Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Christine de Pisan

Le dit de la rose (14 février 1401, anc. st.) - Poéme


Poéme / Poémes d'Christine de Pisan





A tous les
Princes amoureux

Et aux nobles chevalereux,

Que vaillantise fait armer,

Et a ceulz qui seulent amer

Toute bonté pour avoir pris,

Et a tous amans bien apris

De ce
Royaume et autre part,

Partout ou vaillance s'espart:

A toutes dames renommées

Et aux damoiselles amées,

A toutes femmes honnorables,

Saiges, courtoises, agréables:

Humble recommandacion

De loyal vraye entencion.

Si fais savoir a tous vaillans,

Qui pour honneur sont travaillans,

Unes nouvelles merveilleuses,

Gracieuses, non perilleuses,

Qui avenues de nouvel

Sont en beau lieu plain de revel;

Aussi est droiz que ceulz le sachent

Qui mauvaistié devers eulz sachent,

A fin qu'ilz amendent leurs fais

Pour estre avec les bons parfais.

Si fu voir qu'a
Paris advint,

Presens nobles gens plus de vint,

Joyeux et liez et senz esmois,

L'An quatre cens et un, ou mois

De janvier, plus de la moictié

Ains la date de ce dictié

Du mois passé, quant ceste chose

Advint en une maison close

Et assemblée de nobles gens,

Riches d'onnour et beaulx et gens.

Chevaliers y ot de renom

Et escuiers de vaillant nom.

Ne m'estuet ja leurs noms nommer,

Mais chascun les seult bons clamer;

Notables sont et renommés,

Des plus prisiez et mieulx amez:

Du trés noble duc d'Orliens,

Qui
Dieu gart de tous maulx liens,

Si sont de son hostel tous ceulz.

Et n'y avoit pas un tout seulz

Qui n'aime, je croy, tous bons fais;

Leans a assez de si fais.

Assemblez les ot celle part

Courtoisie qui ne depart

De ceulz qui sont de gentil sorte.

La fu bien fermée la porte,

Car vouloient en ce lieu estre

Senz estranges gens privez estre

Pour deviser a leur plaisir.

La fu appresté a loisir

Le soupper; si furent assis

Joyeux et liez et non pensis.

Bien furent servis par les tables

De mez a leur gré delitables.

Car ne fu, j'en ose jugier,

Pas tout leur plaisir ou mangier

Mais en la compaignie qui

De vraye et bonne amour nasqui.

Liez estoient et esbatans,

Gays et envoisiez et chantans

Tout au long de cellui souper,

Comme gent qui sont tout un per

Et amis vrais sens estrangier.

La n'ot parlé a ce mangier

Fors de courtoisie et d'onnour,

Senz diffamer grant ne menour,

Et de beaulx livres et de dis,

Et de balades plus de dix,

Qui mieulx mieulx chascun devisoit,

Ou d'amours qui s'en avisoit

Ou de demandes gracieuses.

Viandes plus délicieuses

N'y ot, com je croy, a leur goust,

Tout soyent d'assez petit coust,

Et de ris et de bonne chiere;

De ce n'orent ils pas enchiere.

Ainsi se sirent longuement

En ce gracieux parlement.

Mais
Amours, ses loyaulx amis,

Qui a valeur se sont soubzmis,

Volt visiter droit en ce point.

Car alors seurvint tout a point,

Non obstant les portes barrées

Et les fenestres bien sarrées,

Une dame de grant noblesse

Qui s'appella dame et deesse

De
Loyauté, et trop belle yere.

La descendi a grant lumiere

Si que toute en resplent la sale.

Toute autre beauté si fut pale

Vers la sienne de corps, de vis

Et de beau maintien, a devis

Bien parée et bien atournée.

Si fu entour avironnée

De nymphes et de pucelletes,

Atout chappellès de fleurettes,

Qui chantoient par grant revel

Hault et cler un motet nouvel

Si doulcement, pour voir vous dis.

Que bien sembloit que
Paradis

Fut leur reduit et qu'elz venissent

De cellui dont fors tous biens n'issent,

Celle deesse a tel maisgnie.

Devant la table acompaignie

Vint o les siennes bien parées,

Si tenoient couppes dorées,

Si comme pour faire en present

A celle gent nouvel present.

Adonc fu la sale estourmie,

Il n'y ot personne endormie,

Tuit furent veoir la merveille,

Il n'y ot cellui qui l'oreille

Ne tendist pour bien escouter

Que celle leur vouloit noter;

Chascun se tut pour y entendre.

Quant les pucelles a cuer tendre

Orent leur chançon affinée

Adonc se prist la belle née,

Qui d'elles dame et maistresse yere,

A dire par belle maniere

Ces parolles qui cy escriptes

Sont en ces balades et dittes.

Ne plus ne moins les ennorta

Et les balades apporta:





Balade.



Cil qui forma toute chose mondaine

Vueille tousdiz en santé mantenir

Et en baudour de grant leesse plaine

Ceste belle compaignie et tenir.

Deesse suis, si me doit souvenir

De trestous bons et des bonnes et belles.

Pour ce qu'ainsi il doit appartenir

Venue suis vous apporter nouvelles.



De par le dieu d'amours, qui puet la peine

Des fins amans desmettre et defenir,

Present nouvel, gracieux, d'odeur saine,

Je vous apport et salus sens fenir,

Si m'escoutez et vueilliez retenir:

Car je vous di que de haultes querelles,

Dont il pourra assez de biens venir,

Venue suis vous apporter nouvelles.



De
Loyauté deesse souveraine

On m'appelle, et a mon seurvenir

Je ne port pas de discorde la graine,

Com fist celle qui
Troyes fist bannir;

Ains, pour tousjours loyauté soustenir

Et pour oster les mauvaises favelles

Et les mauvais desloyaulx escharnir,

Venue suis vous apporter nouvelles.





Balade.



Le dieu d'Amours par moy il vous presente

Ces roses ci de voulenté entiere,

Cueillies sont de trés loyal entente

Es beaulx vergiers dont je suis courtilliere.

Si vous mande qu'a trés joyeuse chiere

Preigniez le don, mais c'est par convenant.

Que desormais en trestoute maniere

Yrez l'onneur des dames soustenant.



Si veult qu'ainçoiz que nullui se consente

A recevoir la rose belle et chiere,

Qu'il face veu que jamaiz il n'assente

Blasme ou mesdit en nesune maniere

De femme qui son honneur tiengne chiere,

Et pour ce a vous m'envoye maintenant.

Si vouez tous qu'a parolle pleniere

Yrez l'onneur des dames soustenant.



Chevaliers bons et tous de noble sente,

Et tous amans, c'est bien droit qu'il affiere

Qu'a ce veu ci vo cuer se represente;

Amours le veult, si n'y mettés enchiere,

Mais ne soit pas de voulenté legiere,

Car a l'estat de vous appartenant;

Et si jurez que jusques a la biere

Yrez l'onneur des dames soustenant.

En disant ces balades cy

La deesse, sienne mercy,

Assist les couppes sur les tables.

Dedens ot roses odorables,

Blanches, vermeilles et trop belles,

Et cueillies furent nouvelles.

Et avecques ce presentoit

En beaulx rolez qu'elle gectoit

Ceste balade qui recorde

Qu'Amours veult, qu'ainçois qu'on accorde

A prendre la jolie rose,

Que l'en face veu de la chose

Qui est en l'escript contenu

Et qu'il soit juré et tenu.

Et qui tout ce vouldra vouer

Et celle promesse advouer,

Hardiement preingne la rose

Ou toute doulçour est enclose.

Si oyez lire la balade

Qu'apporta la deesse sade:





Balade.



A bonne amour je fais veu et promesse

Et a la fleur qui est rose clamée,

A la vaillant de
Loyauté deesse,

Par qui nous est ceste chose informée,

Qu'a tousjours mais la bonne renommée

Je garderay de dame en toute chose

Ne par moy ja femme n'yert diffamée:

Et pour ce prens je l'Ordre de la
Rose.



Et si promet a toute gentillesse

Qu'en trestous lieux et prisée et amée

Dame sera de moy comme maistresse.

Et celle qui j'ay ma dame nommée

Souveraine, loyauté confermée

Je lui tendray jusques a la parclose,

Et de ce ay voulenté affermée:

Et pour ce prens je l'Ordre de la
Rose.



Et si merci
Amours et son humblesse

Qui nous a cy tel semence semée

Dont j'ay espoir que serons en l'adresse

De mieulx valoir; c'est bien chose informée

Que de lui vint honneur trés renommée.

Si defendray, s'aucun est qui dire ose,

Chose par quoy dame estre puist blasmée:

Et pour ce prens je l'Ordre de la
Rose.



Princes haultains, ou valeur est fermée,

Faites le veu, bonté y est enclose,

L'enseingne en vueil porter en mainte armée:

Et pour ce prens je l'Ordre de la
Rose.



Adonc furent en audiance

Levez, et, senz contrariance,

Firent tous le beau veu louable

Qui est gentil et honnorable.

Quant nullui ne vit contradire

La deesse adonc prist a dire

Ce rondelet, prenant congié,

Si n'y a pensé ne songié:



Or m'en vois dire les nouvelles.

Au dieu d'Amours qui m'envoya.



De ses belles roses nouvelles

Or m'en vois dire les nouvelles.



A
Dieu vous dy, tous ceulz et celles

Que bonne amour cy avoya,

Or m'en vois dire les nouvelles.



Quant ce fut dit, lors s'envola

Celle deesse qui vint la.

Mais les nymphes qui furent liez

De leurs doulces voix deliez

Commencierent tel mellodie,

Ne cuidez que mençonge die,

Que il sembloit a leur doulz chant

Qu'angelz feussent ou droit enchant.

Ainsi parti de celle place

La deesse, qui de sa grace

Ot la conpaignie esjoÿe,

Tel nouvelle leur ot gehie,

D'elle font feste et de ses choses

Et tous se parent de ses roses,

Par teste, par braz, par poitrine,

En promettant foy enterine,

Si comme ou veu est devisé

Qu'ilz orent moult bien avisé.

Quant assez selon leur loisir

Orent esté en ce plaisir,

Chantans, rians a chiere lie

Senz dueil et senz merencolie,

Partis s'en sont, congié ont pris,

Emportant la rose de pris.



Et je qui n'oz pas le cuer noir

Demouray en cellui manoir

Ou ot esté celle assemblée,

Ou je ne fus de riens troublée.

Tart fut ja et saison en l'eure

D'aler couchier et bien fu heure;

Mais la deesse qui m'ama,

Sienne merci, et me clama

Sa belle suer de cuer eslit

M'ot appresté un trop beau lit,

Blanc comme noif, encourtiné

Richement et bien ordonné,

En belle chambre toute blanche

Comme la noif qui chet sur branche;

Pour ce l'ot fait, je n'en doubt mie,

Que je suis a
Dyane amie,

La deesse trés honnourée

Qui toudiz de blanc est parée.

La me couchay seulette et nue,

Et m'endormy.
Lors une nue

Si m'apparu en mon dormant

Clere et luisant; de ce forment

Me merveillay que pouoit estre.

De la nue, qui fu a destre

Costé du lit, luisant et clere,

Comme en esté temps qui esclere,

Yssi une voix gracieuse,

Trop plaisant et trop amoureuse;

Adonc, ou que dormisse ou non,

La voix m'appella par mon nom,

Si me dist lors: «Amie chiere

Qui m'as amée et tenu chiere

Toute ta vie, bien le sçay,

Car souvent t'ay mise a l'essay,

Je suis la deesse loyale

De la haulte ligne royale

De
Dieu qui me fist et fourma

Et de ses rigles m'enforma.

Or m'entens, m'amie certaine,

Et je te diray qui me maine:

Tu scez comment en ta presence

Je vins presenter par plaisance

Nagueres les roses jolies,

Qui en nul temps ne sont palies,

De par vraye
Amour, qui conduit

Ceulx qui de bien faire sont duit,

«Qui encor devers toy m'envoye,

«Messagiere de ceste voye

«Lui plaist que soye par usage,

«Et voulentiers fais le message:

«Amours se plaint trop fort et duelt

«D'une coustume qui trop suelt

«Estre en mains lieux continuée,

«Bien vouldroit qu'elle fust muée.

«Car elle est male, laide et vilz,

«Et vilaine, je te plevis,

«Et par especial en ceulx

«Qui ne doivent estre preceux

«D'acquerir toutes bonnes meurs

«Pour plus acroistre leurs honneurs,

«C'est es nobles et es gentilz

«Hommes qui doivent ententis

«Estre a mieulx valoir qu'autre gent;

«Bonté leur siet mieulx que or n'argent;

«Mais des vilains ne fais je force,

«Car ceulx ne font bien fors a force

«N'on ne les pourroit amender

«Pour leur ennorter ne mander,

«Car la condicion vilaine,

«Qui pis flaire que male alaine,

«Si est trop fort a corrigier;

«Trop est fort cil vice a purgier.

«J'appelle villains ceulz qui font

«Villenies, qui les deffont,

«Je n'entens pas par bas lignaige

«Le vilain, mais par vil courage;

«Mais cellui qui noble se fait

«De lignie trop se deffait

«Se sa noblesse en villenie

«Tourne, dis je voir ne le nye,

«Si font plus qu'autres a reprendre

«S'on les puet en vilains faiz prendre.

«Et pour ce diz, ce n'est pas bourde,

«Qu'en lait fait n'en parolle lourde

«Tout nobles homs, s'il aime pris,

«Se doit garder d'estre repris.

«Car trop en vauldroit mains senz faille,

«Tout feust il bien preux en bataille;

«Car la prouesse seulement

«Ne gist pas ou grant hardement

«D'assaillir ne de soy defendre

«Contre aucun qui le vueille offendre,

«Car ce sont prouesses de corps,

«Mais certes mieulx valent encors

«Les bontez qui viennent de l'ame;

«Ce ne me puet nyer nulle ame.

«C'est vaillantise et grant prouesse

«Quant un noble cuer si s'adresse

«Qu'en vertus il soit bien propice

«Et eschever et fuïr vice

«Ne qu'on ne puist trouver en lui

«Riens dont puist mesdire nullui,

«Se n'est a tort ou par envie;

«Car n'est en ceste mortel vie

«Homme qui soit de touz amez

«Ne de toutes gens bons clamez.

«Ce fait
Envie qui s'efforce

«D'abatre loz, n'y face force

«Bon homme ains face toudiz bien,

«Car loz vaintra, je te diz bien,

«Et s'un tel homme ainsi apris

«Peut aussi d'armes avoir pris

«Tant que renommée tesmoingne

«Qu'en tout bien faire s'embesoingne

Et qu'en rien ne soit recreant,

Un tel vassal, je te creant,

Est bien digne de loz acquerre

Se bon est en paix et en guerre,

Et juste et loyal en tous cas

Et o lui ait pour advocas

Courtoisie qui si l'enseingne

Que de gentil porte l'enseingne

En fait, en dit et en parolle.

Senz orgueil qui maint homme affolle

Si ait hault cuer et haulte emprise,

Ce n'est pas l'orgueil qu'on desprise

Que d'avoir si haultain courage

Qu'on ne daingnast faire viltage

Et que l'en aime les haultaines

Choses contraires aux vilaines.

Telz choses sont appartenans

Aux nobles, et que soustenans

Soient justice en tout endroit

Et toute bonté, c'est leur droit.

Mais pour revenir au propos

Pour quoy vins ça sur ton repos

Par le commandement mon maistre

Amours, qu'au monde
Dieu fist naistre,

Et de quoy se deult et complaint

Et dont par moy a toy se plaint,

C'est de la coustume perverse,

Qui l'onneur de mainte gent verse,

De mesdire, que
Dieux mauldie,

Par qui mainte femme est laidie

A tort et a grant desraison

Et maint bon homme senz raison,

Qui queurt ores plus qu'onques mais.

Ce fait
Envie qui tel mais

Apporte d'enfer pour donner

Aux gens, et tout empoisonner

«Et occirre de double mort

Qui a si fait vice s'amort.

Mesdire, qui bien y regarde,

C'est tel glaive et si faite darde

Que meismes cil qui le balance

Occist et cil sur qui le lance,

Mais aucunes fois plus blecié

Demeure cil qui l'a lancié

Que ne fait cil sur qui le rue.

Ou soit en maison ou en rue,

Et son ame plus griefment blece

Et son honneur et sa noblece

Que ne fait souvent l'encusé.

Et tel s'est maintes foiz rusé

D'autre qui mieulx de soy valoit

Pour ce que son bien lui douloit;

Et tel diffame autrui souvent

Qui est plus seurpris, je m'en vent,

Du mesmes meffait et tachié

Qu'il dit que l'autre est entachié;

Si est faulte de congnoissance

Et d'envie vient la naissance;

Car nul ne vouldroit que tel verve

On deist de lui, quoy qu'il desserve,

Mais chascun puet estre certain

Qu'il est un juge si certain

Qui tout congnoist et hors et ens,

Tout scet et tout est clerveans,

Si rendra a chascun desserte

De bien ou de mal, chose est certe,

Trop font mesdisans a haïr

Et leur compaignie a fuïr

Plus que de gent bataillereuse.

Plus male et trop plus perilleuse

Est compaignie et plus nuysant

D'omme jangleur et mesdisant;

Qui maie compaignie hante

Ne puet que du mal ne se sente,

Et avec les loups fault huler

Et de leur peau soy affuler.

Et, quant je di homs, j'entens famme

Aussi, s'elle jangle et diffame;

Car chose plus envenimée

Ne qui doye estre moins amée

N'est que langue de femme male

Qui soit acertes ou par gale

Mesdit d'autrui, moque ou ramposne;

Et se mal en vient, c'est aumosne

A celle qui s'i acoustume,

Car c'est laide et orde coustume.

N'a femmes n'affiert a mesdire,

Ainçois, quant elles oyent dire

Chose qui face autrui dommage,

Abaissier doivent le langage

A leur pouoir ou elles taire,

S'autre chose n'en pevent faire;

Car avoir doit, en verité,

Doulçour en femme et charité;

S'autrement font c'est leur contraire,

Car bien siet a femme a point taire.

Mais, pour ce que ceste coustume

Court en mains lieux qu'envie alume,

Vouldroit bien
Amours errachier

D'entre ceulz qu'il aime et tient chier,

C'est des nobles a qui tel tache

Trop messiet, s'elle s'i atache;

Car si preux n'est, je l'ose dire,

Que, s'il a renom de mesdire,

Qu'il n'en soit partout moins amé,

Moins prisié et jangleur clamé.

Mais sur toutes autres diffames

Het
Amours qu'on parle des femmes

Laidement en les diffamant,

Ne veult que ceulz qui noblement

Se veulent mener pour acquerre

Pris et honneur en mainte terre

Soient de tel tache tachié,

Car c'est maufait et grant pechié.

Et pour estrapper tel verjus

M'envoya bonne
Amour ça jus

Atout l'Ordre belle et nouvelle,

De quoy j'apportay la nouvelle,

Present toy, n'a gueres de temps,

Mais encor veult, si com j'entens,

Amours que ceste chose soit

Publiée comment qu'il soit

Et qu'on le sache en maint paÿs

A fin que mesdit soit haÿs

En toutes pars ou noble gent

Sont d'acquerre loz diligent.

Si veult qu'ayes legacion

De faire en toute nacion

Procureresses qui pouoir

Ayent, s'elles veulent avoir,

De donner l'Ordre delictable

De la belle rose agreable

Avec le veu qui appartient.

Mais
Amours veult, bien m'en souvient,

Que nulle ne soit establie

A donner l'Ordre gente et lie

S'elle n'est dame ou damoiselle

D'onnour, courtoise, franche et belle,

Toutes sont belles quant bonté

A la beauté plus seurmonté.

Ainsi auras par ce convent

Ceste charge d'ore en avant,

Si l'envoye par toute terre

Ou noble gent poursuivent guerre

Aux dames, de qui renommée

Est de leur grant bonté semée:

A celles veulz et te commande

Bonne
Amour par moy et te mande

Que tu commettes le bel
Ordre

Ou nulz ne puet par droit remordre.

Et combien que j'aye apportées

Les roses qui seront portées

Des bons a qui je les donnay,

Et de telles assez en ay,

Car en mon vergier sont cueillies,

Ne veult pas
Amours que faillies

Els soient es autres contrées

Ou telles ne sont encontrées;

Car quiconques d'orfaverie

D'or, d'argent ou de brouderie

De soye ou d'aucune autre chose,

Mais que soit en façon de rose,

Portera l'ordre qui donnée

Sera de la dame, ordonnée

De par toy pour l'Ordre establir,

Il souffist; et pour acomplir

Ceste chose voicy les bulles,

Ou monde n'a pareilles nulles,

Si tesmoing la commission.

Cil
Dieu qui souffri passion

Te maintiengne toudiz en l'euvre

D'estude qui grant science euvre

Et t'otroit son saint paradis,

Je m'en vois et a
Dieu te dis.»

Adonc est celle esvanoÿe.

Je m'esveillay toute esbahye;

Ne vy ouvert huys ne fenestre,

Merveillay moy que ce pot estre;

Si me pensay que c'estoit songe,

Mais ne le tins pas a mençonge

Quant coste moy trouvay la lettre

De la deesse au royal sceptre

Qu'elle mist dessus mon chevet

Coste moy, puis volant s'en vet.

Par grant entente prises ay

Les bulles et moult y musay,

Car j'avoye lumiere d'oile.

Je me levay et la chandoile

Alumay adonc senz tarder

Pour mieulx la bulle regarder.

Mais oncques ne vy en ma vie

Si de beauté lettre assouvie,

Merveilles os, je vous plevy,

De la grant beauté que g'i vy.

Estrange en est moult la maniere:

Le parchemin de fin or yere

Et les lettres furent escriptes

De fin azur, non trop petites

Ne trop grans, mais si bien formées

Que mieulx ne peust, non pas rimées

Ne furent, mais en belle prose

La contint l'Ordre de la rose.

Le laz en fu de soye azure,

Et le seel de belle mesure

Fut d'une pierre precieuse

Resplandissant et gracieuse:

Le dieu d'Amours fut d'une part.

Les piez ot sur un liepart,

De l'autre part fut la deesse,

De
Loyauté dame et princesse.

Les empraintes moult merveilleuses

En furent et trop gracieuses;

Et bien sembla de si bel estre

Que n'estoit pas chose terrestre.

Si leuz la lettre senz y point

Faillir et notay chascun point.

Lye fuz de la vision

Et d'avoir tel commission;

Car combien que je ne le vaille

Ay je desir que nul ne faille,

Et pour ce moy, qui suis commise

A ce, ne doy estre remise

De faire si bien mon devoir

Que je n'en doye blasme avoir.

Et pour ce ay je fait ce dictié

Ou j'ay tout l'estat appointié

Et mis la fourme et la maniere

Comme il avint et ou ce yere,

A fin qu'on le sache en tous lieux.

Si soient tous jeunes et vieux

Desireux d'estre retenus

En l'Ordre, maiz n'y entre nulz

S'il n'en veult bien son devoir faire,

Car il se pourroit trop meffaire.

Aussi aux dames amoureuses

Qui de tout bien sont desireuses,

J'entens de l'amour ou n'a vice,

Mal, villenie, ne malice,

Car quiconques le die ou non

En bonne amour n'a se bien non,

Et a celles generaulment

Qui aiment honneur bonnement,

Soit en ce regne ou autre part,

Qui ont les cuers de noble part,

De par la deesse je donne

Le plain pouoir et habandonne

De donner l'Ordre gracieux

A tous nobles et en tous lieux

Ou bien employé le verront

A ceulz qui avoir le voulront;

Mais s'aucun le prent et le jure

Et puis après il s'en parjure

Cellui soit tenu pour infame,

Haÿ de tout homme et de famme,

Car ainsi le veult la deesse

Qui ceste chose nous adresse.

Si feray fin, il en est temps,

Priant
Dieu que aux escoutans

Et a ceulz qui liront mes dis

Doint bonne vie et paradis.

Escript le jour
Saint
Valentin

Ou mains amans trés le matin

Choisissent amours pour l'année,

C'est le droit de celle journée.



De par celle qui ce dictié

A fait par loyale amitié,

S'aucun en veult le nom savoir,

Je lui en diray tout le voir:

Qui un tout seul cry crieroit

Et la fin d'Aoust y mettroit

Se il disoit avec une yne

Il savroit le nom bel et digne.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Christine de Pisan
(1364 - 1431)
 
  Christine de Pisan - Portrait  
 
Portrait de Christine de Pisan