Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Christine de Pisan

Le livre du dit de poissy (avril 1400) - Poéme


Poéme / Poémes d'Christine de Pisan





Bon chevalier, vaillant, plein de savoir,

Puis qu'il vous plaist a de mes diz avoir

Et le m'avez par escript fait savoir

De vostre humblece,

Non obstant ce que ma povre foiblece

Ne soit digne que vostre gentillece

S'encline ad ce, j'en tendré la promesse

Que je promis

Au messagier que vous m'avez tramis

De loings de cy, et comme a vrais amis

Me recommant a vous de cuer soubsmis.

A vo comant

Si vous envoy faire ce jugement

Dont deux amans contendent durement;

Si m'ont prié et requis chierement

Que je leur quiere

Juge loyal et que bien en enquiere

Pour droit jugier leur descort en maniere

Qu'il leur en doint sentence droituriere

Selon raison.

Et non obstant qu'en
France ait grant foison

De bons et biaux, qui en toute saison

Saroient droit jugier, pour achoison

Du bien de vous

Vous ay choisy a juge desur tous,

Tout non obstant soiez vous loings de nous,

Si en vueilliez, s'il vous plaist,
Sire doulz,

Le droit jugier.

Et, s'il vous plaist a du fait vous chargier,

Je vous diray le cas pour abrigier;

Comme il avint vous orrez sans targier

Et en quel temps,

La ou ce fu vous sera dit par temps,

Car il n'a pas ne mille ne cent ans,

Non pas un mois, ains fu en l'esbatans

Gracieux moys

D'Avril le gay, ou reverdissent bois,

Ce present an
Mil quatre
Cens ainçois

La fin du mois.
Il avint une fois

Que j'os vouloir

D'aler jouer, si voulz aler veoir

Une fille que j'ay, a dire voir,

Belle et gente, joenne et de bon savoir,

Et gracieuse

Au dit de tous; si est religieuse

En abbaïe riche et precieuse,

Noble, royal et moult delicieuse,

Et est assise

Loings de
Paris six lieues celle eglise,

Qui moult faite est de gracieuse guise;

Poissi a nom la ville ou elle est mise

Et celle terre.

Si apprestay a un lundi mon erre,

Compagnie plaisant envoyay querre

Qui tout plaisir me vouldroient pourquerre

Sans deslaier,

Si y avoit maint jolys escuier

Qui de leur bien me vindrent convoier

Pour esbatre, non pour autre loier.

Lors a grant joye

Nous partismes de
Paris, nostre voye

Chevauchames, et moult joyeuse estoie;

Si furent ceulx qu'avecques moy menoie

Et toutes celles,

Ou il avoit de gentilz damoiselles,

Doulces, plaisans, gracieuses et belles.

Lors liement devisions des nouvelles

Et des estours

Qui moult souvent aviennent en amours;

En chevauchant gayement de mains tours

Nous parlames, n'y ot muez ne sours

Ne nul taisant,

Ainçois chascun y aloit devisant

Ce que le mieulx lui estoit advisant;

La n'avoit dit ne sonné mot cuisant

Mais tous joyeux.

Si y chantoit qui savoit chanter mieulx,

Si hault, si bien, que souvent tous li lieux

Retentissoit, et ainsi qui mieulx mieulz

S'esjouïssoit

Chascun en soy; et moult resjouïssoit

Le temps nouvel qui adonc commençoit,

Et le soleil clerement reluisoit

Sur l'erbe vert.

Tout le chemin y fu plein et couvert

De floretes, chascune a l'ueil ouvert

Vers le soleil qui luisoit descouvert.

Mais en l'anée

Il n'avoit fait si doulce matinée

Et toute fu la terre enluminée

De rosée que le ciel ot donnée,

Qui resplendir

Fist l'erbe vert pour les cuers esbaudir,

La n'avoit riens pour la terre enlaidir,

Tout estoit bel pour amans enhardir

A bien amer.

Parmi ces prez
Nature ot fait semer

Marguarites et flours qu'on sieult nommer

Fleurs de printemps; partout veist on germer

Maintes diverses

Herbes et flours qui a la terre aherses

Encor furent, verdes, rouges et perses,

Jaunes, indes, qui malles ne diverses

Ne furent mie.

La ot la flour de ne m'oubliez mie,

Souviengne vous de moy, qui n'est blesmie

Mais vermeille, dont amant et amie

Font chappellez

Et qu'il mettent souvent en anellez

Pour devises et autres jouellez

Qu'ilz se donnent jolis et nouvellez

Par druerie.

Ainsi adonc fu la terre flourie,

Mais il n'est nul qui deist la chanterie

Des oysillons qui de voix trés serie

Nottes nouvelles

Chantoient hault, et ces aloues belles

En l'air sery disoient les nouvelles

Du doulz printemps, chantant de voix ysneles

Et a haulx sons;

Sur les arbres et parmi ces buissons

Ces oissillons disoient leurs chançons;

La peüst en oïr maintes lecçons

De rossignolz

Qui disoient leurs virelais mignos,

Et pastoures qui gardoient aignaulx

Leurs chappellez faisoient a lignaulx

Parmi ces champs

Tous purs de flours, en escoutant les chans

Des oisillons et par buissons crochans.

Près de
Seine venimes approchans

A lie chiere.

Si fist plus bel encor sur la riviere,

Car oisillons de plus lie maniere

Par ces ysles a haulte voix plainiere

Se deduisoient

Si liement que tous esjouïssoient

Les cuers de nous, et trop fort nous plaisoient

Arbres et prez qui partout verdissoient,

Et ces saussoies

Reverdissans et ces jolies voies

Souef flairans; ces buissons et ces haies

Ou rossignolz disoyent chançons gaies,

Et le doulz bruire

De l'eaue qui en courant faisoit bruire

Ces gors, ces pieux, pour noz cuers plus deduire,

Si qu'il n'est dueil qui la ne deüst fuire

N'estre remis.

Adonc d'errer nous sommes entremis

Pour estre la a l'eure qu'os promis.

Alors fichié s'est entre nous et mis

Un ventelez

Doulz et plaisant, qui noz cours mantellez

Nous soubslevoit souefs et freschelés,

C'est zephirus qui boutons novellez

Fait espanir

Et ces belles doulcetes fleurs venir

Et aux amans donne maint souvenir

De leurs amours; pour ce voult survenir

En celle place

Que le soleil ne gastast nostre face,

Ce fist
Amours, ce croy je, de sa grace

Qui l'envoya ainsi en tel espace.

Par le serain

Chevauchames tant que tous main a main

Arivames, encor ert assez main,

Au bel chastel qui a nom
Saint
Germain

Qu'on dit en
Laie.

Adonc entrer nous convint en la gaie

Doulce forest, mais ou monde n'a laye

Gent ne lettrés, qui nel scet ou essaie,

Qui peüst croire

Le doulz deduit du lieu, car j'ay memoire

Que tout ainsi comme a marche ou a foire

S'assemblent gent a tas, c'est chose voire;

Avoit atant

De rossignolz en cellui lieu chantant,

Qui ça et la aloient voletant,

Qu'oncques je croy ensemble on n'en vid tant

Comme il eut cy,

Qui disoient: «ocy, ocy, ocy

Le faulz jaloux, se il passe par cy

Sans le prendre n'a pitié n'a mercy

En no pourpris.»

Et la forest espesse que moult pris

Reverdissoit si qu'en hault furent pris

L'un a l'autre les arbres qui repris

Sont, et planté

Moult près a près li chaine a grant planté

Hault, grant et bel, non mie en orphanté,

Ce scevent ceulz qui le lieu ont hanté,

Si que soleil

Ne peut ferir a terre a nul recueil.

Et l'erbe vert, fresche et belle a mon vueil,

Est par dessoubz, n'on ne peut veoir d'ueil

Plus belle place

A mon avis, et qui peut face a face

La ses amours veoir ou les embrace

Je ne cuide mie que pou li place,

Car c'est deduit

Trop avenant que d'estre en ce reduit

Ou doulz printemps, ou oisillons sont duit

De demener leur soulas et leur bruit

Ou temps d'esté.

Si croy pour vray qu'Amours ot apresté

A cellui jour toute gaye honnesté;

Aussi croient ceulz qui orent esté

O moy le jour,

Car d'esbatre ne cessames tousjour

Rire et jouer, et chanter sans sejour,

Ou deviser d'aucun parti d'amour.

Et la forest

Nous passames et vimes sanz arrest

Droit a
Poissi, ou tost trouvames prest

Quanqu'il convint et tout ce que bon est

A droit souffire.

Quant descendus fumes, chascun s'atire

Le mieulz qu'il peut de vesteure et se mire

Si qu'en l'atour il n'y a que redire;

Et puis alames

Ensemble en l'abbaïe vers les dames

Au parlouer, et puis dedens entrames,

Tout non obstant que portes a grans lames

Y ait moult fortes;

Mais par congié on eut ouvert les portes.

La trouvames dames de belles sortes,

Car il n'y eut contrefaittes ne tortes

Mais moult honnestes

De vestemens et des atours des testes,

Simples, sages et a
Dieu servir prestes.

La nous firent noz amies grans festes

Et lie chiere.

Adonc celle que j'aim moult et tiens chiere

Vint devers moy, de trés humble maniere

S'agenoilla, et je baisay sa chiere

Doulcete et tendre,

Puis main a main alames, sanz attendre

En l'Eglise pour servise a
Dieu rendre;

Si oÿmes la messe et congié prendre

Vosmes après,

Mais les dames si nous prierent trés

De boire un cop et ylec assés près

Nous menerent en lieu bel, cler et frès

Pour desjuner,

Car n'estoit pas encor temps de disner.

Mais n'ommes pas loisir de sejourner

La longuement ne gaires desrener,

Quant la soingneuse

Et trés vaillant, noble religieuse,

Ma redoubtée dame gracieuse,

Marie de
Bourbon, qui est prieuse

De celle place,

Tante du roy de
France, en qui s'amasse

Toute bonté et qui tout vice efface,

Si nous manda de sa benigne grace

Que allissions

Devers elle, ne point ne laississions;

Joyeux fumes de ce, ne voulsissions

Que sans veoir elle nous yssissions

De ce pourpris.

Si nous sommes deux a deux entrepris

Et alames a la dame de pris:

Par les degrez de pierre, que moult pris,

En hault montames

Ou bel hostel royal, que nous trouvames

Moult bien paré, et en sa chambre entrames

De grant beaulté, si nous agenoillames

Lors devant elle,

Et la trés humble dame nous appelle

Plus près de soy et de mainte nouvelle

Nous arainna doulcement, comme celle

En qui humblece

A, et bonté et tout sens et noblece.

Et tost après la trés noble princece,

Fille du roy, qui venoit de la messe

Et est rendue

En cellui lieu et voillée et vestue,

A
Dieu servir donnée et esleüe,

A qui honneur est donnée et deüe,

Entre en la chambre,

C'est ma dame
Marie, joenne et tendre,

Mais ne fu pas seule, bien m'en remembre,

Ains mainte dame ot o soy, dont la mendre

Fu gentil femme,

Noble, poissant, et avec celle dame

Fu la noble fille de bonne fame

Du conte de
Harecourt, ait son ame

Dieu qui ne fine,

Qui près estoit sa parente et cousine:

Et adonc ma dame, sans plus termine,

La prieuse se lieve et si s'encline,

Si fimes nous

Trés humblement, si nous reçut trestous

Si doulcement que ja ne fussions saoulx

D'elle veoir, tant a le maintien doulz

Et humble chiere.

Si nous plut moult a veoir la maniere

Du bel estat royal qui leans yere,

Toutes dames, car en nulle maniere

N'i entreroit

Pour les servir nul homme, on n'i lairoit,

Ne a elles aucun ne parleroit,

S'il n'est parent, ou ceulz que il menroit

Avecques lui;

N'on n'y lairoit jamais entrer nullui

Fors par congié, a dongier, n'a par lui

N'entre dedens seul, n'il n'y a cellui

Non en convent.

Ne je ne sçay se il leur va grevant,

Mais jamais jour pour pluye ne pour vent

De la n'ystront et ne voient souvent

Les gens estranges.

Et de belles plusiers y a comme angelz.

Si ne vestent chemises, et sus langes

Gisent de nuis; n'ont pas coultes a franges

Mais materas

Qui sont couvers de biaulx tapis d'Arras

Bien ordenés, mais ce n'est que baras,

Car ilz sont durs et emplis de bourras,

Et la vestues

Gisent de nuis celles dames rendues,

Qui se lievent ou elles sont batues

A matines; la leurs chambres tendues

En dourtouer

Ont près a près, et en refectouer

Disnent tout temps, ou a beau lavouer.

Et en la court y a le parlouer

Ou a treillices

De fer doubles a fenestres coulices,

Et la en droit les dames des offices

A ceulz de hors parlent pour les complices

Et neccessaires

Qu'il leur convient et fault en leurs affaires.

Si ont prevosts, seigneuries et maires,

Villes, chastiaulx, rentes de plusieurs paires

Moult bien assises;

Et riches sont, ne nulles n'y sont mises

Fors par congié du roy qui leurs franchises

Leur doit garder, et maintes autres guises

A la en droit,

Dont me tairay, car qui conter voldroit

Toutes choses longuement y mettroit.

Si tourneray a parler or en droit

Coment prenimes

De noz dames congié et nous enveimes;

Mais ne l'omes mie quant le requismes,

Tout non obstant notre devoir en feismes.

Ains voult, ainçois

Que partissions, que bussions une fois

Ma dame la prieuse, a basse voix

Moult nous pria par doulz maintien cortois

De desjuner,

Car en ce lieu nullui n'ose disner.

Si nous convint son vueil enteriner,

Et par pluseurs dames nous fist mener

En une chambre

Belle, plaisant, la ou ot fait estendre

Nappes flairans blanches et tapis tendre;

Vins, viandes aportent sans attendre

A grant largece

En vaissiaulz d'or et d'argent par noblece;

Et les dames pleines de gentillece,

Ou voulsissions ou non, de leur humblece

S'entremettoient

De nous servir et les mez aportoient

Delicieux et goute n'en goustoient,

Dont nous pesoit fort, et moult se penoient

D'umble maniere

De nous servir,
Dieux leur rende la chiere



Qu'ilz nous firent liement sanz enchiere.

Et après ce devers ma dame chiere

Nous retournames

Prendre congié et la remerciames,

Puis les degrez du palais avalames,

Vers le convent de rechief nous alames

Pour congié prendre

Des dames de leans, car point mesprendre

Ne voulsissions; lors nous pristrent a prendre

Parmi les mains et nous vouldrent aprendre

Le trés bel estre

De cellui lieu qui fu fait de bon maistre,

Car ce semble droit paradis terrestre.

Si nous firent devaler en leur cloistre

Qui tant est bel

Que plus plaisant depuis le temps
Abel.

Ne fut veüs, car maint jolis chambel

Y a ouvré, et sus maint fort corbel

Sont soustenues

Les grans voultes, haultes devers les nues,

Et par dessoubz pavées de menues

Pierres, faittes a ouvrages, et nues

Luisans et belles,

Et tout autour a haultes colombelles

Bien ouvrées a fueillage et tourelles

D'entailleure de pierre; ainsi sont elles

En tous les lieux

Du cloistre grant, large et espacieux,

Qui est quarré, et, a fin qu'il soit mieulx,

A un prael ou milieu gracieux,

Vert, sans grapin,

Ou a planté en mi un trés hault pin,

Ne fut veü plus bel depuis
Pepin,

Si est fueillu et plus droit que sapin;

Bien y avient.

Après ou reffectouer on revient

Qui tant est bel que pas ne me souvient

Qu'oncques si bel lieu veisse, et si contient

Moult grant espace;

Hault, grant et cler est et luisans com glace,

Les voirrieres y sont de belle face

Et de menus karriaulx par la terrace

Est tout pavé

Et si trés net qu'il semble estre lavé,

Et près de la le chapitre est trouvé

Qui est moult bel et gentement ouvré.

A brief parler

Par tant de lieux biaux on nous fist aler

Que du veoir ne nous poions saouler

Ne nulle part n'y a que regaler,

Tant sont plaisans

Et en esté delictable et raisans.

Mais de conter ne doi estre taisans

Comment partout, pour estre plus aisans,

Vient la fontaine

Clere, fresche, doulce, plaisant et saine,

Qui en ce lieu sourt de dois et de vaine

Et par tuyaulx vait par leans, n'a peine

A il reduit

Nesun leans, grant ne petit, je cuit,

Ou ne voise fontaine par conduit.

Es cuisines es grans pierres y bruit

Toudis et chiet

A grans gorgons ne nul temps n'y dechiet;

Ainsi partout leans ou il eschiet

Est assise, dont moult bien en enchiet

A mains affaires

Qui sont ou lieu, qui de repos n'ont gaires;

Tonnes a vin, celiers de plusieurs paires,

Fours, despenses et aultres neccessaires

Tous a compas

Y sont assis, car en ce lieu n'a pas

Petit convent mais plus grant qu'au
Hault
Pas,

Ainsi partout nous trassames maint pas

Et par grans cours

Larges, longues plus d'un cheval le cours,

Ou grans chantiers de busche furent sours,

Bien pavées et belles a tous tours.

Mais encor voulrent

Plus nous monstrer les dames qui moult sçorent;

Car leur dortouer ordenné comme il l'orent

Et leurs beaulz lis, que sur cordes fait orent,

Ilz nous monstrerent;

Mais en ce lieu de noz hommes n'entrerent

Nul quel qu'il fust, car hommes ne monterent

Oncques mais la, par droit s'en deporterent

A celle fois.

Si est moult bel, grant, large, cler et cois.

Bien ordenné et fait en tous endrois,

Si qu'il pert bien qu'il fu fondé de roys

Et de grant gent

Qui espargné n'y ont or ne argent.

Après tout ce, li degré bel et gent

Descendimes, trouvasmes nostre gent

Et de rechief

Volmes aler ou moustier, ou maint chief

A de maint saint, si volmes en tout chief

Considerer le lieu, mais ja a chief

Je ne venroie

De deviser la beaulté qu'y veoie,

Car tant est bel, hault, cler, se
Dieux me voye,

Que sa beaulté retraire ne saroie

Entierement,

Et semble estre fait tout nouvellement,

Tant est fin, blanc, et le maçonement

Et ens et hors fait si joliement

Qu'on ne pourroit

D'or ne d'argent ouvrer en nul endroit

Mieulx qu'ovrées sont pierres la en droit.

A brief parler, a souhaidier fauldroit

Qui vouldroit mieulx;

Et si est grant et large, se m'aist
Dieux,

Et hault voulté a piliers gracieux,

Qui soustiennent l'edifice, et li lieux

Moult bien ouvrez.

Et le moustier est en deux decevrez

A fin qu'omme d'elles ne soit navrez;

N'y entreroit nesun pour dire: «ouvrez»,

Ne d'aventure,

Car ou milieu il a une closture

Qui le moustier separe sans roupture;

Ceulz qui dient la messe et l'escripture

De l'euvangile

Si sont de hors et les gens de la ville,

Et en la nef sont les dames sanz guile

Qui respondent de haulte voix abile

A ceulz de hors

Et de leurs voix femmenines accors

Font gracieux; et vegiles de mors,

Nonne, vespres, matines et recors

Chantent leans.

Mais il n'est nul, tant fust il clerveans,

Qui racontast, et tout seroit neans,

Comment toutes choses y sont seans,

Ne je n'en mens,

Car il y a tant beaulx aournemens,

Riches, nouveaulz, et nobles paremens

Sur les autelz et tous estoremens,

Et ces doreures

Sur chapitiaulx et pomiaulx a pointures

D'or et d'azur, tant belles pourtraitures,

Biaulx ymages et propres pourtraitures

Selon la guise

Que il convient a paremens d'eglise,

Qu'il n'est chose qui n'y soit a droit mise,

Dont les dames et le lieu chacun prise

En tous affaires,

Car devotes, sages et debonnaires

Simples, doulces sont, et portent deux paires

De vesteures, carfros et scapulaires,

Et leur gonnelle

Qui est dessoubz blanche est com noif nouvelle,

Large, floutant, ceinte soubz la mamelle,

Mantel de noir ont dessus, n'y a celle

Qui aultre aroy

Ait a vestir, neis la fille du roy,

Et de ventres de conins sanz desroy

Sont ces manteaulz fourez de bon conroy,

Mais bien ont robes

De bons fins draps, ce ne sont mie lobes,

Tout ne soient ne mignotes ne gobes,

Blanches, nettes, sanz ordures ne bobes,

Et cuevrechiefs

Blans comme noif, desliez sur leurs chiefs,

Et un voille noir dessus atachiez.

Sans cointise, simplement sanz pechiez

Sont atournées,

Et en tous cas si bien sont ordenées

Que je les tiens pour de bonne heure nées

D'estre ensement a servir
Dieu données;

S'il leur souffist:

Oïl, je croy, car c'est leur grant proffit,

Ne oncques mais nulle ne s'i meffist

Et bien leur plaist servir
Dieu qui les fist

En celle guise.

Quant nous omes bien remiré l'eglise,

Clere com jour et couverte de bise

Pierre ardoise, bien taillée et assise

Comme il convient,

Et tout le lieu qui grant place contient,

Encor dient que veoir nous convient

Leurs beaulx jardins, la ou maint bon fruit vient.

Si nous menerent

En leurs jardins celles qui se penerent

De nous faire plaisir et ne finerent

Tant que leans fumes, ne s'en tanerent.

Mais pour voir dis

Que ce semble estre un trés doulz paradis,

Et y est on tout d'oisiaux essourdis,

Car la, je croy, plus de soixante et dix

Y a de paires

D'arbres portans fruit, et est cilz repaires

Tout de haulz murs bien clos, ne il n'est gaires

Choses estans en jardins neccessaires

Qui la ne soient.

Et un beau clos, y a que moult prisoient

Ceulz et celles qui en la place estoient,

La y a dains a cornes qui couroient

Moult vistement;

Lievres, connins y sont habondamment,

Et deux viviers la sourdans proprement,

Bien façonnez de tout estourement,

Pleins de poisson;

Chevriaulx y a sauvages a foison,

Qu'en diroie?
Ja en nulle saison

Ne fussions las d'estre en celle maison,

Se
Dieux me gart,

Tant y fait bel.
Mais ja estoit moult tart

Temps de disner au convent, ou sa part

Celle perdroit qui y vendroit a tart

Et durement

Reprise fust; et adonc haultement

Ont le timbre sonné: le partement

Convint faire lors bien hastivement

A grant reclaim,

Et ma fille, qui toudis par la main

M'aloit tenant, de cuer de desir plein

Moult me prioit a jusque a l'endemain

De sejourner

Et retourner leans après disner

Nous voulsissions.
Adonc falu finer

Nostre parler et nostre erre ordener,

Et la portiere

Bonne, sage et de doulce maniere,

Et celles, qui tant nous firent grant chiere,

Merciames; adonc la claceliere

A dessarrées

Les grans portes, fortes et bien barrées,

Hors yssimes, puis les ont ressarrées.

Mais de celles qui la sont demourées

Et de la place

N'y a cellui qui grant conte ne face;

Tout en parlant vismes en pou d'espace

Ou lieu qu'on dit
Bourbon, ou gent s'amasse

Pour bien lougier.

La trouvames tout prest nostre mengier,

Si assismes au disner sans targier,

Mais n'avions pas besoing de nous chargier

De grant viande,

Mais on feroit bien une grant legende

Du long parler de la chiere trés grande

Qu'on nous ot fait et du lieu ou lavande

Croist et rosiers

A grant foison sans façon de closiers,

C'est es jardins ou a maint cerisiers,

Et du beau lieu qui n'est pas clos d'osiers

Mais de cloison

Fort et belle pour oster l'achoison

Des maulx qu'on fait au monde a grant foison.

Ainsi fu la ditte mainte raison,

Et puis lavames

Après disner noz mains et nous levames,

Et tout en piez une piece parlames,

Puis reposer un petit nous alames,

Tant qu'il fust temps

De retourner ou lieu si delittens;

Car quant a moy me sembloit bien cent ans

Que g'y fusse, mais gaires arrestans

Ne fusmes mie

Après disner, je croy, heure et demie

Quant celle, qui est maistresse et amie

De ma fille, nous manda; endormie

Ne fus lors pas

Et de dormir oz ja fait mon repas.

Si esveillay les autres, et le pas

Nous alames en devisant tout bas

Jusques au lices

De la grant court de hors, ou edifices

A grans et biaulx pour les gens des offices

Qui sont au lieu neccessaire et propices.

De la nous vismes

Au parlouer, longuement nous y tismes;

Car d'entrer ens a peine nous chevimes

Et requerir de grace le feïsmes

A la trés sage

Ma dame la prieuse au franc corage.

Car d'entrer ens deux fois n'est pas usage

N'a estrangiers ne a ceulz du lignage

Non en un jour,

Mais bien estre y voulsissions toutjour,

Car aux hommes trop plaisoit la doulçour

De ces dames qui de moult simple atour

Furent voillées;

Si ne furent ne noires ne hallées,

Mais comme lis blanches et potellées.

Si sont de nous les nouvelles alées

Devers ma dame

Qui l'entrer ens souffri; ce fu par m'ame

A grant peine, car pour tant s'elle est femme

De tel honneur, si craint elle le blasme

Des ancïenes.

Quant ens fumes, les dames trés humaines

Nous menerent ou jardin vers fontaines;

La nous sismes et de choses mondaines

Pou devisames,

N'y parlames d'amours ne ne dançames,

Ains enquismes tout et leur demandames

De leur ordre les poins, et n'y pensames

Decepcion,

La n'ot parlé fors de devocion,

De
Dieu servir en bonne entencion,

Et d'oroisons et de la
Passion

Et de telz choses.

Car les belles, plus freschetes que roses,

Qui moult joennes furent ou lieu encloses,

N'oyent parler fors de si faittes proses

En nul endroit,

Et grant pechié feroit qui leur touldroit

Leur bon propos.
Et quant fu temps et droit

De nos partir, lors nous levames droit

Pour congié prendre,

Car demourer la trop on puet mesprendre;

Mais nous convint le vin ainçois attendre:

Si mengiames et bumes, et reprendre

De leurs joyaulx

Il nous covint, non fermillez n'aniaulx

Mais boursetes ouvrées a oysiaulx

D'or et soies, ceintures et laz biaulx,

Moult bien ouvrez,

Qui autre part ne sont telz recouvrez.

Si leur deismes: «
Dames, or nous ouvrez,

Temps est d'aler, a peines decevrez

De vous serons,

Mais guerdonner jamais ne vous pourrons

Ne mercier assés, et ou serons

Vos bons servans estre tousdis voulrons,

Et commander

Vous nous pouez et au besoing mander

Com les vostres, s'il vous plaist demander. »

Ainsi parlant venimes sans tarder

Tout a loisir

Vers la porte.
Lors failli mon plaisir

Si que des yeulx convint larmes yssir

Quant je laissay celle ou est mon desir,

Qui m'est prochaine;

En la baisant li dis « a
Dieu » a peine,

En l'enortant qu'a
Dieu servir se peine,

Et de toutes congié pris mate et vaine,

Et par pitié;

Mais ceulz, qui la furent, de m'amistié

Me blasmerent, dont j'oz cuer dehaistié

Et a parler pristrent d'aultre dittié

Pour m'oublier

Et moy tollir a malencolier,

Dont je les doz de leur bien mercier.

Ainsi parlant alions sanz detrier

A voix serie,

Tant qu'au logis a nostre hostelerie

Fumes venus, ou une galerie

A et dessoubz une place fleurie,

Moult belle et gente,

Et un jardin joly ou a mainte hente.

Lors d'entrer ens nous mismes a la sente.

Quant y fumes, adoncques sans attente

A chiere lie

Une belle damoiselle jolie

Jeune, gente, fresche, gaye et polie,

Qui fu o nous, dist sans melancolie:

«
Cy que ferons?

Si vous m'en creez, trestous nous dancerons

Et la carole yci commencerons. »

Lors distrent tous: «
Ne vous en desdirons. »

Si commença

La dance adonc et chascun se pensa

De sa chançon dire; si s'avança

Celle qui au premier les empressa

Et sa chançon

Dist haultement et de gracieux son

Ou il avoit en la prime leçon:

«Trés doulz amis, de bien amer penson.»

Et puis après

Un escuier qui d'elle fu emprès,

Qui moult courtois est et bel et doulz trés,

Et voulentiers de chanter est engrés,

Voix enrouée

Il n'avoit pas mais doulce et esprouvée,

Si a dit lors, ne sçay s'il l'ot trouvée:

«
Gente de corps et de beaulté louée. »

Et de renc puis

Chascun chanta tant qu'il fu près de nuys,

Car le dancier ne tournoit a anuys

A nul qu'y fust.
Si fu le souper cuis,

Ce nous dist on,

Adonc de la dance nous departon,

Ou il avoit maint joli valeton,

Mainte belle pucelle a doulz menton,

Mignote et gente,

N'estions pas seulz mais bien, que je ne mente,

Y avoit la, ce croy je, plus de trente

Tous joenne gent et de joyeuse entente,

Que de nous gens

Que d'autre gent, trestous mignoz et gens,

Qui de servir deduit sont diligens

Et bien semblent estre d'amours sergens

Moult amiables.

Congié pristrent, adonc seismes aux tables

Qui ou jardin soub treilles delictables

Furent mises, adonc les mez notables

Nous aporterent

Noz maignées, mais ne se deporterent

Mie atant, ainçois nous presenterent

Celles que
Dieu et noblece enorterent

A tous biensfais,

Car ma dame la prieuse un beau mais

Nous envoya et de son bon vin, mais

De meilleur vin ne buvra homs jamais

De
Saint
Porçain,

En poz dorez, largement et a plain.

Pour ce le fist qu'o nous avoit tout plain

Des gens du roy, vaillans et de sens plein,

Trés noble gent.

Si rendismes les biaulx vaissiaulz d'argent,

Humble mercy en nous moult obligent

A ma dame et mercy a son sergent

Qui l'aporta;

Mais le convent pas ne se deporta,

Car de par les dames nous enorta

Un messagier salu et raporta

Bonnes goieres

Bien sucrées, bien faittes et legieres,

Pomes, poires de diverses manieres.

Lors de leurs biens et de leurs bonnes chieres

Les merciames.

Et après ce d'aultre chose parlames

Et en propos de pluseurs cas entrames

Et d'un et d'el la en droit devisames,

Tant qu'il avint

Que a parler de chevaliers on vint:

De ce royaume et d'autres plus de vint

Furent nommez et de pluseurs souvint,

En celle place,

Qui ont bonté, sens et valoir et grace.

Qui plus a fais de beaulz fais et qui passe

Autres en pris fu dit en cel espace,

Et qui se porte

Si vaillamment que renom on lui porte

En toutes pars, tant est de gentil sorte;

Et ou prouece et valour n'est pas morte,

Fu raconté,

Et ceulz qui plus ont les armes henté

Et les hentent et qui plus surmonté

Ont en beaulz faiz et ceulz qui voulenté

Ont et desir

De faire bien, et qui ont leur plaisir

De voyagier ne ne prenent loisir

De nul repos et ne vueillent choisir

Aultre deport,

Liquel sont bel et liquel joenne et fort,

Et qui le mieulx se revenche de tort.

Ainsi de ceulz lors devisames fort

A long sermons;

Et adonc vous,
Sire, que je semons

Du jugement jugier, entre les bons

Fustes nommé, pour tant s'oultre les mons

Estes adès,

Car voiagier plus que
Cleomadès,

Vray fin amant comme
Palamedès,

Fustes nommé, et bien leur sovint des

Beaulz vacellages

Que avez fais pluseurs fois en voiages

Et corps a corps rabatus les oultrages

De mains autres et porté les grans charges

En mainte guerre,

Et la fu dit qu'il ne convenoit querre

Nul chevalier meilleur en nulle terre,

Ce savoit on en
France et
Angleterre

Et oultremer,

Et en maints lieux allieurs, ainsi nommer

Vous oÿ bon et pour voir affermer

Que plus loyal oncques es fais d'amer

Ne fu de vous,

Bel, gracieulx, franc, amiable et doulz,

Ce disoient pluseurs qui avec nous

Furent venus et noble gent trestous

Qui cognoissoient

Vous et voz fais et du bien en disoient

Si largement que voulentiere louoient

Ceulz et celles qui en la place estoient,

Et de ditter

Meisme en françois et gayement chanter

Vous louoient, et voulentiers henter

Dames d'onneur pour plus en vous planter

Toute noblece.

Lors quant j'oÿ parler de vo sagece,

Comme autrefois aye de vo prouece

Ouÿ parler, je fis veu et promesse

Que je feroye

Aucun beau dit et si l'envoyeroie

A vous,
Sire, quant messagier aroie,

Car voulentiers vostre acointe seroie

En tout honnour,

Car a tous bons on doit avoir amour.

Adonc ot un qui lors dist sans demour

Que ou païs, ou vous estes, un tour

Et sans targier

Devoit aler, et se de ce chargier

Le vouloie, voulentiers messagier

Il en seroit.
Et adonc du mengier

Somes levé,

Dites graces après qu'omes lavé;

Tout en parlant, par dessus le pavé

Somes alez jouer tant que trouvé

Avons les champs,

Ou grant deduit prenions d'oïr les chans

Des rossignolz quant fumes approchans

Des ysletes sur
Seine, ou acrochans

Engins avoit

Rez et filez pour prendre la en droit

Le gros poisson se celle part venoit,

Et moult joly païs entour soy voit

Qui la demeure,

Car prez et bois, saulsoies qu'on labeure

On peut veoir et vignes par desseure.

La chantames et jouames une heure

Tant qu'il fut nuyt.

Si laissames atant nostre deduit,

Car il fu temps de soy traire au reduit.

Lors devisans, sans riens qui nous anuyt,

Nous en tornames

A nostre hostel ou a joye couchames.

Et au matin la messe oïr alames,

Primes congié des dames, puis montames

Sur haquenées

Grosses, belles, gentement ordennées,

Qui ains partir furent bien desjunées;

Si fusmes nous pour ce que matinées

Furent longuetes.

Lors au chemin par ou croissent herbetes

Nous sommes mis et de flours nouveletes

Eusmes chapiaulx, et parlant d'amoretes

Chevauchions fort

Par la forest, pleine de grant deport,

Ou oisillons font maint divers accort,

Qui aux amans fist plus poignant record

De leurs amours.

Lors s'avança en chevauchant tousjours

La plus belle de toutes, et le cours

Bien d'un cheval fu loins, et par destours

Aloit pensive;

Mais les autres chantoient a l'estrive.

Et quant je vi celle si ententive

A fort penser, doubtay que maladive

Fust ou doulente,

Car palie trop estoit et moult lente

A soulacier, peu y avoit s'entente;

Pour ce eus paour que d'aucun mal en sente

Fust ou troublée

Pour quelque cas.
Lors un de l'assemblée

Qui bien voulsist avoir amour emblée,

Ce croy je bien, et aucune affublée

D'amour entiere

Vais appeller, ne en la place n'yere

Nul escuier de plus gente maniere,

Ne plus gentil ne de meilleure chiere,

Mais souspirant

Aloit souvent, bien croy qu'en desirant

Avoit maint mal.
Lors dis en lui tirant:

«Beau sire, veez com celle retirant

S'en va lontaine

De nous; certes, je me doubt qu'elle ait peine

De quelque anui ou qu'elle ne soit saine,

Vers elle alons, qu'elle ne soit trop vaine

Ou a mal aise;

Car ne cuid pas que sans cause se taise.»

Et cil respont et dit: «Par saint
Nicaise!

Aler y fault, car elle n'est pas aise

Ce croy je bien.»

Lors son cheval brocha et je le mien,

Et en pou d'eure aconsumes le sien.

Si lui dis lors: «Quel chiere?
Avez vous rien

Qui bon ne soit

Que si pensez?»
Et celle demussoit

Son visage, et pour ce le baissoit

Que trop grief plour durement la pressoit,

Ne vouloit mie

Qu'aperceussions que larme ne demie

De l'ueil gitast ne qu'elle fust blemie.

Et quant celle qui moult estoit m'amie

Je vi pleurer

Trop m'en pesa, et lors, sans demourer,

M'en tyray près, car moult volz labourer

Ad ce savoir qui si fort acourer

Fist la doulente;

Si lui priay de toute mon entente

Que l'achoison me deïst sans attente

Qui la troubloit et pour quoy se demente

Si durement.

Adonc celle prist plus parfondement

A souspirer et plourer tendrement.

Quant l'escuyer perceut le plourement,

Tant en ot dueil

Que les larmes lui en vindrent a l'ueil

Et, com cellui ou tout bien ot recueil,

Très doulcement lui dist et de bon vueil:

«
Ma damoiselle

Doulce, plaisant, trés gracieuse et belle,

Ne nous cellez desplaisir ou nouvelle

Que vous avez, car je vous jur, par celle

Vierge
Marie

Qui
Dieu porta, qu'en vous sera tarie

La grief douleur dont je vous voy marrie,

Se c'est chose qui puist estre garie

Par mon labour.

Si vous requier et pry par grant amour,

Ne nous celez vostre trés grant doulour,

Car bien savez qu'en tous cas vostre honneur

Vouldrions garder.

Si nous dites vostre cas sanz tarder

Et puis vous plaise a dire et commander;

Se nullement il se puet amender

Je le feray,

Sachiez de vray et secret vous tenray. »

Et je li dis: «
Amie de cuer vray,

Ne nous celez vostre anuy ou seray

Trop courrouciée,

Car ne croiez qu'il me plaise ne siée

Dont si vous voy estre mal apaisiée,

Si vous suppli que soiez acoisiée

Et nous contez

Pour quoy adès si grant dolour sentez. »

Et lors cellui de rechief presentez

S'est a elle, si lui dist: «
N'en doubtez,

Doulce, courtoise,

Que l'amender vouldray comment qu'il voise. »

Et lors celle respont a basse noise:

«
Vostre mercy, mais riens n'est qui racoise

Mon grief anuy

Qui n'est mie commencié ne yer n'uy,

Mais laissiez moy plourer: a nul ne nuy,

Ne vous doit point chaloir de fait d'autrui;

Laissiez m'ester,

Car ne pourriez ma grief pesance oster,

Ce poise moy dont m'oiez guermenter,

Mais le grief plour ne puis ore arrester

Qui si me point,

Dont me desplait, car il vient mal a point,

Mais de pieça, sachiez, suis en ce point,

Non obstant ce que je n'en vueille point

Faire semblant

Devant les gens, combien c'aille tremblant

Souventes fois du mal qui si troublant

Va mon las cuer, mais je me vais emblant

Souventes fois

D'entre les gens, et lors mon grief duel fois.»

Adonc respont cellui qui fu courtois:

«Hé las! pour
Dieu, gracieuse aux crins bloys,

Ne nous cellez,

Mais nous dittes vo mal, se vous voulez,

Car pour voir croy que d'amours vous dolez,

Mais il n'est nul qui soit plus affolez

Las! que j'en suis,

Quelque chiere que je face, et ne truis

Nul bon repos et de joye suis vuis,

Dont je me doubt qu'Amours a ouvert l'uis

De ma grief mort;

Ne point n'est tant grande, je m'en fais fort,

Vostre doulour com le mal que je port,

Car il n'est nul qui peust plus grief effort

De dueil sentir

Sans mort souffrir, car souvent consentir

Me vueil a mort com d'amours vray martir

Et d'entre gent m'esteut souvent partir

Pour dueil mener.

Si vueilliez donc vostre grief plour finer,

A moy laissiez le grant dueil demener

Qui plus en ay et dont me fault pener

Toute ma vie.»

Adonc celle qui n'ot de riens envie

Fors de plourer dont n'estoit assouvie,

Revint un pou a soy comme ravie

Et dist: «Hé las!

Comment puet cuer avoir moins de solas

Que le doulent mien, douloureux et las!

Et puis qu'il fault que descueuvre le laz

Qui si me lie,

Par quoy je suis en tel melancolie

Que de dueil muir, ou soit sens ou folie,

Et la cause pour quoy ne suis pas lie

Je vous diray

De mot a mot, ne ja n'en mentiray,

Et la chose qu'oncques plus desiray,

Et pour quoy plus de mal tire et tiray,

Ja a long temps;

Car a vo dit souffrez, si com j'entens,

Plus mal que moy, mais ne suis consentens

De croire que nul ait pis, et par temps

Le voir sarez;

Mais, avant tout, vo foy me baillerez

Que tout le voir vous me regeïrez

De vostre anuy et le mien celerés. »

Adonc respont

Cil qui maint mal dedens son cuer repont:

«
Tenez ma foy, car
Cil qui fist le mont

Me puist grever quant chose diray dont

Soiez dolente,

Et tout le mal qu'il convient que je sente

Par trop amer vous diray sans attente,

Mais qu'aiez dit le vostre et la tourmente

Qui si vous tient. »

Adonc celle qui trop d'anuy soustient

Un grant souspir gita qui du cuer vient,

Et puis a dit: «
Or diray dont me vient

La grant doulour

Dont j'ay palie et tainte la coulour

Ne qu'oublier ne puis de ma folour

Et qui mon las dollent cuer noye en plour

Souventes foys.

Sire, il a bien sept ans et plusieurs moys

Que je donnay m'amour au plus courtois

Et au meilleur chevalier a mon chois

Qu'on peust trouver

En ce monde, car par soy esprouver

A tous bons fais on le pouoit prover

Pour le meilleur de tous; ainsi sauver

Me vueille
Dieux

Com je ne cuid qu'il soit joene ne vieux

Homs plus parfait adès dessoubz les cieulz;

Car on ne peust esgarder de deux yeulz

En nul endroit

Nul plus trés bel, car long cors grant et droit

Et si bien fait qu'a souhaidier faudroit

Qui vouldroit mieulx, en riens ne l'amendroit,

Et le coursage

Il avoit bel a droit, aussi visage,

Car cheveleure crespe ot et plumage

Sus le brunet; mais sur tous l'avantage

Ot de beaulté

Son trés beau front karré en loyaulté,

Car grant et large en especiauté

Fu, avec ce portoit la royaulté

De beaulx sourcilz;

Longs enarchiez, bruns, grailles furent cilz

Sur les doulz yeulz qui des maulz plus de six

M'ont fait et font et livré mains soussis

Et maint grief dueil,

Car oncques homs ne porta plus doulz oeil

Brunet, riant, persant, de doulz accueil,

Qui ont occis mon cuer, mais son entreoeil

Fu large et plain,

Et son regart tant fu de doulçour plain

Qu'il m'a donné le mal dont je me plain,

Car quant sur moy l'espart venoit a plain.

Je vous dy bien,

Contenance n'avoie ne maintien,

Car a mon cuer sembloit qu'il deist: «ça vien»,

Tant le tiroit a soy comme tout sien.

Nés trés bien fait

Longuet a point, traittis sanz nul meffait,

Droit, et selon le vis si trés parfait

Que le viaire en grant beauté reffait;

Mais a merveilles

Ses trés belles levres furent vermeilles,

Grosses sans trop: n'ot pas jusqu'aux oreilles

Bouche grande, mais petite et com fueilles

De vert lorier

Souef flairant ou rose de rosier;

Li dent fin, blanc; petit, net et entier,

Menton rondet; encor ot pou mestier

De barbe faire,

Car joenne estoit, et son trés doulz viaire,

Qui de beaulté fu le droit exemplaire,

Sanguin et plein, riant pour a tous plaire

Estoit sans faille;

Et col bien fait, gros par la chevessaille,

Mais espaules ot de trop belle taille,

Larges, droittes, plaines, et ou qu'il aille

Croy que son per

Ne trouvera de braz a coups fraper

Pleins de force, legiers pour agrapper

Contre ces murs pour ces chastiaulz happer

Et prendre a force,

Si les ot longs, gros, bien fais; n'ot pas torce

Sa belle main, de tout bien faire amorce,

Droitte, longue et plus dure qu'escorce,

Ferme et ossue;

Mais la beaulté est en mon cuer conceue

De son beau pis, quant m'en souvient j'en sue

De grant doulour, car maintes fois receue

Par amour fine

G'y ay esté, car sa belle poittrine

Large, longue, bien faitte en tout termine

Passe toutes de beaulté, c'est la mine

De toutes graces.

Ventre ot petit, basset, et hanches basses,

Gent par les flans, rains rondes, non pas casses,

Grosses cuisses qui onc ne furent lasses

De souffrir peines

En fais d'armes, jambes longues et pleines,

De nerfs seches, droites depuis les haines,

Grosses assez, en bas grailes, sans veines,

Bien façonnées.

Mais ses beautez de nature ordonnées

Trés parfaittes ne furent pas finées,

Car en ses piez furent enterinées:

Ne furent pas

Grans ne petiz trop, mais faiz par compas

Selon le corps, droiz, longs, pour faire pas

Bien mesurez et pour saillir trespas

A la barriere.

Sa charneure ferme, dure et entiere,

Souefve au tast et de bonne maniere,

Clere, brune, plaisant et si belle yere

Que plus ne peust.

Ainsi fu bel, si qu'a peine le creust

Nul se veü avant sa beaulté n'eust,

Cil qui mon cuer avoit; droit fu qu'il l'eust,

Car desservi

Bien le m'avoit puis que premier le vi;

Mais ne cuid pas c'onques plus assouvi

Chevalier fust ou mond, je vous plevi,

En toute grace;

Car de proece avoit en toute place

Sur tous renom du joenne age et espace

Qu'il ot d'armer, et si estoit la masse

De gentillece;

De lignée astrait de grant noblece,

Riche d'amis, d'avoir et de sagece,

Et si estoit encor de tel joenesce

Qu'a mon avis

Vint et quatre ans n'ot encor assouvis

L'eure et le jour que premier je le vis

Et que mon cuer fu par ses yeulz ravis

En son amour;

Et son gent corps, de beauté fait a tour,

Tant fut aisié qu'il n'estoit si fort tour,

Fust en armes pour conquester honnour

Ou a jouster,

Lancier barres et dars, baston oster,

Saillir, lutter, legieretez haster,

Nul ne pouoit devant lui arrester.

En toutes choses,

A brief parler, toutes graces encloses

Furent en lui, n'en diroie les closes

Jamais nul jour ne en rimes n'en proses,

Mais son arroy

Jolis et gay fu cointe sans desroy

Et de maintien vous semblast filz de roy,

Tant fu plaisant et de gentil conroy,

Et humble et doulz

Fu entre gent et gracieux sur tous,

Joyeux, riant, envoisiez, sans courroux,

Et belle voix ot et haulte sans toux,

Et entre dames

Franc et courtois, et servoit toutes femmes

A son pouoir, mais n'en oïst diffames

Pour riens qui fust, et qui en deïst blasmes

Ne le souffrist,

Certes son corps ainçois a mort offrist!

Et s'a feste venist ou il se prist

A la dance, je vous jur
Jhesu
Crist

Que le dancier

Et le chanter ou a soy envoysier

Tant li seoit, ou a jeux commencier,

Qu'il n'estoit nul qui le voulsist laissier,

Tant fu amé,

N'oncques de riens, je croy, ne fu blasmé;

En fais, en dis estoit trés affermé,

Et ja s'estoit en tant de lieux armé

Que renommée

Estoit de lui ja en maint lieux semée,

Tant vaillamment s'estoit en mainte armée

Bien esprové; mais de lui si amée

Fus par long temps

Trés qu'il n'avoit encore pas vint ans,

Qu'oncques encor homs ne fu plus constans

En nulle amour, plus loyal n'arrestans

Qu'il fu en celle,

N'oncques ne fu dame ne damoiselle

Mieulx servie d'amant, non tant fust belle,

Qu'il me servi; ainçois que sa querelle

Voulsisse entendre

Et en griefs plours sa belle face tendre

Souvent moilloit, priant qu'a mercy prendre

Le voulsisse, tant qu'Amours me fist rendre

Et recevoir

Sa doulce amour, mais tant fist son devoir

De moy servir qu'oncques, a dire voir,

Plus loiaulté ne pot amant avoir

Envers sa dame.

Si m'amoit tant et moy lui, par mon ame,

Que n'avions soing ne d'omme ne de femme

Ne d'autre riens, fors d'amer sans diffame

Trés loyaulment.

Ainsi deux ans regnames doucement

Sanz avoir grief ne nul encombrement,

Si n'avions soing ne autre pensement

Qu'a bien amer.

Lasse! doulente! or fault dire l'amer

Qui mon dolent triste cuer faist pasmer

Et qui me fait tant de larmes semer

Pleine de rage!

Ce fu le mal et doloreux voiage

De
Honguerie, ou trop ot grant dommage,

Qui me tolli le bel et bon et sage

Que tant amoye.

Il a cinq ans et plus que celle voye

Fu emprise, dont mon cuer en plours noye,

Et qui me met de desespoir en voye,

Tant suis marrie.

Ha! voyage mauvais de
Honguerie,

La ou peri tant de chevalerie!

Et
Turquie, puisses estre perie

Long et travers!

Qui fis aler
Monseigneur de
Nevers

En ton païs desloyal et divers,

A qui
Fortune ala trop a revers

A celle fois,

Ou moururent tant de vaillans
François

Et d'autre gent bons, gentilz et courtois,

Dont le dommage est et fu de grief pois

Et trop grevable.

La s'en ala cil qui tant agreable

Mon cuer avoit, dont j'ay dueil importable,

Et le
Basac, l'ame en soit au deable,

L'emprisonna;

Ne le fist pas occire ains rançonna

Lui et d'aultres, si comme raisonna

Un sien parent qui de la retourna

Bien d'aventure.

Si n'est pas mort cil en qui j'ai ma cure,

Mais encor est en griefve prison dure;

Il n'a pas moult que le vid, si com jure,

Un vaillant homme

Qui dudit lieu vint pelerin a
Rome

Puis en
France, si raporta la somme

Qu'on lui demande et la guise et la forme

De sa rançon.

Ainsi le bel et bon en tel façon

Des
Sarrazins est tenu en prison,

Dont mon las cuer sueffre tel cuisançon

Qu'il derve d'yre,

Et ce qui plus encor mon mal empire

C'est qu'il m'est vis qu'il n'y a qui l'en tire;

Car leur devoir en font mal, a voir dire

Comme il me semble,

Tous ses parens, dont mon cuer de dueil tremble,

Car leurs terres deussent tous vendre ensemble

Ains qu'ilz n'eussent cil qui angel ressemble

De beaulté fine.

Et plust a
Dieu, qui ne fault ne ne fine,

Que traire hors l'en peusse en brief termine

Pour tout vendre ma chevance enterine

Et mon vaillant,

Et moy mesmes alasse traveillant

Jusques ou lieu ou est le bon vaillant;

Certes mon cuer ne lui seroit faillant

Jour de mon age,

N'y querroye tramettre autre message

Pour viseter le bel et bon et sage,

Et se la mort me prenoit ou voyage,

De par
Dieu fust;

Durast mon corps tant comme durer peust;

Et se
Fortune vouloit et li pleust

Que jusques la alasse, et il y fust,

Et tant feïsse

Qu'en la prison ou il est me meïsse,

Ne cuidiez pas que la durté haïsse,

Non pour mon corps, du lieu, et l'en treïsse,

Ce m'est avis.

Ainsi seroit mon desir assovis

Qui du veoir est si trés alouvis

Qu'il n'en craindroit peine, je vous plevis,

Pour prendre mort.

Et qui saroit le dueil et le remord

Que j'ai souffert pour lui tant grief et fort,

Merveille aroit comment je suis si fort

De le souffrir!

Car bien cuiday mon corps a mort offrir

Quant la nouvelle j'ouÿ descouvrir

Du grant meschief, ou il convint mourir

Tant de vaillans,

Car mon las cuer senti si deffaillans

Que je ne sçay qu'il ne me fu faillans

Ou que mon corps de griefs cotiaulz taillans

N'alay occire,

Ne le grief dueil tout ne saroye dire

Qu'ay eu depuis, car ne saroye eslire

Quel m'est meilleur ou le plorer ou rire;

Trestout m'est un.

Et pour tant se bonne chiere en commun

Je fais, certes mon cuer n'a bien nesun,

Et moult souvent plorer devant chascun

Il me convient

Quant grant desir trop fort sur moy survient,

Car sans cesser de cellui me souvient

Qui a mon cuer, qu'en prison on retient

Si durement,

Et quant plus suis en grant esbatement

Lors me souvient plus de son grief tourment

Qui ma joye rabat trop durement.

Ainsi vous ay

Dit mon meschief et puis quant commençay:

C'est la cause pour quoy je vous laissay

Et pour plourer devant je m'avançay.

Doncques ne dittes

Jamais nul jour que plus soient petites

Que les vostres mes griefs doulours despites;

Car ce ne sont fors que roses eslites

Envers les moyes.

Mais les vostres, s'il vous plaist toutevoies,

Vous me direz et les tours et les voies

Dont vous vienent tristes pensées coyes

Et si griefve yre.»

Lors a finé son parler sans plus dire;

Mais oncques mais ne raconter ne lire

N'oÿ parler d'aultre qui tel martire

Alast menant,

Car en plorant si s'aloit demenant

Qu'il convenoit que cellui soustenant

Alast son corps et a force tenant

Ou du cheval

Cheoite fust plus de cent fois aval.

Si nous faisoit a tous deux si grant mal

Que les larmes couroient contreval

De nostre face,

Et de bon cuer nous confortions la lasse,

Mais tant souffroit de tristece grant mace

Que de plorer ne pouoit estre lasse

Et de dueil faire.

Adonc le doulz escuier debonnaire

Li dist: «Hé las!
Pour
Dieu vueiliez vous traire

De ce grief plour qui tant vous est contraire!

Vous vous tuez

Et vo beau corps tout changiez et muez.

Si n'est pas sens dont si vous arguez,

Et un petit tristece loings ruez.

Si m'escoutez

Et vous orrez comment suis assotez

Par trop amer, plus ne vous guermentez,

Laissiez a moy le dueil, car, n'en doubtez,

Trop plus en ay.

Si vous diray le fait de mon esmay:

Il a cinq ans ou avra en ce may

Que m'embati en lieu que trop amay

En ma male heure.

Mais
Fortune, qui sans cesser labeure

Pour nuyre aux gens, me voult lors corir sure,

Car je n'avoye ains, se
Dieux me sequeure,

Soing ne tristour;

Jolis et gay estoye en mon atour

Et joennement je vivoie a tout tour,

Ne cognoissoie alors d'amour le tour

Ne sa pointure

Qui m'a depuis esté diverse et dure.

Si m'embati par ma mesaventure

Un jour en lieu ou
Amours sa droitture

Vouloit avoir

Des joennes gens, dont la, a dire voir,

Avoit assez qui moult bien leur devoir

En lui servir mettoient et savoir

Entierement;

En un jardin fu plein d'esbatement

Ou de mon mal vint le commencement,

Car en ce lieu me prist trop doulcement

Le grief malage

Qui puis m'a fait et fait trop de domage,

Car par regart m'enyvray du buvrage

Qu'Amours livre, qui met au cuer la rage

De dueil comblée.

En ce jardin avoit une assemblée

Belle, plaisant, ou joye estoit doublée,

Mainte dame de beauté affublée

Et mainte belle

Et avenant jolie damoiselle.

Il y avoit mainte doulce pucelle,

Son chevalier par la main n'y ot celle

Qui ne tenist

Ou eseuier se près d'elle venist;

La dançoient, mais il vous souvenist

Que
Dieux y fust qui si les soutenist

En grant leesce.

Car onc ne vi de joye tel largece

Et en ce lieu ot mainte grant maistrece

Et mainte autre parée de noblece

Et maint jolis

Gay chevalier, car de la fleur de lis

Noble et royal, ou lieu plein de delis

Avoit aucuns et d'aultres si polis

Que ce sembloient

Dieux, deesses, qui ou lieu s'assembloient,

Dont l'un a l'autre les cuers s'entr'embloient

Moult soubtilment et du mal s'affubloient

Qui a grant joye

Est commencié et puis en griefs plours noye.

Ou lieu entray ou
Fortune la voye

Lors m'adreça qui a mort me convoye

Sans departance.

Quant je fus près pour veoir l'ordenance,

Une dame, qui de ma cognoiscence

Estoit, adonc me va prendre a la dance,

Voulsisse ou non;

Lors de pluseurs fus nommé par mon nom,

Si disoient que de chanter renom,

Bien voulentiers, avoye, dont de non

Je ne deïsse.

Si fu raison que je leur obeïsse,

Ou bien ou mal que mon chant asseïsse;

Villennie fust se ne le feïsse.

Adonc chantay,

Si com je sceus, un rondel que dittay.

Quant j'oz chanté, gaires la n'arrestay

Qu'une dame chanta, mais n'escoutay

Jour de mon age

Chant si bien dit de voix et de langage,

Ne si plaisant a ouïr, l'avantage

Celle en avoit sur toutes par usage

Et de nature.

Quant le doulz chant oÿs dit par mesure

Mes yeulz hauçay, regarday par grant cure

De celle qui chantoit la pourtraitture

Et le viaire

Qui tant fut bel, doulcet et debonnaire

Que je ne sçay com nature pourtraire

Pot si bien fait n'en tel beauté parfaire

Ne mettre a chief.

Car celle avoit comme fin or le chief,

Blont, crespellet, et d'un seul cuevrechief

Bien delié le couvert de rechief

Mignotement.

Mais a son front ne fault amendement;

Car grant et plain, ouny, blanc, proprement

Comme yvoire ouvré poliement,

Ert façonné,

Et sy sorcil par nature ordenné,

Grailes, longuez, bassez et affiné

De grant beaulté, brunez; n'ymaginé

Plus bel entroeil

Ne puet estre, large, ouny, et si oeil

Vairs et rians; plaisans et sans orgueil

Fu son regard et de trés doulz accueil.

Beau nés traittis

Ot, non trop grant, trop long ne trop petiz,

Mais droit, bien fait, odorant et faitis,

Selon le vis gracieux et gentilz;

Et ses trés belles,

Doulces, plaisans jouetes et macelles

Ce sembloit lis avec rouses nouvelles

Entremeslé, n'aultre beaulté a celles

Ne s'appareille,

Car grassetes de beaulté non pareille

Furent et sont, et sa petite oreille

Assise a point et de coulour vermeille;

Souef flairant

La bouchete ot, petite et riant,

Grossete a point, et quant en soubriant

Elle parloit, corn perle d'Oriant

Ses dens menus

On veoit blans et serrez plus que nulz,

Ouniz, doulcès, en santé maintenuz,

Bien arrengiez, en tous lieux beaulz tenuz,

Et deux petites

Fosses plaisans, de grant doulçour eslites,

En souriant, es jouetes escriptes,

Ot bien seans; mais les doulçours, descriptes,

Du mentonnet

Rondet, plaisant, gracieux, sadinet

Et fosselu, vermeillet, mignonnet,

Ne pourroient, tant est fin, doulcinet,

Et a doulz vis

Bien respondant, qui fu tout assouvis

De grant beaulté, rondelet a devis,

Le plus doulcet et plus bel qu'oncques vis

Mieulx façonné;

Et son beau col, par mesure ordenné,

D'un colier d'or entour avironné,

Fu riche et bel, que le roy ot donné,

Sur sa gorgete

Moult avenant, qui fu blanche et bien faitte

Et de petiz filez semble estre traitte.

Mais
Nature, qui mainte oeuvre a parfaitte,

Ne fist ouvrage

Oncques plus bel, je croy, ne dis oultrage,

Que sa plaine, polie, blanche et large

Poitrine, fu sans os ne vaine umbrage,

C'est chose voire,

Blanche com lis, polie comme yvoire,

Et le tetin tout ainsi qu'une poire

Poignant, rondet ot ou sain; ne memoire,

Bien dire l'ose,

N'ay d'avoir veu oncques si doulce chose.

Hé las! eureux est qui la se repose!

Mais plus tendrete et plus fresche que rose,

Je vous asseure,

Ferme, clere fu sa belle charneure

Et ses beaulx braz longs, grailes par mesure,

Et plus belle main oncques creature

Longuete et lée

Ne pot avoir, n'est pas chose cellée,

Blanche a longs dois, grassete et potellée,

Bien faitte, ounie, droitte et bien dolée;

Et corsellet

Grailet, longuet, droit, appert, grasselet.

Hanches basses, rains voultis, rondelet,

Le ventre avoit fin doulcet et mollet,

Si com je tiens;

Car
Nature qui en lui mist tous biens

Ou demourant, je croy, n'oblia riens,

Ainçois la fist, ainsi com je maintiens,

Toute parfaitte










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Christine de Pisan
(1364 - 1431)
 
  Christine de Pisan - Portrait  
 
Portrait de Christine de Pisan