pouoir,

Confermans nostre voloir:

Jupiter,
Appollo et
Mars,

Vulcan, par qui
Feton fu ars,

Mercurius, dieu de lenguage,

Eolus, qui vens tient en cage,

Neptunus, le dieu de la mer,

Glaucus, qui mer fait escumer,

Les dieux des vaulz et des montaignes,

Des grans forès et des champagnes,

Et les dieux qui par nuyt obscure

S'en vont pour querir aventure,

Pan, dieu des pastours,
Saturnus,

Nostre mere la grant
Venus,

Pallas,
Juno et
Lathona,

Ceres,
Vesta,
Anthigona,

Aurora,
Thetis,
Aretusa

Qui le dieu
Pluto encusa,

Minerve la bataillerresse,

Et
Dyane la chacerresse,

Et d'aultres dieux no conseillier

Et deesses plus d'un millier.

CUPIDO
LE
DIEU
D'AMOURS

CUI
AMANS
FONT
LEURS
CLAMOURS.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Christine de Pisan
(1364 - 1431)
 
  Christine de Pisan - Portrait  
 
Portrait de Christine de Pisan