Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Christine de Pisan

Jeux a vendre - Rondeaux


Rondeaux / Poémes d'Christine de Pisan





1

Je vous vens la passerose.


Belle, dire ne vous ose

Comment
Amours vers vous me tire,

Si l'apercevez tout sanz dire.





2



Je vous vens la fueille tremblant.


Maint faulx amans, par leur semblant,

Font grant mençonge sembler voire,

Si ne doit on mie tout croire.





3



Je vous vens la paternostre.


Vous scavez bien que je suis vostre,

Ne oncques a autre ne fus,

Si ne faittes de moy reffus,

Belle que j'aim, mais sanz demour

Me vueilliez donner vostre amour.







4



Je vous vens le papegay.


Vous estes bel et bon et gay,

Sire, et en tous cas bien apris;

Mais oncques a amer n'appris,

Encore n'y sçaroie aprendre

N'a amer par amours me prendre.







5



Je vous vens la fleur de mellier.


Sire joly chevalier,

Telle pour vous souvent souspire

Qui vous aime et ne l'ose dire.





6



Je vous vens l'esparvier apris.


Bien vouldroie estre de tel pris,

Qu'aucune damoiselle ou dame

Me daignast amer, car, par m'ame,

A mon pouoir la serviroie

Tant que s'amour desserviroie.









7



Je vous vens le vert muguet.


Mesdisans sont en agait,

Amis, pour nous agaitier;

Si querez autre sentier

Quant vers moy venir devrez

Et l'eure sonner orrez.









8



Du dieu d'amours vous vens le dart

Qui m'a navré par le regart

De voz beaulx yeulx, dame jolie,

Qui a vous amer si me lie

Que j'en seray a mort livré

Se par vous ne suis delivré.









9



Du pré d'Amours vous vens l'usage.


Pas n'apert a vostre visage

Que vous soiez d'amours malade;

Car la maladie est moult sade

Dont le visage en riens n'empire,

Mais tel n'a nul mal qui souspire.





10



Je vous vens la fleur de lis.


Vray amant doit estre jolis,

Sage, courtois et bien apris,

Amer honneur, armes et pris,

Loial, secret et sanz amer,

Qui tel l'a bien le doit amer.











11



Je vous vens du rosier la fueille.


Je pri au dieu d'amours qu'il vueille

Briefment m'ottroier tant de grace

Qu'acquerir puisse vostre grace.









12



Je vous vens la turterelle.


Seulete et toute a par elle

Sanz per s'envole esgarée,

Ainsi suis je demourée,

Dont jamais je n'aray joye

Pour nulle chose que j'oye.





13



Je vous vens le cerf voulant.


De bien amer ne soiez lent,

Amis, car vous avez amie

Qui talent d'autre amer n'a mie;

Si lui soiez vrais et entiers,

Car elle vous aime sanz tiers.









14



Je vous vens le chappel de
Saulx.


S'Amours vous prent par ses assaulx,

Dame jolie et gracieuse,

Ne soiez nul jour envieuse

De voz loiaulx amours fausser,

Pour abaissier ne pour haulcer.

Se vous estes dame clamée

De vostre ami et bien amée,

Tenez vous y; j'ay ouï dire

Que qui plus change plus s'empire.









15



Je vous vens la harpe et la lire.


Vraie amour si m'a fait eslire

Vous seule pour dame et maistresse,

Belle, or me mettez en l'adrece

De joye avoir, et a mon dit

Vous accordez sanz contredit.









16




Je vous vens les gans de laine.


Je seroie trop villaine


Se vostre amour reffusoie;


Car volentiers si j'osoie

Seroit en vous m'amour fermée

Par si que de vous fusse amée,

Car vous estes digne d'avoir

D'Heleine le corps et l'avoir.







17



Je vous vens la fleur de parvanche.


N'aiez pas le cuer en la manche,

Amans de bonne volenté,

Hardiement joye et santé

Requerez, mais loiaulz soiez

En quelque lieu que vous soiez,

Car se fausseté en vous maint

Des biens d'amours y perdrez maint.









18



Je vous vens la rose amatie.


Vous avez vostre foi mentie

Vers
Amours, dont vous valez mains,

De telz tours sçavez faire mains,

Si se fait bon des gens retraire

Qui sont a loiaulté contraire.









19



Je vous vens le pont qui se haulce.


Dieux! que vous semblez estre faulse,

Bien savoir conter et rabatre,

Et a maint l'eaue faire batre,

Et faire en vain cornars veillier

Et pour neant eulx traveillier,

Monstrer semblant de fort amer,

Sanz en sentir ne doulz n'amer.





20



Je vous vens le panier d'ozier.


On ne doit amer ne proisier

Homme qui de femme mesdie,

Ne le croire de riens qu'il die;

Si estes de ce renommé

Dont vous en estes moins amé.





21



Je vous vens l'oisellet en cage.


Se vous estes faulx c'est dommage,

Car vous estes et bel et doulz,

Si n'aiez telle tache en vous

Et digne serez d'estre amé,

Bel et bon et bien renommé.









22



Je vous vens le vers chapellet.


Nul amant ne peut estre let,

Mais que ses taches soient bonnes,

De loiaulté suive les bonnes,

Si sera digne que l'en l'aime

Et que sa dame ami le claime.





23



Je vous vens la clere fontaine.


Je voy bien que je pers ma peine,

Dame, de tant vous requerir;

Puis que riens n'y puis acquerir;

Qu'oncques vous vy l'eure maudi,

Je m'en vois et a
Dieu vous di.





24



Je vous vens le chappel de soie.


Cuidiez vous qu'a pourveoir soie

D'ami plaisant, jeune et joly,

Qui de bon cuer m'aime et je li?

Nanil voir; si pert bien sa peine

Qui de m'amour avoir se peine.









25



Je vous vens le cuer du lion.


Vostre cuer et le mien lion

A tousjours, mais sanz deslier,

Et pour nostre amour alier

Par vray serment le promettons

Et corps et avoir y mettons.





26



Je vous vens la couldre qui ploie.


En bien amer mon cuer emploie;

Je ne sçay se je suis amée,

Mais je ne doy estre blasmée

D'avoir mon cuer a cil donné

Qui sur tous est bien renommé.





27



Je vous vens l'anelet d'or fin.


Je pri a
Dieu que male fin

Puissent tous ces mesdisans faire,

Qui se meslent d'autrui affaire;

Souvent esveilient jalousie,

Qui met pluseurs en frenesie.









28



D'un esparvier vous vens la longe.


Quant un amant plein de mençonge

Est et souvent parjur trouvé,

D'Amours doit estre reprouvé;

Car amant ne doit a sa dame

Mentir ne pour loz ne pour blasme.









29



Je vous vens le coulomb ramage.


On scet assez bien vostre usage,

Assez sçavez du bas vouler

En faingnant plaindre et flajoler,

Et en mains lieux querir santé,

Dient ceulz qui vous ont henté.





30



Je vous vens le songe amoureux,

Qui fait joyeux ou doulereux

Estre cellui qui l'a songié.


Ma dame, le songe que j'é

Fait anuit, ferez estre voir,

Se je puis vostre amour avoir.









31



Je vous vens l'aloe qui vole.


Vostre gracieuse parole,

Et vostre doulz et bel semblant,

Doulz ami, va mon cuer emblant.

Si ne vous puis plus escondire,

Car vostre suis sanz contredire.







32



Je vous vens l'espée de guerre.


Que venez vous cy entour querre,

Sire, qui si bien savez faindre

Le loial amant et vous plaindre;

Par vous sont maintes barguignées,

Blanches, brunes, ou bien pignées;

Si alez hors de no dongier

Ailleurs voz roisins vendengier.









33



Je vous vens la fleur d'acolie.


Je suis en grant melancolie,

Amis, que ne m'aiez changée;

Car vous m'avez trop estrangée,

Dittes m'en le voir, sanz ruser,

Sanz plus me faire en vain muser.







34



Je vous vens la branche d'olive.


Ou monde n'a femme qui vive

Que je vueille servir fors vous.

Si me retenez donc sur tous,

Belle plaisant de moy cherie,

Ne soiez vers moy rencherie.





35



Je vous vens la fleur d'ortie.


Je suis d'amours bien sortie;

Car j'ay ami loial et bon,

A qui cuer, corps et amour don.









36



Je vous vens le chapel de bievre.


Jalousie vault pis que fievre;

Si ne croiez riens qu'on vous die

Qui vous traye a tel maladie,

Se voulez amours maintenir,

Gaiement et lié vous tenir.









37



Je vous vens la rose de may.


Oncques en ma vie n'amay

Autant dame ne damoiselle

Que je fais vous, gente pucelle,

Si me retenez a ami,

Car tout avez le cuer de mi.









38



Je vous vens la fleur de seür.


Je ne suis pas bien aseür

Que j'aye vostre amour ou non

Pour tant se d'ami ay le nom;

Car partout vostre belle chiere,

Ce me semble, envers nul n'est fiere.









39



Je vous vens la violete.


De joye mon cuer volete,

Quant je voy vostre doulz vis

Sur tous bel a mon avis.





40



Je vous vens le blanc corbel.


Vostre gracieux corps bel

Et vostre ris savoureux

Fait mon cuer estre amoureux.





41



Je vous vens l'aloue volant.


De bien amer n'avez talent;

Mais vous savez bien decevoir,

Pluseurs ne l'ont pas assavoir.





42



Je vous vens le dyamant.


Sachiez que j'ay bel amant,

N'il n'est homme soubz les cieulx

A mon gré plus gracieux.









43



Je vous vens le tourret de nez.


Gay et joli vous maintenez,


S'estre voulez renommé


Et des dames bien amé.









44



Je vous vens la marjoleine.


Je tiens la dame a vilaine,

Se amant mercy lui crie

Et humblement la deprie,

De repondre rudement

Et lui mettre a sus qu'il ment.







45



Je vous vens la fueille de houx.


J'ay bel ami plaisant et doulx;

Dieu veuille qu'aussi bon soit il

Come il est bel, jeune et gentil.









46



Je vous vens la blonde tresce.


Ma trés gracieuse maistresse,

Que j'aim et crain et servir vueil,

Trés belle, plaisant, sanz orgueil,

Comandez moy, je suis tout prest

A vous obeïr sanz arrest.





47



Je vous vens le souspir parfont,

Que mains faulz amans contrefont.


Telz gens fierent sanz deffier,

Si ne s'i doit on pas fier,

Car tel a assez souspiré

Qui n'est malade n'empiré.





48



Je vous vens le blanc orillier.


Assez ne me puis merveillier

Comment
Amours peut endurer

Fausseté si long temps durer

Qu'a peine qui veult esprouver

Puet on nullui loial trouver.





49



Je vous vens la voulant aronde.


Dame, la plus belle du monde,

Pour
Dieu, aiez de moy pitié;

Car je muir pour vostre amitié.





50



Du blanc pain vous vens la mie.


Pour
Dieu, ne m'oubliez mie

Quant je seray loing de vous,

A
Dieu vous di, mon cuer doulz.





51



Je vous vens la rose d'Artois.


Amez honneur, soiez courtois,

Bien servez en toute saison,

Et des biens arez a foison.





52



Je vous vens la colombelle.


Dame qui tant estes belle,

Ne vueilliez avoir en despris

Vostre ami pour vostre grant pris,

Mais prenez son service en gré,

Si le mettrez en hault degré.







53



Je vous vens le blanc cueuvrechief.


Vostre amour met a grant meschief

Mon las cuer, qui toudis souspire

Pour vous, n'il n'est mal du sien pire.





54



Je vous vens de soye le laz.


Oncques vray amant ne fut las

De bien amer pour escondit,

On dit communement un dit:

Que qui bien puet souffrir il vaint;

Et ainsi l'ont esprouvé maint.









55



Je vous vens l'anelet d'argent.


Vostre doulz gracieux corps gent,

Voz ris, voz yeulx, vo doulz chanter

Feroit les mors ressuciter;

Ne je ne suis pas souvenant

Qu'oncques veisse plus avenant.









56



Je vous vens la fleur de glay.


Chantons, dançons, menons bon glay,

En despit de mesdisans

Qui aux amans sont nuisans.









57



Je vous vens la perle fine.


Se par vous ma doulour ne fine,

Ma dame trés affinée,

Vous fustes pour ma fin née;

Car
Amours m'a si affiné

Que tost me verrez deffiné;

Mais mieulx vueil ma vie finer

Que d'ainsi languir ne finer.









58



Je ne vens ne donne les yeulz

Beaulz et plaisans, doulz, gracieux,

De vo beau vis, qui m'ont attrait,

Doulce dame, par leur doulz trait,

Ainçois les retiens pour ma part;

Car par eulx tout mal de moy part.







59



Chascun vous vent, mais je vous veuil donner

Mon cuer, mon corps, et vous abandoner

Tout quanque j'ay, si n'en faites reffus,

Trés belle a qui suis et seray et fus.









60



Je vous vens la fleur de peschier.


Je ne vous vueil mie empeschier;

Parler voulez secretement?

Je m'en vois, a
Dieu vous command.





61



Je vous vens du rosier la branche.


Oncques neige ne fu plus blanche,

Ne rose en may plus coulourée

Qu'est la beauté fine esmerée

De celle en qui entierement

Me suis donné tout ligement.





62



Je vous vens d'Amours la prison.


S'oncques vers vous fis mesprison,

Pour
Dieu, prenez moy a mercy,

Ma dame, je vous cry mercy,

Et je suis tout prest d'amender

Ce qu'il vous plaira commander.





63



Je vous vens la rose vermeille.


Amours me comande et conseille

Que je face de vous ma dame,

Dites moy, belle, par vostre ame,

Pourray je vostre amour avoir

Se je fais vers vous mon devoir?









64



Je vous vens plein panier de flours.


On ne doit marchander d'amours,

On doit servir a l'aventure;

S'ainsi faites par aventure,

Des biens d'Amours arez assez,

Se vous n'estes d'amer lassez.





65



Je vous vens la feuille de tremble.


De paour tout le cuer me tremble,

Que pour moy ne soiez blasmée,

Ma belle dame trés amée;

Et, se vers vous je n'ose aler

Pour la doubtance du parler

De ceulz qui nous ont encusé,

Si m'en tenez pour excusé.









66



Le
Saphir vous vens d'Orient.


Ce que je vous di en riant;

Que mon cuer a vous amer muse,

Ne le tenez pour tant a ruse;

Car je le vous di tout acertes,

Et vous aime plus que rien certes.





67



Flours vous vens de toutes couleurs.


Je suis gary de mes douleurs,

Quant vous me faittes bonne chiere,

Ma gracieuse dame chiere;

Mais quant vers moy estes yrée

La mort est de moy desirée.









68



Je vous vens le levrier courant.


Pour vostre amour me vois morant;

Ce pouez vous veoir a l'ueil,

Et pitié n'en avez ne dueil.





69



Je vous vens la fleur mipartie.


Sommes nous a la departie

De noz amours, beau doulz ami?

S'il est ainsi ce poise mi,

Car je ne l'ay pas desservi;

Doulent suis quant oncques vous vi.







70



Je vous vens l'escrinet tout plein.


Mon nom y trouverez a plain

Et de cil qu'oncques plus amay,

Par qui j'ay souffert maint esmay,

Se vous y querez proprement;

Or regardez mon se je ment.









Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Christine de Pisan
(1364 - 1431)
 
  Christine de Pisan - Portrait  
 
Portrait de Christine de Pisan